logo La revue auto

Essai Peugeot 308 : J’ai HONTE !

Après avoir pu apprécier les lignes dynamiques de la nouvelle Peugeot 308 en studio, il était temps pour moi d’en prendre le volant. Cela tombe bien puisque Peugeot a organisé des essais pour la presse européenne, non loin de l’extravagante Riviera avec ses yachts de milliardaire et ses palaces 8 étoiles répondant aux exigences des plus grandes fortunes du globe.
Malheureusement, je dois l’avouer, j’ai succombé au péché de l’avarice. Voici comment…

Exterieur_essai-peugeot-308-j-ai-honte_0
Voir la galerie photo

Oui cher lecteur… j’ai honte !
Honte de moi !
Moi qui me dois de vous offrir des essais les plus proches de votre réalité.
Moi, qui me dois de vous orienter sur les meilleurs choix possibles.
Moi qui dois ne pas succomber à la tentation du luxe non nécessaire.
J’ai failli à ma mission !

Alors que tout me portait à prendre le volant de la nouvelle Peugeot 308 PureTech 130, ou pourquoi pas la PureTech 180 EAT8, je me suis retrouvé avec les clés de l’opulente 308 Hybrid 225 GT Pack.
Cette version est la plus chère d’entre toutes !
Elle réclame pas moins de 44 900 € pour en devenir propriétaire.
On est bien loin de la berline compacte « populaire », vous en conviendrez !
Il faut dire qu’en plus de sa finition ultra équipée, elle s’habille d’une robe élégante aux appendices aérodynamiques franchement typés sport.

Et du sport, il se peut qu’il y en ait avec ce groupe motopropulseur hybride rechargeable. La fiche technique, de mon modèle vert, annonce 225 chevaux. Alors que la consommation mixte normée s’affiche à moins de 2 litres aux 100 km. Le secret de cette frugalité ?
C’est tout simplement que les ingénieurs ont fait appel à madame la fée électricité.



En effet, cette 308 de nouvelle génération est la première de l’histoire à proposer un groupe motopropulseur hybride rechargeable. Il fait travailler de concert un moteur essence à 4 cylindres turbo et injection directe de 1,6 litre développant 180 canassons pour 250 Nm de couple et un moteur électrique placé au niveau de la boîte de vitesses automatique à 8 rapports.
Ce dernier fournit 110 chevaux pour 320 Nm de couple en crête.
Cette turbine électrique tire tout naturellement ses électrons d’une batterie. Elle prend place dans le coffre, sans oublier d’y greffer quelques litres de contenance, et accumule 12,4 kWh d’énergie. Ainsi cette 308 Hybrid 225 e-EAT8 serait capable de rouler sur plus d’une cinquantaine de kilomètres avant de faire tourner ses 4 cylindres.
Continuons notre petit tour technique avec la présence d’un chargeur embarqué de 3,7 kW par heure qui peut passer à 7,4 kW en optant pour l’option. Cette gâterie permet de la recharger deux fois plus vite, c’est-à-dire en moins de deux heures sur une wallbox.

Au diable l’avarice…

J’espère, cher lecteur, que le vieil adage est toujours de mise. Et que faute avouée est (plus qu’) à moitié pardonnée. Dans tous les cas, voici mes premières impressions à son bord.



Comme toute voiture PHEV (hybride rechargeable), cette 308 démarre sans le faire savoir. Il faut bien regarder les inscriptions sur le i-cockpit (les compteurs digitaux positionnés au-dessus du petit volant) pour repérer que la machinerie est prête, car elle ne fait pas un bruit.
La 308 Hybrid 225 e-EAT8 commence à rouler avec les électrons et elle ne fait donc presque pas de bruit. Du moins dans l’habitacle, car les ingénieurs ont créé un bruit artificiel, lors des phases de roulage à faible vitesse, pour éviter de surprendre les piétons.

Les premiers tours de roue en zone urbaine démontrent le travail fait sur les suspensions qui gagnent en souplesse. L’insonorisation est également très travaillée, on ne fait que distinguer les remous des pneumatiques. Ce fait se confirme même sur autoroute, alors que le 4 cylindres s’est mis en branle. Le calme est même déroutant, pour ce genre de modèle. On se prend à croire rouler dans une limousine, bien plus huppée.

Les routes de l’arrière-pays montreront un autre faciès de cette nouvelle 308. Sans pouvoir véritablement comparer, ce nouvel opus de la berline compacte de Peugeot semble un chouïa moins incisif que sa devancière. Il faut dire que ma version hybride est plus lourde de près de 300 kg. L’équilibre des masses est donc une gageure technique.
Cependant, si elle prend un peu plus de roulis, cela reste très bien suspendu. Le train avant est vissé au tarmac et le train arrière reste dans ses rails. Pour la faire couiner, il me faudra abuser de la vitesse sur de vives épingles.
C’est en sorte de la haute voltige mécanique que nous proposent, encore une fois, les ingénieurs de la marque au lion. Elle est plus confortable, semble moins précise, mais pourtant il n’en est rien. Il faut juste s’habituer à prendre un peu plus d’appui lors d’une courbe à haute vitesse, car chaque fois… ça passe !

Conclusion:


Il est temps de rendre les clés ...
et de faire le point sur cette nouvelle Peugeot 308.


Vous le savez tout comme moi, les goûts et les couleurs sont propres à chacun. Personnellement, je trouve cette nouvelle compacte extrêmement bien dessinée. La calandre est certes immense, mais le travail en 3D lui donne de la profondeur qui modifie, dans le bon sens, notre perception de cette face avant. Le nouveau logo est peut-être un peu trop hypertrophié. Mais il a une fonction. Celle de cacher les radars de la conduite semi-autonome de niveau II.

Le profil est dans le dessin plus classique, sauf que les plis lui donnent une véritable identité visuelle qui se conjugue parfaitement avec les grosses jantes de ma version GT Pack.
La poupe avec son bandeau lumineux, sa lunette arrière travaillée et équipée d’un aileron, sans oublier son bouclier dessiné pour être le plus efficace possible en aérodynamique, ne peut qu’être saluée. C’est à la fois passif et sportif.

L’habitacle ne souffre d’aucune critique.
Les plastiques sont de bonne, voire excellente, facture.
Le système multimédia, est au goût du jour, et offre même la meilleure ergonomie du segment avec, par exemple, ses touches de raccourcis : les i-toggles.
La nouvelle 308 HYbrid 225 GT Pack ne fait pas d’impasse sur les aides à la conduite et si elle est homologuée pour le niveau II, elle est prête pour le niveau III dès que la réglementation le permettra.

Le duo moteur hybride et châssis est surprenant.
Je ne m’attendais pas à une telle souplesse de suspensions et du moteur.
Confortable, silencieux et capable de tenir la cadence sur les routes de montagnes, on ne peut lui reprocher que ce léger roulis lorsque l’on se prend pour un champion du monde des rallyes.

Bien heureusement, elle a un défaut, ma 308 HYbrid 225 e-EAT8 GT Pack. Son tarif élitiste, surtout pour une berline compacte française qui se place sur les traces des premiums allemandes. Mais en même temps… elle fait mieux que les Teutonnes… alors…

Bref… j’ai péché, et la prochaine fois j’essaierai une version plus accessible…
Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais chez ma mère.

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
2 / 5
Confort
4 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • + Dessin sportif
  • + Moteur hybride
  • + Qualité du mobilier
  • + Le multimédia
  • - Le prix
  • - L’embonpoint en hybride

nos annonces Peugeot

  • Peugeot 308
    1.2 PURETECH 130CH S&S GT EAT8

    Essence : Automatique
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 08/03/2021
    Garantie : 24 mois
    Prix de vente : 24 480 €
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 32 960 €
    Remise de : -8 480 €

  • Peugeot 5008
    1.5 BLUEHDI 130CH S&S ALLURE EAT8

    Diesel : Automatique
    6500 km : Occasion
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 03/09/2020
    Garantie : 18 mois
    Prix de vente : 30 940 €
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 42 960 €
    Remise de : -12 020 €

  • Aiways U5
    Standard

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 23/10/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 32 300 €
    Mensualité : 299€/mois*
    Prix constructeur : 39 300 €
    Remise de : -7 000 €

  • Aiways U5
    Premium

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 23/10/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 37 230 €
    Mensualité : 404€/mois*
    Prix constructeur : 43 230 €
    Remise de : -6 000 €