Volvo

Essai Volvo XC40 : prêt pour la bataille ?

Il y a des endroits un peu particuliers pour tout un chacun. Lisbonne en est un pour moi. Je vous vois venir avec les clichés sur le bacalhau, le ciment ou le carrelage. Ce n'est évidemment pas ça !
C'est tout simplement que les routes qui serpentent dans l'arrière-pays de la capitale portugaise n'ont plus vraiment de secrets pour moi. À force de les emprunter pour faire des essais routiers, je les connais par cœur.
Alors lorsque Volvo m'a proposé de faire l'essai de son nouveau SUV compact, le XC40, je n'ai pas vraiment hésité.

+ de photos Volvo XC40

Les Vikings contre les Teutons

Avec ce nouveau SUV compact, Volvo marque de son empreinte un segment qui aujourd’hui paraît bien chargé. On a même du mal à compter le nombre de modèles à disposition. Chez les généralistes, il y a l’initiateur Nissan Qashqai, le Coréen bien armé Hyundai Tucson, le populaire Dacia Duster, le dynamique SEAT Ateca, le familial Skoda Karoq, le statutaire Peugeot 3008 et le nouveau « SUV compact de Référence 2018 » : l’Opel Grandland X.

Mais il faut dire que Volvo ne s’attaque pas vraiment à ces « gens ». La firme suédoise vise bien plus haut dans la gamme. Le XC40 chasse sur les terres teutonnes. Des contrées où l’on trouve les Audi Q3, BMW X1 et Mercedes GLA.

Comment le sait-on ? Tout d’abord par ses prix de lancement oscillant de 45 100 € à 52 000 €. Il y a aussi ses motorisations. Le client aura le choix entre un diesel D4 de 190 chevaux en boîte de vitesses automatique à 8 rapports envoyant sa cavalerie sur les 4 roues et un 4 cylindres turbo injection directe à essence proposant 247 canassons lui aussi en AWD et boîte auto. Pas vraiment populaire !

Cela dit, vers 2019, la gamme va s’étendre avec des essence et diesel plus accessibles et un tarif de base qui sera aux alentours de 31 000 €.

Le Volvo XC 40 affûte ses armes…

Un SUV se doit d’être dynamique ! Pour répondre sur ce terrain, les ingénieurs sont partis d’une feuille blanche afin de construire une plateforme modulaire : la CMA. Cette base technique (signifiant Compact Modular Architecture) servira de squelette aux modèles « 40 », dont la très attendue nouvelle V40.

S’il repose sur une nouvelle base technique, le SUV reprend tout de même les technologies de ses grandes sœurs et leur pléthore d’aides à la conduite. On y retrouve donc la reconnaissance des piétons, l’aide au stationnement, le freinage d’urgence, le régulateur de vitesse adaptatif, l’aide au maintien dans la file… et une assistance semi-autonome de la conduite dans les embouteillages.

Ce n’est pas tout, puisque Volvo proposera également une version hybride rechargeable développant environ 250 chevaux et capable de rouler sur 40 km en mode électrique pur.

Essai

Dans la tendance !

Ceux qui attendaient un copié/collé des XC90 et XC60 en miniature… ne se sont pas trompés ! Le XC40 est bien un SUV Volvo. On y retrouve la calandre emblématique, les optiques rectangulaires avec la signature lumineuse en forme de « T » et les feux verticaux qui sont bel et bien caractéristiques des modèles nouvellement venus dans la gamme. Il n’y a guère que la ceinture de caisse très haute et le toit de couleur contrastée qui témoignent d’une petite fantaisie.

L’habitacle n’est pas aussi marqué par la personnalité suédoise. Le dessin de la planche de bord est certes horizontal et percé par des aérateurs verticaux, mais le choix des matières et la couleur noire est bien loin des standards élégants de Volvo. Heureusement, l’écran GPS disposé verticalement et le compteur digital font bien leur effet.

Mon choix moteur !

Pour le lancement, le constructeur suédois se contente de proposer deux moteurs tous deux en 4 cylindres turbo d’une cylindrée de 2 litres. Les deux moteurs sont associés de série à la transmission intégrale et à la boîte automatique Geartronic à 8 rapports.

Le T5, moteur à essence, propose la bagatelle de 247 ch et 350 Nm de couple. Il passe de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes pour atteindre la vitesse de pointe de 230 km/h. Si cette motorisation est bien dans l’air du temps, je trouve que le D4 et ses 190 ch pour 400 Nm de couple proposent un choix plus raisonnable. Ainsi équipé, il réalise un 0 à 100 km/h en 7,9 secondes, alors que l’aiguille du compteur de vitesse se stoppe à 210 km/h.

Test

En route !

Les premiers tours de roue dans la capitale portugaise dévoilent déjà une faiblesse. Le rayon de braquage. Il lui faut au minimum 11,2 mètres pour faire un demi-tour. C’est bien trop long pour zigzaguer dans les coulisses de l’aéroport. Il me faudra m’y reprendre à plusieurs fois pour passer les angles abrupts du parking. Gare aux belles et fragiles jantes de 20 pouces !

La suite s’arrange considérablement. Les pavés du vieux centre-ville ne lui posent aucun problème. Le XC40 filtre avec volupté les déformations. À ceci se rajoutent des sièges, tradition scandinave oblige, très confortables et au maintien impeccable.

En attendant de rejoindre mon terrain de jeux favori, les routes sinueuses de Sintra, je passe quelques kilomètres sur routes rapides. Ici, ma version D4 se fait remarquer par son silence de fonctionnement. Elle ne se fait entendre que lorsque j’écrase la pédale de droite. Et dans ce cas, elle se montre vigoureuse et coupleuse. Ainsi paré, il m’est très facile de m’extirper du trafic.

À peine sorti de l’autoroute, j’enclenche le mode « dynamic » pour préparer la machine à faire des embardées. Mais la conduite sportive, ce n’est malheureusement pas ce que ce XC40 apprécie le plus. Avec sa direction légère et sa masse de plus de 1 700 kg, le XC40 a la fâcheuse tendance d’élargir la trajectoire. La boîte automatique exécutera mes demandes, mais la prise de roulis en courbe brisera définitivement mes velléités sportives. Attention, je n’ai pas dit que le XC40 était mal suspendu. Son amortissement est tout simplement typé souple. Ce SUV s’apprécie surtout en conduite décontractée !

Tellement décontractée qu’avec le « Pilot Assist », il suffit juste de poser les mains sur le volant pour que la voiture prenne toute seule les courbes en se collant à la vitesse choisie. Et si une auto se place devant, elle garde ses distances pour éviter toute conduite dangereuse. Ce système déjà présent sur ses grandes sœurs « 90 » me semble plus abouti.

Alors, Teutons ou Vikings ?

Le Volvo XC40 dispose de beaucoup d’atouts pour connaître le succès : un confort de haut niveau, un équipement sécuritaire royal, un look moderne et séduisant. Mais il lui faudra bien plus que cela pour tailler la croupe aux Allemandes ultra dynamiques.
Ce XC40 reste donc bien une Volvo. Elle s’apprécie surtout pour sa philosophie et son style différent. Une machine qui s’appréciera également pleinement pour les voyages au long cours.

Note : 3/5

Bien vu :
- Look élégant & original
- Moteur et boîte agréable
- Silencieuse et spacieuse

À revoir :
- Tarif salé pour le lancement
- Consommation de carburant
- Comportement trop souple

Fiche technique XC40

 D4 AWD 

T5 AWD

Moteurs

4 cylindres en ligne biturbo

4 cylindres en ligne turbo

Cylindrée (cc)

1 969

1 969

Puissance max.

190 à 4 000

247 à 5 500

Couple max Nm

400 à 1 750

350 à 1 800

Poids à vide

1 733 kg

1 684 kg

Réservoir

54

54

0 à 100 km/h

7,9

6,5

V Max

210

230

Conso Euromix

5

7,1

Dimensions

4,43/1,86/1,65

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Volvo XC40 : prêt pour la bataille ?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter