Opel

Essai : en piste avec l'Opel Insignia GSi 260

Après avoir pris en main l'Insignia GSi diesel, les « gentils organisateurs » nous ont concocté un dernier programme alléchant pour la dernière étape de cet essai : le circuit Michelin de Fontange. Pas vraiment une piste de course comme peut l'être le Castellet, mais largement de quoi aller chercher les retranchements de la machine ou du pilote.

+ de photos Opel Insignia Grand Sport GSi

Pour bien commencer cette essai, on vous conseil de lire le début de cet essai avec la version Insignia GSi Diesel, en cliquant ici.

 

J’enfile donc un casque, mes lunettes de soleil, pour éviter de relever la main droite du volant à la façon d’un Ari Vatanen à la chasse de Pikes Peak, la ceinture de sécurité est enclenchée, le mode SPORT activé, l’ESP sur OFF… et ZOU, plein gaz !

Premier freinage, la berline se cramponne sur son train avant et enroule le premier virage. Trop fébrile, j’ai du mal à relancer l’Insignia avant le point de corde. Je me retrouve comme tanqué, car la boîte prend son temps pour rétrograder et me permettre de relancer à temps. Je prends de suite les commandes avec les palettes. 3e, 4e, freinage, corde, 3e et pied au plancher. Les roues extérieures prennent la mesure et s’activent pour me garder dans la trajectoire.

OK ! J’ai compris. Il faut la violenter sans vergogne. Le Twinster doit combler mes imprécisions de pilotage. En appliquant cette méthode un peu barbare, je m’offre un moment de gaudriole et de figure libre sur la partie mouillée.

La GSi se montre dès lors volontaire et guillerette avec des levers de pied en courbe qui font basculer le train arrière vers l’extérieur. Il suffit juste de relancer la belle, avec un pied droit, bien lourd, pour la rattraper.

Bon, sinon, avec beaucoup d’application, on peut également avaler les courbes rapides proprement, tandis que les chicanes confirment cette diabolique agilité perçue sur route. Si elle dévoile ici son efficacité pour taper un chrono, personnellement, sur circuit, je préfère la voir partir en vrille ! Mais au moins, on a le choix.

 

Moteurs

Insignia Grand Sport GSi (essence)

Architecture

Transmission intégrale adaptative

Classification des émissions

Euro 6

Carburant

Super2

Nombre de cylindres

4

Cylindrée en cm3

1998

Puissance en kW (ch)/à tr/min

191 (260)/5 300

Couple en Nm/tr/min

400/2 500-4 000

Réservoir de carburant en l

62

  

Poids et charges par essieu en kg

GSi Grand Sport

Poids à vide avec conducteur (selon 70/156/EWG)

1 683

PTAC

2 220

Charge utile

537

Charge par essieu, avant

1 130

Charge par essieu, arrière

1 100

Charge maxi pavillon3)

100

Poids sur flèche

90

 

Dimensions du véhicule en mm

GSi Grand Sport

GSi Sports Tourer

Longueur

4 910

4 998

Largeur sans/avec rétroviseurs extérieurs

1 871/2 093

1 871/2 093

Hauteur (à vide)

1 445

1490

Empattement

2 829

2 829

Voie avant

1 607

1 607

Voie arrière

1 610

1 610

Diamètre de braquage m

 

 

Entre murs

11,74

11,74

Entre trottoirs

11,14

11,14

Dimensions du coffre en mm

 

 

Longueur du plancher jusqu’aux dossiers des sièges arrière

1 133

1 178

Longueur du plancher avec dossiers des sièges AR rabattus

1 940

2 005

Largeur entre les passages de roues

1 030

1 030

Largeur maxi

1 444

1 451

Volume du coffre en l selon ISO 3832

 

 

Coffre à bagages

490-1 450

560-1 665

 

 

Gentleman Racer

Votre avis nous intéresse sur :  Essai : en piste avec l'Opel Insignia GSi 260

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter