logo La revue auto

Opel zafira tourer 1 6 cdti un nouveau diesel de 136ch

Opel lance son renouvellement de motorisation efficiente, sur toute sa gamme. Ici c'est le monospace Zafira Tourer qui reçoit en avant première le tout nouveau Diesel maison. Il s'agit d'un 4 cylindres 1.6 CDTI Diesel de 136 chevaux et 320 Nm de couple. Le monospace affiche une consommation moyenne de 4,1 litres aux 100 km, soit 109 g CO2/km, lui permettant avec sa technologie SCR (Selective Catalytic Reduction) de réduire les émissions d'oxyde d'azote via un traitement des gaz d'échappement avec l'additif AdBlue, de répondre déjà aux normes Euro 6.

Exterieur_Opel-Zafira-Tourer_0 Exterieur_Opel-Zafira-Tourer_1 Exterieur_Opel-Zafira-Tourer_2 Exterieur_Opel-Zafira-Tourer_3 Exterieur_Opel-Zafira-Tourer_4 Exterieur_Opel-Zafira-Tourer_5
Voir la galerie photo
Le Diesel 1.6 CDTI ECOTEC

Doté d'un bloc aluminium et du système de contrôle de combustion en boucle fermée, le tout nouveau 1.6 CDTI ECOTEC inauguré par le Zafira Tourer au salon automobile de Genève remplacera l'actuel moteur 1,7 litre et certaines des versions les moins puissantes du 2,0 litres. Réduction drastique du bruit et des vibrations, grande disponibilité de puissance et de couple et faible consommation de carburant étaient les objectifs principaux du développement. La puissance est de 136 ch avec un couple de 320 Nm ; par rapport au moteur 1,7 litre de l'ancienne génération, cela représente un gain de 4,6% en puissance et de 6,6% en couple. Par rapport au 2,0 litres diesel de même puissance dans le Zafira-Tourer, la consommation du 1.6 CDTI de nouvelle génération a été réduite de 10%.

La consommation modérée et les émissions extrêmement faibles du Zafira Tourer 1.6 CDTI (comparables à celles de la version à essence) ont été rendues possibles par l'utilisation du système de réduction catalytique sélective (RCS) BlueInjection d'Opel.

Il s'agit d'un procédé de post-traitement des gaz d'échappement respectueux de l'environnement. On ajoute une solution inoffensive d'un produit nommé AdBlue, composé d'urée et d'eau, que l'on injecte dans les gaz d'échappement. La solution se décompose en ammoniaque, qui est ensuite stockée sur un substrat catalytique. Les oxydes d'azote (NOx) traversent le catalyseur avec les gaz d'échappement et sont ensuite réduits en azote et en eau.