logo La revue auto

Q50 Eau Rouge : la GT R à 4 portes d'Infiniti

Ce n'est qu'après d'intenses réflexion que les ingénieurs d'Infiniti ont choisi le V6 3.8 litres biturbo de la Nissan GT-R pour motoriser la Q50 Eau Rouge qui vient d'être dévoilée au salon de Genève. De nombreuses autres solutions dont certaines totalement opposées (Diesel, hybridation), ont aussi été étudiées.

Comme nous vous l'expliquions il y a quelques jours, il ne fait désormais plus aucun doute qu'Infiniti produira en série sa berline sportive Q50 Eau Rouge, dévoilée sous forme de concept en janvier au salon de Detroit et qui était également exposée au salon de Genève. C'est d'ailleurs là que sa motorisation a été révélée : un V6 3.8 litres biturbo emprunté à la Nissan GT-R développant la bagatelle de 568 chevaux !

Mais pour en arriver là, l'Infiniti Q50 Eau Rouge est passée par beaucoup de chemins. Elle n'a pas toujours été la GT-R 4 portes qu'elle est aujourd'hui. Ainsi, Kyle Bazemore, l'un des responsables de la communication de la filiale de luxe de Nissan explique à Autoblog que les ingénieurs ont exploré de nombreuses pistes avant de fixer leur choix.

Des solutions alternatives
En fait, ils avaient à leur disposition l'intégralité des moteurs d'Infiniti, comme des V8 5.0 et 5.6 litres, mais aussi ceux du groupe Renault/Nissan. Voire même des blocs Mercedes AMG grâce aux accords passés entre Renault/Nissan et Daimler/Mercedes, grâce auxquels des échanges de motorisations existent entre les différentes marques. D'ailleurs, la Q50 en profite déjà avec un bloc 2.0 turbo essence allemand.

Mieux encore, Infiniti a envisagé des solutions alternatives avec pourquoi pas le Diesel voire l'hybridation. Ce qui n'est pas illogique quand on sait que la prochaine GT-R devrait passer à l'hybride. Au final, Infiniti a choisi la solution la plus logique et la plus traditionnelle. Reste à voir désormais ce que vaudra cette Q50 Eau Rouge ainsi motorisée sur route et sur circuit.