logo La revue auto

La vignette crit air debarque deja a lyon et villeurbanne

Pour donner plus de sens à la circulation alternée, la mairie de Paris a instauré la vignette Crit'Air. Toutefois, Anne Hidalgo n'est pas la seule en France à proposer ce système qui entre désormais en vigueur pour l'agglomération lyonnaise.

La vignette Crit’Air, obligatoire dans le centre de Paris à partir du 16 janvier 2017, a pour but de catégoriser les véhicules afin de donner plus de sens à la circulation alternée. Une mesure qui, en cas de pic de pollution, devrait favoriser les véhicules les plus propres (en théorie) à circuler dans la Zone de Circulation Restreinte.

Mais la capitale ne sera plus la seule à bénéficier du dispositif. Après une première expérimentation, largement décriée, de la circulation alternée à Lyon, le préfet du Rhône a instauré les vignettes Crit’Air pour les villes de Lyon et de Villeurbanne. Ainsi, depuis la fin de la semaine dernière, les Lyonnais devront poser une vignette Crit’Air sur leur parebrise pour circuler lors des périodes de circulation alternée.

Selon les niveaux de pollution de l’air, la municipalité de Lyon autorisera la circulation à certaines catégories de véhicules, équipées de la vignette Crit’Air. Dans d’autres situations, comme le niveau 3 par exemple, les vignettes orange de classe 3 seront soumises à la règle des numéros de plaques d’immatriculation. De plus, tous les conducteurs devront observer une baisse des limitations de la vitesse de l’ordre de 20 km/h sur les axes rapides.

Ce casse-tête écologique a pour but, selon le préfet du Rhône, d’être plus réactif en cas de pic de pollution. La préfecture du Rhône ainsi que les municipalités concernées se félicitent d’avoir réduit le trafic de l’ordre de 20 % lors de la mise en place de ces mesures.

Pour rappel, la vignette Crit’Air est disponible en ligne sur le site www.certificat-air.gouv.fr. Elle est affichée à un prix total de 4,18 euros et sera expédiée par voie postale à l’adresse indiquée sur la carte grise du véhicule. Les contrevenants s’exposeront à une contravention de 68 euros (minorée à 45 euros en cas de paiement sous trois jours.