logo La revue auto

Jaguar XF restylée : elle cache bien son jeu

Sortie en 2015 et venant défier la BMW Série 5 en y apportant le luxe à l’anglaise, la Jaguar XF n’aura pas réussi à tenir sur la durée, la faute à des ventes décevantes l’année dernière, en Europe. De ce fait, le constructeur anglais vient de lever le voile sur son toilettage de mi-carrière.

Mais pour ne pas brusquer une clientèle frileuse, celui-ci se fait en douceur, aussi bien sur la berline que la version break. Tout du moins, en apparence.

Exterieur_jaguar-xf-restylee-elle-cache-bien-son-jeu_0
Voir la galerie photo

Ce n’est donc pas la face avant qui a nécessité le plus de travail de la part du constructeur anglais, cette dernière se concentrant essentiellement sur sa signature lumineuse.

Cette dernière est dorénavant entièrement à LED et adopte les fameux doubles J. L’évolution de l’arrière est tout aussi subtile avec un « nouveau » diffuseur ne venant pas bouleverser l’équilibre du design.

Non, c’est à l’intérieur qu’une mini révolution s’est opérée, avec l’arrivée notable d’un grand écran multimédia de 11,4 pouces légèrement incurvé, au design et à l’interface raffinée, cette dernière intégrant le nouveau système Pivi Pro. Le restyling fait également la part belle aux matériaux, renforçant l’aspect cossu de l’intérieur (tout du moins sur les photos).

Le poste de conduite reçoit également une instrumentation digitale personnalisable de 12,3 pouces (de série), tandis que le rétroviseur central devient numérique et relié à la caméra arrière.

Trois niveaux de finition seront proposés : S, SE et HSE. Il sera possible d’opter pour le pack R-Dynamic afin d'y ajouter des éléments de style légèrement plus dynamiques, ainsi que le black pack.

Sous le capot, c’est également une belle évolution avec la fin du V6 (snif) et l’apparition de bloc plus « propres » afin de faire tomber les émissions de CO2 et éviter un malus trop important. On note donc l’arrivée d’un bloc diesel quatre cylindres à microhybridation de 204 ch, remplaçant l'ancien de 180 ch tandis que la partie essence est assurée par deux blocs.

Le quatre cylindres 2.0 turbo est décliné en 250 ch (en propulsion ou transmission intégrale) et 300 ch (uniquement en transmission intégrale) et permettra à la XF d’effectuer l’exercice du 0 à 100 km/h en 6,1 secondes avec cette dernière motorisation.

Côté tarifs, la berline sera disponible à partir de 51 900 € et la version break à partir de 55 400 €, hors malus.