logo La revue auto

Essai Citroen C3 puretech 82 : sympa mais

Citroën n'est pas en bonne posture financière et n'incarne pas non plus la priorité du groupe PSA. Cette marque à l'histoire forte, tant en caractère qu'en innovations, se retrouve à jouer des coudes au milieu de la cohue des « moyens ». Rien de péjoratif là-dedans, il en faut et les chiffres de vente prouvent que les clients ne sont pas rares. La nouvelle Citroën C3 est une synthèse de ce qu'est devenue la marque aux chevrons : bourrée de petits « défauts », mais tellement attachante.

Exterieur_Citroen-C3-2017-PureTech-82_1 Exterieur_Citroen-C3-2017-PureTech-82_2 Exterieur_Citroen-C3-2017-PureTech-82_4 Exterieur_Citroen-C3-2017-PureTech-82_5 Exterieur_Citroen-C3-2017-PureTech-82_6 Exterieur_Citroen-C3-2017-PureTech-82_8
Voir la galerie photo

La troisième C3 change totalement de look, quittant le classicisme pour un style plus rock’n’roll. L’avant se met au diapason de la gamme Citroën, avec des feux rectangulaires dans le bouclier, surmontés par des feux diurnes fins et horizontaux. Des feux effet 3D s’intègrent à l’arrière plus simple, mais bien dessiné également. L’ensemble se donne un petit style de baroudeur avec des protections de boucliers et extensions d’aile en plastique noir. Notre finition Shine, représentant le haut de gamme, offre le toit de couleur dissociée, les jantes en alliage de 17 et les fameux Airbumps protégeant les flancs. Non visibles sur notre configuration, et pour cause, les encadrements d’antibrouillards reprennent la couleur du toit, sympa. Notre C3 s’habille de l’agréable teinte nacrée « Sable », couleur qui trouve un petit rappel sur les Airbumps. Encore un détail bien vu.
Nouvelle
Un habitacle mi-figue mi-raisin :

L’habitacle délaisse les rondeurs de la carrosserie pour des traits francs, à commencer par la planche de bord horizontale et plate. À l’intérieur de celle-ci, nous trouvons des aérateurs reproduisant la même forme. Ce n’est pas habituel et apporte un vent de fraîcheur bienvenu. Il en va de même pour le reste de l’habitacle, qui reprend des idées du Cactus telles les sangles de portière. Du reste, l’intérieur est très simple mais surtout revêtu de beaucoup de plastiques durs, dans les parties basses mais aussi sur les contre-portes. Si ce n’était que sa dureté, mais en plus il est assez rugueux et peu agréable au toucher.

La nouvelle Citroën C3 propose, en plus de celle – triste – de série, trois ambiances différentes en option. La C3 de notre essai avait fait le choix de la très jolie Hype Colorado. Cette ambiance très lumineuse apporte une couleur fauve en divers endroits, dont deux bandes de faux cuir sur les sièges. Ces derniers s’habillent de tissu clair pour le reste et assurent un bon confort. Cette ambiance est la plus chère des 3 proposées (480 €) mais aussi la plus valorisante et agréable. Vous pouvez également opter pour le très plaisant toit panoramique, contre une rallonge de 500 €. L’ensemble constitue une somme non négligeable à rajouter, mais vous évitera la déprime provoquée par l’intérieur de série.
Intérieur
Côté habitabilité, c’est le beau fixe avec un coffre dans la moyenne haute de la catégorie, dégageant un volume de 300 litres. À l’avant, les vides poches sont d’un bon gabarit et peints en blanc afin de retrouver rapidement ce qu’on y a entreposé. Les passagers arrière profitent d’un espace correct pour leurs jambes pendant que leurs têtes restent à l’abri des chocs.

Confortable, cette nouvelle Citroën C3 :

Nos attentes ne sont pas élevées concernant le petit 3 cylindres de 1,2 l et 82 ch, et nous en avons été récompensés. Associé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports, ce petit moteur atmosphérique suffit pour un usage urbain. Il propose une réactivité décente permettant de s’insérer sans grande difficulté, mais nécessite tout de même de rétrograder un peu trop à notre goût. Dès que les routes s’élargissent, ce moteur est vite sonore et amorphe à mesure que le régime moteur s’élève. Envisager un dépassement sur nationale doit se faire après une mûre analyse des risques et profits. Autre bémol de cette motorisation : en usage réel, la consommation est un peu élevée, toutes proportions gardées. Ne comptez pas descendre sous les 7,0 L en ville, au mieux.

Le comportement routier fait honneur à l’histoire de la marque, laissant derrière les quelques ratés récents sur le sujet. La nouvelle C3 propose un amortissement confortable et doux allié à une prise de roulis bien contenue. Les suspensions avalent la plupart des irrégularités qu’elles rencontrent sur leur route et l’ensemble n’est ni mou ni dynamique. Le compromis trouvé conviendra à beaucoup, à n’en pas douter.
nouvelle
Avec son style différent et réussi tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et un confort de bonne facture, la Citroën C3 avance de sérieux atouts. Quelques défauts viennent légèrement ternir le tableau, comme les matériaux intérieurs par exemple. Il faut donc, dans la mesure du possible, se diriger vers les versions Feel et Shine et s’offrir une des trois ambiances en option (250 à 480 €) pour obtenir une citadine fort agréable. Oubliant quelques aides à la conduite jugées trop rapidement indispensables, la petite Citroën se recentre sur l’essentiel tout en proposant des tarifs attractifs. Notre modèle d’essai, bien pourvu en options, s’échange contre 20 820 €. La nouvelle Citroën C3 trouvera son public, et ça sera mérité.

Note : 14/20

Bien vu :
- Design
- Confort
- Tarifs
- Ambiances intérieures (option)

À revoir :
- Habitacle de série
- Matériaux intérieurs