Vous pouvez écouter cet article :

Essai Toyota Yaris Cross Trail : le SUV urbain hybride à tout faire… ?

Il y a plusieurs décennies de cela, Toyota inventait le segment des SUV compacts et urbains avec son RAV4. Celui-ci a pris de l’envergure au fil de ses générations pour devenir un SUV familial, laissant ainsi le champ libre aux autres acteurs de l’automobile mondiale. Il y a maintenant quelques mois, Toyota nous dévoilait enfin sa réponse avec la présentation de la Yaris Cross.
Construite sur les chaînes de l’usine Toyota à Valenciennes, cette petite japonaise commence à s’imposer dans le paysage automobile européen. Mais, est-ce que cette petite Yaris surélevée parvient vraiment à rivaliser avec les Dacia Duster, Hyundai Kona et Jeep Renegade ? Penchons-nous sur la question.

Voir la galerie photo

Yaris Cross : Une configuration inédite

Dans un marché inondé de SUV, Toyota avait curieusement omis de jouer la carte des petits baroudeurs urbains. Heureusement, la Yaris Cross vient combler cette lacune en proposant un véhicule aux dimensions plus contenues que celles de son frère le populaire C-HR.

Avec une longueur de 4,18 m et une hauteur de 1,56 m, ce SUV arbore un design distinct de la citadine Yaris, optant pour un look plus imposant et des lignes plus espiègles. Comme elle doit se jouer de la jungle urbaine, Yaris Cross profite d’une garde au sol bien plus haute que celle de la Yaris, histoire de la rendre capable de surmonter les trottoirs et autres dos-d’âne qui pullulent chez nous.

Dans un segment où les véhicules à 4 roues motrices et motorisation hybride sont rares, Toyota choisit de ne faire ni l’un ni l’autre, mais les deux à la fois. Après tout, nous parlons de Toyota, qui maîtrise ces deux savoir-faire technologiques. La Yaris Cross repose sur la plateforme TNGA-B, celle-là même qui sert de base technique à la dernière génération de la Yaris. Mais les ingénieurs lui ont tout de même offert des spécificités propres.

Sous le capot, on retrouve la même motorisation hybride que la Yaris standard, composée d’un moteur essence 3 cylindres de 116 chevaux couplé à un moteur électrique de 80 chevaux. La version AWD-i à 4 roues motrices bénéficie d’un petit moteur électrique supplémentaire de 5 chevaux à l’arrière, qui entre en jeu en cas de perte d’adhérence ou selon le mode de conduite sélectionné. Tout cela est associé à la boîte e-CVT, une transmission à variation continue bien connue chez Toyota.


Yaris Cross : Un habitacle sans chichis

L’intérieur de la Yaris Cross ne risque pas de vous éblouir par son exubérance. Le mobilier est fonctionnel, certes, mais un peu morose, dominé par le noir. Heureusement, tout est bien pensé, ergonomique, et chaque commande tombe sous la main. Par contre, la qualité des plastiques est médiocre. La planche de bord est dominée par un grand écran tactile qui ouvre l’accès à la navigation, la sono et les fonctions de conduite. En dessous, vous trouverez un espace pour smartphone avec chargeur à induction, qui peut répliquer, en sans-fil, Apple CarPlay et Android Auto. Tout est assemblé avec sérieux.

Ma version haut de gamme, AWD-i Trail, a droit à des revêtements en matière recyclée pour les contre-portes, et à une touche de couleur Champagne sur la partie supérieure de la planche de bord pour égayer un peu l’ambiance. Les familles seront satisfaites des nombreux rangements bien pensés, bien que l’espace y est assez chiche.

Ma Yaris Cross Trail se distingue par un équipement ultracomplet incluant la climatisation automatique, le frein de stationnement électrique, la caméra de recul, l’accès et le démarrage sans clé, l’affichage tête haute, un système de stationnement automatique ultrarapide, et un hayon électrique avec capteur de pied. De plus, l’écran multimédia de 9 pouces dispose d’une connexion permanente grâce à une carte SIM intégrée, avec un forfait de données pris en charge par Toyota pendant les quatre premières années pour des mises à jour automatiques.


Au volant de la Yaris Cross Trail

La position de conduite de la Yaris Cross n’est pas très confortable, surtout pour les grands conducteurs. À l’arrière, l’espace n’est pas si généreux que je l’aurais espéré, surtout que la marque se gargarise d’avoir créé le concept du « big small package ». La banquette arrière est fractionnable 40/20/40. La soute à bagages est malheureusement diminuée par le système de traction intégrale et passe d’un bon 397 l à un très moyen 327 l.

Sur la route, la mécanique hybride impose un rythme paisible, pour économiser des précieuses gouttes d’essence. C’est pas vraiment en adéquation avec le caractère sportif et maniable du véhicule. En effet, la surprise du chef, c’est que ce châssis est digne d’une petite GTI. Vif et rigide, il s’accommode bien aux petites routes de campagne en virevoltant de gauche à droite sans rechigner. Cette Yaris Cross est donc plutôt « fun à conduire », mais elle le fait au détriment du confort. Ça cogne franchement à son bord.

Côté émissions, la Yaris Cross annonce 98 g de CO2/km en version traction et 105 g de CO2/km en version 4 roues motrices. En ce qui concerne la consommation, notre modèle AWD-i affiche une moyenne très raisonnable d’environ 4,7 l/100 km, mêlant conduite urbaine et autoroutière, ce qui porte son autonomie à un plus de 600 km.

Conclusion:

Plus grande, plus haute et plus spacieuse que la Yaris, la Yaris Cross se révèle être une petite teigne des villes. Ferme, trop à mon goût, elle offre des prestations dynamiques dignes d’une GTI. Mais à ce rythme, vous allez perdre tout l’intérêt de son groupe motopropulseur hybride autorechargeable.
Pour atteindre des consommations sous les 5 l aux 100 km/h, il va falloir jouer avec l’écoconduite et anticiper au maximum. Ainsi, vous pourrez même atteindre 4,4 l dans le trafic dense de la capitale… c’est vous dire.
Heureusement, cette Toyota dispose d’un équipement complet, qui n’a rien à envier aux SUV plus grands et tout aussi coûteux. Car, si la Yaris Cross débute à presque 25 000 €, la AWD-i Trail demande tout de même près de 32 000 €.

En somme, la Yaris Cross se pose comme la compagne idéale pour les citadins en quête de polyvalence, ainsi que pour tous ceux qui n’ont pas besoin d’un mastodonte pour se déplacer, mais qui aiment les avantages d’un SUV.

Dernière information, le millésime 2024 de la Toyota Yaris Cross gagne un nouveau moteur hybride de 130 chevaux.


Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
3 / 5
Confort
2 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • + Dynamique, un brin sportive
  • + Capable de consommer - de 5 litres
  • + Équipement complet
  • + La traction intégrale, rare dans le segment
  • - Confort ferme, trop !
  • - Les prix en haut de gamme

les autres actualités sur Toyota

À Bruxelles, Toyota nous offre un avant-goût électrique avec son Urban SUV Concept. En dévoilant cette création lors du Kenshiki Forum, la marque j... Voir plus

La Toyota Yaris Cross, cette coqueluche des citadins, s'offre une cure de jouvence pour l'année 2024. Toyota, maître dans l'art de raffiner ses mod... Voir plus

Lancée en 2021, la Yaris Cross fut l’une des Toyota les plus vendues en Europe au premier semestre 2022. La firme annonce plus de 77 000 unités com... Voir plus

Précurseur des SUV urbains avec le Rav4, ce n’est que 27 ans plus tard (!) que Toyota y revient par la voie du Yaris Cross, son premier v... Voir plus

La Toyota Yaris Cross est le fruit de la longue expérience des ingénieurs nippons et du savoir-faire de l’usine Toyota de Valenciennes. En effet, ... Voir plus

Après la placide 5 portes et la délurée GR dont nous essaierons la version Track à la fin du mois, la famille Yaris s’étoffe d’un nouveau membre. Et p... Voir plus

nos annonces

Voir plus de galerie photo Toyota

Nos dernières actus

Comparatif

Voiture n°1
Voiture n°2

Actus les plus vues

Hashtags

8 BYD SEAL 8 BYD Dolphin 3 Renault Rafale 3 Rafale 0 Dolphin 7 KIA EV9