logo La revue auto

Nouvelle Peugeot 308 : Et si la 308 était mieux qu'une Allemande ... ?

Notre histoire avec cette nouvelle génération de berline compacte flanquée du nouveau logo du Lion commence le 16 février dernier. Ce jour-là, nous recevions à la rédaction un mail des responsables de la presse de Peugeot. Sans dire son nom, la firme nous invitait à « découvrir le futur de Peugeot dans le segment C ». Si ce charabia ne vous dit rien, et c’est normal, nous, nous savons qu’il s’agit de la nouvelle berline compacte, c’est-à-dire la Peugeot 308.
3 semaines plus tard, nous voilà aux portes de l’ADN. C’est le nom que portent les studios ultrasecrets du groupe français situé à quelques kilomètres de la capitale.

Exterieur_nouvelle-peugeot-308-serait-ce-de-l-infatuation_0 Exterieur_nouvelle-peugeot-308-serait-ce-de-l-infatuation_1 Interieur_nouvelle-peugeot-308-serait-ce-de-l-infatuation_0
Voir la galerie photo

Tout d’abord, sachez que l’on ne rentre pas comme ça à l’ADN. Il faut être référencé et habilité en interne selon un protocole militaire. Nous montrons patte blanche à la guérite et recevons notre grade de la main même d’un gradé à trois barrettes qui regardait d’un air menaçant notre monture. C’est que nous étions en ESSAI le matin même avec le MG EHS. Vous savez, le SUV hybride la nouvelle marque sino-britannique. Pas vraiment le genre de voiture qui traîne par ici.
Bref… on gare notre engin dans un sous-sol, à côté des nouvelles DS 9 et autres 3008 de dernière génération.
On dénote franchement, jusqu’à l’arrivée de deux de nos confrères arrivant quant à eux avec la dernière Ford 100 % électrique, la Mustang Mach-E… Que voulez-vous, on est tous d’immondes petits trublions… et pas vraiment corporate… C’est en même temps signe de notre indépendance.

Stationnés, matériel en main, nous grimpons vers le saint Graal. Ici, on trouve enfin des sourires. Il semblerait qu’il se passe quelque chose de fort par ici. Après 5 minutes de marche à travers les dédales de l’ADN, nous voilà dans un immense hall noir surmonté du nouveau logo du Lion. Juste dessous, un voile dissimule une carrosserie.
Il n’y a plus de doute. C’est bien la nouvelle Peugeot 308 que nous allons pouvoir apprécier en avant-première. Mais, même cachée sous ce drap en coton, je m’aperçois tout de go que cette nouvelle génération va exploser ses codes de style. Le capot semble très long et la malle dessine une ligne plus en courbes.

Ceci dit, il n’est pas encore temps pour nous de la voir… c’est l’heure du goûter. L’occasion de bavarder avec les équipes de M6 Turbo sur le monde d’avant et notre difficulté à vous proposer des sujets ambitieux. D’un coup, l’image des p’tits vieux du Muppet Show me fait prendre conscience que le temps passe… trop vite. À tel point que le designer en chef et la responsable du produit 308 nous réclament.
C’est donc bien la nouvelle 308 et ils vont nous offrir les éléments clés. Tout d’abord, nous apprendrons que la base technique est l’EMP2, mais en Evo3. Si l’EMP2 de base servait la 308 actuelle, l’EMP2 Evo sert la dernière 508, cette Peugeot 308 année 2021 reçoit donc l’ultime version de cette plate-forme.

Une solution technique qui permettra à la compacte d’offrir un vaste choix question motorisations.

La nouvelle Peugeot 308 n’abandonne pas encore le diesel. Elle proposera pour les plus gros rouleurs les dernières moutures le 1.5 BlueHDi de 130 chevaux pourvu d’une boîte mécanique ou automatique à 8 rapports. L’offre s’enrichit des turbo essence PureTech. Ce 3 cylindres de 1,2 litre rend 110 ou 130 chevaux, cette dernière est par ailleurs disponible avec l’EAT8.

Jusqu’ici rien de bien révolutionnaire… sauf qu’avant de passer à une nouvelle slide, nous apprenons que Peugeot proposera la 308 HYBRID 180 e-EAT8. Cette lionne sera donc propulsée par un système hybride rechargeable. Il associe un moteur Turbo essence PureTech de 150 ch à d’un moteur électrique de 110 accolé à la boîte e-EAT8. Avec sa batterie, cette 308 serait homologuée avec une autonomie électrique allant jusqu’à 60 km. Cerise sur le capot, ses émissions de C0₂ par km devraient être contenues à 25 grammes.

Ici, on se dit… Whaou, pas mal… « La 308 pourra donc répondre à sa plus grande concurrente, la Golf. »
Mais comme une bonne chose n’arrive jamais seule, on apprendra que cette compacte disposera également d’une hybride plus puissante.
Il s’agit de la 308 HYBRID 225 e-EAT8 qui dispose d’un moteur essence plus puissant. Il dispose de 180 chevaux. Le reste est identique, mais lui offre un avantage de 45 chevaux et donc des performances qui lui permettront de tenir tête à la Golf GTE

Vous en voulez encore ?

Eh bien, il faudra être patient. Car nous savons que Peugeot et sa filiale Peugeot Sport sont en train de finaliser une version surpuissante qui devrait proposer une cavalerie de 360 canassons. Pour arriver à cette écurie, les motoristes vont tout simplement installer le système hybride de la 508 PSE, sur la compacte pour en faire une Peugeot 308 PSE.
C’est peut-être ici la plus grosse surprise du projet « nouvelle 308 ». Si rien n’est officiel, rien n’est démenti. Et nous savons que la firme est capable d’installer sur cette plate-forme une batterie de 50 et même 70 kWh. De plus, si le moteur de 136 chevaux de la 2008 semble très simple à installer, les bruits de couloir parlent d’un moteur allant à 200 chevaux, voire d’un système électrique à deux moteurs, un sur chaque essieu, pouvant approcher les 250 bourrins.


Les voiles tombent !

Que se passe-t-il chez Peugeot ?

Il semblerait que la firme se décide à tout oser. Impossible de confondre les deux générations de 308. La nouvelle est plus grande, moins haute, plus élancée et l’empattement (l’espace entre les roues avant et roues arrière) est allongé de 55 mm. Cela permet d’étirer la silhouette tout en offrant plus d’espace aux passagers arrière.

Le dessin de profil est vraiment spectaculaire. Il faut dire que le capot semble ne plus finir. Il me fait indéniablement penser à la première génération de BMW Série 1… c’est vous dire la référence.

Les designers nous apprennent que la poupe fait entièrement partie de la performance aérodynamique. Elle a été dessinée à partir des points de passage optimums d’une silhouette définie en soufflerie. Quoi qu’il en soit, les lignes de la malle sont à la fois sportives et empreintes de muscle. Les feux adoptent la technologie full LED affichant les 3 griffes en diagonale pour une signature lumineuse propre à la marque. Par contre, déception : les clignotants ne sont, étrangement, pas à défilement.

Nous continuons notre tour du propriétaire pour enfin arriver sur la pièce maîtresse, la face avant. Les optiques fines rentrent légèrement à l’intérieur de la proue, un peu à la façon d’une 508. Évidemment, les deux immenses LED singeant les crocs du Lion sont bien là. Mais la calandre est très originale. Plus fine que sur les petites 208 et 2008, elle est également plus travaillée avec une sorte de dessin en damier qui concentre le regard vers son centre. Celui-ci est paré du nouveau logo de Peugeot.
À ma question, « Pourquoi est-il immense », la responsable du produit me rétorque « qu’il sert à dissimuler les radars pour la conduite semi-autonome ».

Car en effet, cette nouvelle génération de 308 reçoit enfin les dernières technologies d’aides à la conduite faisant d’elle une voiture semi-autonome de Niveau II. On a donc droit au régulateur adaptatif, au freinage d’urgence, à l’aide au maintien de la position dans la voie, au changement de voie semi-automatique, à la préconisation anticipée de la vitesse et à l’adaptation de la vitesse en courbe. Bref… c’est du haut de gamme technologique et l’on retrouve ce souci dans l’habitacle.

En ouvrant la porte du conducteur, la première impression est étonnante. Le travail réalisé dans le dessin de l’espace à vivre est splendide. Le mobilier mélange avec un savoir-faire certain les lignes droites et les courbes. La construction de la planche de bord repose sur une architecture « high-vent ». Comprenez que les aérateurs se placent juste en face de la tête des occupants. Tout cela pour maximiser le ressenti et le confort pour le conducteur et les passagers. Sous cette barre de ventilation, on trouve un bel écran tactile central de 10 pouces. Il est pour la première fois associé à des « i-toggles ». Si on enlève le marketing, il faut comprendre qu’une ligne de touches tactiles vient se positionner sous l’écran central. Ici, le propriétaire pourra y disposer les raccourcis favoris qu’il utilise le plus. Par exemple, on peut y rentrer la destination GPS de Belle Maman, la musique que l’on écoute en boucle, la ligne directe de Matignon, etc. Simple et super efficace. À se demander pourquoi cette fonction apparaît seulement maintenant.

Le PEUGEOT i-Cockpit, l’identité de la firme, est bien présent. Le petit volant et le compteur digital en 3D ne manquent donc pas à l’appel. Je passe donc de ce pas sur l’un des points faibles de l’ancienne 308. L’espace aux sièges arrière.
Le travail réalisé sur le châssis pour rallonger l’empattement de 55 mm porte ses fruits. Les passagers arrière bénéficient enfin d’un bel espace pour les genoux et la tête. La connectivité n’est pas en reste avec la présence de 2 prises USB C à l’arrière de la console centrale. Au centre de la banquette (2/3-1/3), une trappe à ski découvre un accoudoir équipé de deux porte-gobelets et d’un rangement téléphone.


Je repasse dedant pour brancher mon smartphone et en même temps profiter de la recharge par induction et de la connectivité Android Auto (Apple CarPlay fonctionne également) sans fil.
Je lance ma petite musique du moment sur le système audio. C’est du Focal et c’est du propre. La firme a développé un système Hi-Fi Premium inédit. Il est constitué de 10 haut-parleurs associés à un nouvel amplificateur 12 voies de 690 W (technologie classe D boostée). Le tout est complété par le traitement numérique sonore ARKAMYS.
Le résultat, c’est que c’est mieux qu’à la maison… la scène sonore est stable et précise, les voix sont claires et détaillées, et les basses sont profondes et impactantes. Le problème, c’est qu’il va certainement falloir débourser des centaines d’euros supplémentaires.

Il reste plus qu’une chose à faire… son essai, mais ce n’est pas prévu avant la rentrée 2021.

Conclusion:



Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Le style aguicheur
  • - L’habitacle soigné et spacieux
  • - La proposition de moteurs
  • - Électrique ou pas ?
  • - 308 PSE pas avant 2023 ?

nos annonces Peugeot

  • Peugeot 308
    1.2 PURETECH 130CH S&S GT EAT8

    Essence : Automatique
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 08/03/2021
    Garantie : 24 mois
    Prix de vente : 24 480 €€
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 32 960 €€
    Remise de : -8 480 €€

  • Peugeot 5008
    1.5 BLUEHDI 130CH S&S ALLURE EAT8

    Diesel : Automatique
    6500 km : Occasion
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 03/09/2020
    Garantie : 18 mois
    Prix de vente : 30 940 €€
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 42 960 €€
    Remise de : -12 020 €€