Infiniti

Essai Infiniti Q70 2.2d : une berline tout en rondeur !

Le segment des grandes berlines est accaparé par les références allemandes : Mercedes Classe E, BMW Série 5 et Audi A6. Mais si ce trio a envahi nos routes, quelques constructeurs tentent d'exister avec des propositions bien différentes. Parmi eux, Jaguar avec sa belle XF, Lexus et son hybride GS et notre Infiniti Q70 au moteur diesel signé... Mercedes !

Mais comment savoir si une grande berline est digne de ce nom ? Voici ma réponse, basée sur un essai aller-retour direction Povoa de Varzim, au Portugal, cumulant au total 3 809 km

+ de photos Infiniti Q70 2.2 d

En Europe, pas de salut sans diesel !

Infiniti reste un constructeur confidentiel dans le paysage automobile français. Toutefois, la marque de luxe de Nissan entend percer sur le vieux continent avec des produits adaptés. C’est pour cela qu’après avoir étrenné le V6 diesel Renault développant 236 chevaux et 550 Nm de couple, voici que notre Q70 « descend en gamme », pour répondre aux normes antipollution Euro6, en proposant un 4 cylindres turbo diesel de 170 chevaux et 400 Nm de couple, d’origine Mercedes.

Pour un meilleur équilibre des masses, le moteur est placé juste en retrait de l’essieu avant et transmet sa cavalerie aux roues arrière grâce à une boîte automatique à sept rapports. Les prestations de ce bloc allemand sont convenables. Face aux chronos, elle annonce une vitesse de pointe de 220 km/h et un 0 à 100 km/h en 8,9 secondes. De quoi tenir tête à ses concurrentes teutonnes BMW 520d et Audi A6 TDI 177. Mais ne croyez pas qu’elle vous plaquera aux sièges. La Japonaise fait passer le confort avant le sport et préfère l'allure de sénateur aux accélérations pied au plancher.

Quant à la boîte, si on peut parfois lui imputer un léger manque de réactivité, elle sait en revanche montrer de la douceur. Seul véritable reproche : un son bien typé « mazoute » à froid, qui heureusement devient inaudible à chaud. La bonne surprise sera notre moyenne de consommation, qui se stabilisera à 7,0 litres aux 100 km sur l’ensemble de notre « road trip » de 3 809 km.

7

Sur la route…

Notre Infiniti Q70 fait preuve d’un comportement général bien équilibré. À l’approche des zigzags pyrénéens, l’ESP vigilant la rend évidemment très sûre. Mais les suspensions, qui ignorent, hélas, la mode des amortisseurs pilotés, ont tendance à être sensibles aux changements d’appuis. Reconnaissons toutefois que notre modèle est exempt de suspensions « Sport » et… que le bilan reste satisfaisant. Par contre, le constat s'oriente vers les éloges à mesure que la route se transforme en ligne droite. L’autoroute est bien son territoire !

À ceci s’ajoutent un équipement et une technologie embarquée ultra complets. Notre Q70 n’a pas à rougir face à la concurrence avec, de série, un nombre infini d’aides à la conduite et de systèmes anticollision. On notera la prévention de changement de voie, la surveillance de l’angle mort, l’assistance intelligente au freinage avec contrôle de la distance de sécurité, la caméra de recul, le régulateur de vitesse actif, les projecteurs bixénon avec éclairage actif, et nous en oublions certainement.

Des courbes, en veux-tu, en voilà !

Infiniti a choisi le contre-pied de la mode actuelle. Alors que les lignes se tendent chez les premiums allemands, les designers japonais accentuent les rondeurs. Notre Infiniti Q70 manifeste sa différence par une allure tout en courbes et contre-courbes. C’est juste une auto à la personnalité affirmée qui se démarque. On aime ! Et les badauds également si l'on en juge par leurs regards.

En ouvrant la porte de l’habitacle, on entre dans un univers chaleureux aux finitions parfaites. Le bras appuyé sur l’accoudoir, le poignet sur le levier de la boîte de vitesses, les doigts jonglent naturellement sur les boutons idéalement placés sous les aérateurs centraux.

Dans le monde des systèmes d’infodivertissement, il y a deux catégories. Les Allemands avec les molettes de contrôle et les Français avec leur écran tactile. Infiniti a choisi... de ne pas choisir. Et c’est tant mieux ! Le conducteur peut utiliser indifféremment la molette centrale ou l’écran tactile de 8 pouces. C’est simple et efficace !

Notre Q70 marque aussi sa singularité avec son équipement de série. Système audio Bose à seize enceintes, sellerie cuir, caméra 360°, sièges électriques chauffants et ventilés, volant à réglage électrique et chauffant également, rien ne manque.

Photo

Briser le conformisme...

À son style élégant tout en courbes, vient s’ajouter un habitacle qui se distingue par son raffinement, sa qualité de fabrication et son équipement particulièrement complet. Les prestations dynamiques sont dévolues aux grands rouleurs qui apprécieront l’onctuosité de sa motorisation et de ses suspensions. Notre modèle Q70 2.2d Premium Tech s’affiche au prix de 52 150 €. Si l’addition paraît un brin ambitieuse, elle renvoie ses concurrentes allemandes et leurs listes d’options dans les cordes. Reste à savoir si cet ensemble homogène peut compenser le manque de notoriété du blason qui trône en plein cœur de sa calandre.
Note : 14/20

Bien vu :
- Style à contre-courant
- Équipement ultra complet
- Douceur des suspensions et du moteur

À revoir :
- Manque d’image
- Coffre peu pratique
- Pas de conduite sportive possible

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Infiniti Q70 2.2d : une berline tout en rondeur !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter