Lexus

Essai Lexus RC 300h : de la douceur ?

Uniquement disponible sur le marché hexagonal avec la tempétueuse déclinaison F, la Lexus RC devient plus abordable avec une version 200t et 300 h. Le coupé répond donc, pour la première fois, aux habitudes de la marque avec une motorisation hybride. Une alternative aux Allemandes dont nous avons pris le volant afin de juger de ses capacités.

+ de photos Lexus RC 300h

Lexus n’est pas du genre à se conformer aux usages dans le secteur de l’automobile. Alors que la plupart proposent des versions d’entrée de gamme, avant de se lancer dans la haute performance, le fabricant japonais a d’abord présenté la RC F de 477 ch, avant de retourner à ses fondamentaux, la motorisation hybride. Le coupé RC adopte ainsi le badge 300h, comme la berline IS, et devient le seul coupé premium à offrir ce type de motorisation.

width=657

Le calme...

Pour pallier l’absence de moteur diesel dans sa gamme, Lexus a fait le choix de l’hybride, qui combine un moteur essence et un module électrique. Le 4 cylindres 2,5 litres atmosphérique de 181 ch s’accouple au moteur électrique de 143 ch, pour un total de 223 ch et 221 Nm de couple. La formule semble honnête, d’autant plus que le gros 4 cylindres D-4S s’équipe de la double injection, de la distribution variable et du système de recirculation des gaz.

Baigné dans un habitacle relativement soigné et parfaitement insonorisé, à défaut d’être bien dessiné, le conducteur profite du silence de fonctionnement. Le démarrage s’effectue avec le moteur électrique jusqu’à 50 km/h, selon la pression sur l’accélérateur, avant de travailler avec le moteur thermique. Une utilisation agréable bien aidée par une direction douce et un amortissement qui privilégie le confort au sport. Avec ce paramétrage, Lexus vise juste, car la RC 300h ne s’adresse absolument pas aux plus pressés.

width=657

... avant l'accalmie 

Malgré une plastique extérieure tarabiscotée qui semblerait cacher des velléités sportives, la Lexus RC 300h n’est pas faite pour courir après le chrono. Sur l’épreuve du 0-100 km/h, le coupé réclame 8,6 secondes et s’autorise une vitesse maximale de 190 km/h. N’espérez pas non plus imprimer un rythme élevé sur la route, car la boîte CVT est particulièrement désagréable, en faisant mouliner la mécanique inutilement, tandis que la masse proche des1 750 kg lisse les sensations.

Le système d’amortissement adaptatif AVS des versions F-Sport s’avère extrêmement efficace pour contenir la masse du coupé. En revanche, les lois d’amortissement ne changent guère sur les modes Sport et Sport +, tout comme la direction, aussi légère que sur une citadine. Ces paramètres permettent simplement au moteur thermique d’être plus démonstratif et de faire grimper la consommation à près de 10 l/100 km. Un comble pour une déclinaison éco-responsable, ce qui nous pousse forcément se calmer avec la pédale de droite.

width=657

L'alternative au diesel :

Comme la RC F, la Lexus RC 300h est paradoxale. Très expressive avec sa plastique et son design sorti d’un manga, le coupé n’est toutefois pas une sportive. Au contraire, elle est très douce et elle s’apprécie sur les longs trajets autoroutiers plutôt que sur les virages montagnards. Il est dommage que le tandem mécanique soit bridé par une boîte de vitesses ancestrale et que le tempérament de la voiture soit toujours très calme.

Comme d’habitude avec le constructeur, la dotation en équipements de sécurité et de confort est complète, sans pour autant sacrifier le prix. Disponible à partir de 49 990 €, la Lexus RC 300 h peut s’imposer comme une alternative aux références allemandes motorisées par un diesel. Le coupé japonais bénéficie, en entrée de gamme, du bonus écologique de 750 euros et de quelques exonérations sur la TVS. Toutefois, les avantages fiscaux s’évanouissent dès le niveau de finition supérieur. En finition F Sport Executive, comme sur notre modèle d’essai, le prix grimpe à 59 990 €, mais le catalogue des options est inexistant, à l’inverse de ses concurrentes. Et ça fait toute la différence.

Note : 14/20

Bien vu :
- Look exotique
- Silence de fonctionnement
- Proposition hybride uniquement
- Confort des suspensions

À revoir :
- Mécanique sans âme
- Boîte E-CVT archaïque
- Habitabilité arrière
- Volume du coffre

Plus de contenu : Lexus RC RC 300h Hybride Essai Coupé
Soufyane Benhammouda

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Lexus RC 300h : de la douceur ?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter