logo La revue auto

Peugeot 208 électrique ou Peugeot 208 essence : laquelle choisir ?

Faut-il franchir le pas de la voiture électrique ? Cette question, un certain nombre d’entre nous se la pose. Une interrogation de plus en plus légitime compte tenu des nouvelles normes restrictives de circulation qui commencent à poindre le bout de leur nez ou d’une taxation du CO2 de plus en plus intolérante. Mine de rien, Peugeot tape dans le mille avec sa nouvelle 208 puisqu’elle est disponible, et cela dès son lancement, avec des moteurs diesel, essence et électrique. Et nous, nous avons eu l’opportunité de rouler avec deux d’entre elles… alors que faut-il acheter, une Peugeot 208 électrique ou une 208 turbo essence ?

Voir la galerie photo

La Peugeot e-208 c’est quoi ?

À la différence de ses deux plus gros adversaires, à savoir Renault et Volkswagen, Peugeot a pris le parti de ne pas proposer des modèles électriques dédiés. Il est impossible de confondre une Renault Zoé et une Clio, et la Volkswagen ID.3 ne ressemble en rien à une Golf. Par contre, avec la 208, il faudra avoir un œil averti.

Il n’y a pas grand-chose pour différencier cette e-208 et son pendant à essence. Le plus visible reste sa calandre qui reçoit une finition couleur carrosserie. Avec ceci, on trouve ici et là le logo « e » et le lion devient bicolore… et c’est tout ! Bon, évidemment, le badaud ne l’entendra presque pas du fait qu’elle se mue en électrique. C’est d’ailleurs tellement silencieux en ville que les ingénieurs l’ont affublée d’un bruit de soucoupe volante sous les 30 km/h pour éviter de récupérer sur son pare-brise un citadin happé par son smartphone.

Revenons sur cette solution électrique. Les batteries sont installées sous le plancher dans trois blocs bien distincts. Elles peuvent accumuler 50 kWh d’électricité et fournir 136 chevaux au moteur qui se situe sur le train avant. Avec son couple de ???? Nm, disponible immédiatement, les performances sont excellentes. Le TOP 100 est expédié en 8,1 secondes. La vitesse de pointe est limitée à 150 km/h pour des raisons d’autonomie.

Bon, venons-en à son point faible : l’autonomie. Comme toute voiture électrique moderne, le rayon d’action de la 208 électrique n’est pas des plus impressionnant. À peine plus de 330 km et des recharges qui peuvent prendre une dizaine d’heures à la maison avec une WallBox de 7 kWh ou 40 minutes sur une prise rapide.

Vous voulez en savoir plus sur la e-208 ? Alors, lisez notre Essai Peugeot 208 électrique.

La 208 PureTech 130 EAT8

En face de cette 208 électrique, nous avons le choix avec : un moteur turbo diesel de 100 chevaux et trois essence proposant 75, 100 et 130 chevaux.

Au vu des prestations haut de gamme de la version électrique, nous ne pouvons que la comparer à la version turbo essence boîte automatique de 130 chevaux. D’ailleurs, les performances sont assez proches, avec un 0 à 100 réalisé en 8,7 secondes et une vitesse de pointe annoncée à plus de 200 km/h. Il faut dire que son poids plume (aux alentours de 1 150 kg) et sa boîte de vitesses lui offrent un agrément de très haut niveau.

Tout comme la version électrique, nous vous conseillons de lire notre Essai Peugeot 208 PureTech EAT8.


Le match entre la Peugeot 208 électrique et la 208 essence

Pour cette confrontation, nous avons décidé de mettre en exergue certains points.

208 essence VS 208 électrique : l’allure

Sachez, comme écrit plus haut, qu’il n’y a presque aucun changement esthétique entre les deux versions. La 208 électrique se contente d’une grille de calandre couleur carrosserie et de quelques logos flanqués du « e ». Dans l’habitacle, c’est « blanc bonnet ou bonnet blanc ». Tout y est identique, surtout avec notre version à boîte automatique qui reprend le même manche. Il faudra pianoter sur l’écran de contrôle du GPS pour accéder à des fonctions spécifiques à l’électrique. Donc si vous aimez la Peugeot 208, vous aimerez la e-208.

208 essence VS 208 électrique : l’espace à bord

… que vous dire d’autre si ce n’est que c’est encore une fois pareil. Le fait d’avoir greffé les batteries dans le châssis et en lieu et place du réservoir conserve l’habitabilité à l’identique.

208 essence VS 208 électrique : la conduite

Ahhh, voilà enfin un sujet qui les différencie franchement. Le petit 1.2 PureTech 130 est une merveille. Certainement l’un des meilleurs 3 cylindres du marché. Il offre assez de couple pour expédier la petite Peugeot à grande vitesse. En ville, il sait se faire discret et ne demande qu’à sortir des feux rouges en première place. La boîte automatique ? C’est simple, on n’y pense pas, et elle fait le job. Le confort est bien maîtrisé, que ce soit sur route ou sur les chaussées détériorées de zone urbaine. Par contre, la consommation varie entre 5,5 et 7,5 litres aux 100 km et selon l’environnement. Bonne nouvelle tout de même. Les stations de recharge, que l’on nomme communément stations-service pullulent sur tout le continent et on met environ trois minutes pour faire le plein.

En effet, passer à la Peugeot 208 électrique est un peu plus complexe pour lui remettre du jus. Les stations sont rares et les accès à celles-ci limités par des abonnements ridicules. Heureusement, Peugeot propose sa carte qui ouvre l’accès à plusieurs milliers d’entre elles. Sinon, le mieux reste la recharge domestique. Avec notre abonnement à l’EDF, un plein est facturé aux alentours de 8 € pour 270 km, alors que l’essence vous coûtera environ 65 € pour 650 km. Cependant, cette e-208 ne démérite pas en sensation de conduite. Plus lourde (bien plus lourde : 1 450 kg), elle distille une conduite douce et silencieuse. Mais si le pied droit devient lourd, elle se mue en petite GTi. L’excès de poids étant placé tout en bas, les trains roulants accrochent le bitume comme jamais. Mais attention, plus la vitesse monte et plus le compteur de l’autonomie s’affole d’une façon non proportionnée.

208 essence VS 208 électrique : quel est le coût ?

Pour ce comparatif, je suis parti sur la finition ultra équipée et sexy, la GT Line. Ici, tout y est ou presque. Commençons par les aides à la conduite, les jantes en alliage, le système de navigation, le compteur digital en 3D et le kit carrosserie sport. Bref… l’une comme l’autre offrent le même équipement…, mais pas pour le même prix.

La Peugeot 208 PureTech 130 EAT8 GT Line est vendue au prix catalogue de 26 300 €. Avec ses 101 g de CO2, elle échappe au malus, mais se voit taxée par sa carte grise de 6 chevaux d’environ 300 €.

La Peugeot e-208 GT Line demande un effort financier bien plus important avec un prix de vente de 35 600 €. Mais pour cette année 2020, le gouvernement lâche une prime de 6 000 €. Soit un prix à l’achat de 29 600 € et une carte grise offerte un peu partout sur le territoire.

Pour aller plus loin dans le raisonnement financier, n’oublions pas le coût du déplacement. Alors, partis sur un parcours moyen de 1 000 km, la 208 PureTech 130 demandera environ 100 € d’essence. La 208 électrique se contentera de 30 € d’électricité via EDF ou 60 € sur les prises de recharge publique.

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
2 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
3 / 5
Confort
4 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

Conclusion:


La Peugeot 208 électrique, faut-il l’acheter ?

Donc, sortons la calculette et faisons une moyenne pour connaître le point zéro entre les deux modèles de 208.

À l’achat, l’essence est moins chère de 3 000 €. Tous les 1 000 km, la version électrique gagne en moyenne 50 € en coût de consommation énergétique. Le point ZÉRO est donc à 60 000 km. Et même bien moins, car ce calcul ne prend pas en compte l’entretien de la voiture essence. Comptons 500 € tous les 30 000 km… cela nous ramène à 40 000 km.

La 208 électrique. Une bonne affaire donc ?

Pas si sûr. N’oublions pas que les batteries sont au Li-ion et comme nos smartphones, elles perdent leur capacité de stockage et aujourd’hui, aucun constructeur ne connaît véritablement leur longévité… même si Peugeot offre d’office une garantie de 7 ans ou 150 000 km avec une capacité minimum de 70 %.