Caterham

Essai Caterham Seven 160 : Plaisir ?

A l'exact opposé de l'impressionnante 620R, Caterham propose un retour aux sources extrêmes, avec la petite Seven 160 qui offre moins de tout (puissance, poids, dimensions, aides ....) mais toujours beaucoup de plaisir. Les Seven mettent le plaisir au-dessus de toute autre considération, pas de flamboyance inutile, pas de formes hyper recherchées, pas de technologie dans tous les sens. Non, les Caterham enlèvent tout ce qui n\'est pas nécessaire entre la route et le conducteur. La 160 ne déroge pas à la règle, au contraire même, elle est sans doute la plus proche d\'une simplicité absolue et uniquement dédiée au plaisir simple et de la conduite.

+ de photos Caterham Seven 160

Présentation ...

L'idée de la Seven 160 est née durant un voyage de David Ridley, responsable commercial en chef, au Japon, 3ème marché de la marque après le Royaume-Uni et la France. Le principe était de faire une voiture qui rentre dans les critères des Kei cars, ces petites voitures qui bénéficient au Japon d'aides gouvernementales sur les taxes, le stationnement et l'assurance. Pour ce faire, il fallait des dimensions inférieures à 3,40m de long et 1,48m de large et un moteur de 660 cm3 et 64ch maximum.
Avec ses 3,38m de long, le pari était gagné. Les voies arrières ont été rétrécies et y prennent place de minuscules pneus montés sur des jantes en tole de 14, faisant passer une roue galette de secours pour un pneu large. C'est Suzuki qui fournit le groupe moteur complet avec boîte de vitesses à 5 rapports et pont arrière de type Pont de Dion. Si l'idée était de fabriquer une Kei Car, l'envie était aussi de proposer une voiture retour aux sources et la Seven 160 faisait donc d'une pierre deux coups.

Suzuki a tellement aimé la voiture qu'ils l'ont présentée sur leur Stand du Salon de Francfort 2013, et elle est seulement la deuxième voiture non nippone à être homologuée en tant que Kei Car. Les japonais ont fait le forcing pour avoir la même version qu'en Europe - version dépassant les 64ch - et ont obtenu gain de cause. En France, avec des rejets de seulement 114gr de CO2 par kilomètre vous serez dispensé de tout malus écologique.

Moteur ...

C'est le très répandu et fiable Suzuki K6a qui prend place sous le capot. On le trouve d'habitude dans les Wagon'R, Alto ou encore Jimny. Ce 3 cylindres turbo cube à 660cm3 et développe initialement 64ch au Japon, mais les ingénieurs de Caterham l'ont fait évoluer pour la version européenne et il offre désormais 80ch à 7.000tr/min et 107Nm à 3.400 tr/min.

Avec le poids très contenu de la 160, ce petit moteur fait des merveilles et la voiture décolle aussi vivement qu'une mouche évitant de se faire écraser. Les performances sont certes modestes en comparaison de la production actuelle, notamment à peine plus de 160km/h en vitesse maximale. Les 6,9 secondes demandées sur l'exercice du 0 à 100km/h ne sont pas plus exceptionnelles, surtout pour une Caterham. Cependant, en conduite sur petites routes, les 80ch réagissent à la moindre sollicitation de la pédale de droite, et de façon étonnante, et du haut de son mini couple ils relancent les 490kg du roadster entre chaque virage de façon bien suffisante. Si ce 3 cylindres permet de monter jusqu'à 8.000tr/min, il est bien inutile de dépasser la régime de puissance maximale, après quoi la courbe s'écroule un peu et on ne gagne rien au changement de rapport.

Intérieur ...

Avec mon mètre quatre-vingt dix-sept et mes 47 aux pieds, j’avais un léger doute sur ma capacité à entrer dans la 160 et encore plus à pouvoir la conduire sans encombre … doute assez vite levé, oui je rentre, capote relevée –  option capote à 1600€  - cela m'évite d'user de mes talents de contorsionniste. Capote enlevée, la manœuvre est on ne peut plus simple : on met ses pieds devant le siège, debout, et on se laisse glisser, c'est tout. Pour les personnes de taille plus raisonnable, il n'y aura donc vraiment aucun problème et les sièges ajustables, en cuir en option (650€), très enveloppants, maintiennent très bien. Au final, le peu d'espace vous cale très bien sans pour autant vous donner l'impression d'être trop à l'étroit.
Un
Devant vous, se présente un tableau de bord simplifié à l'extrême, avec des boutons qui s'étalent sur l'ensemble, la faible largeur de l'intérieur permettant d'avoir accès à tout sans difficulté. Impossible de se tromper ou de perdre du temps à chercher : un bouton c'est une fonction !! Et s'il y a si peu de boutons, c'est qu'il y a peu de fonctions tout simplement. Ici, vous n'avez que les indispensables tels que les phares, les clignotants ou encore les essuie-glaces (grand luxe, avec lave glace !). Le volant, de petit diamètre mais épais, se prend très bien en main et est très agréable à l'usage. Quant aux clignotants sus-cités, c'est un bouton poussoir juste à côté du volant; poussez le vers la gauche ou la droite pour indiquer où vous comptez aller, un peu déroutant au début.

Vous trouverez, cachée sous le tableau de bord, une tirette. Il suffit de la tirer vers vous pour avoir de l'air chaud et de la repousser pour avoir de l'air frais mais vous ne pourrez pas régler la température : c'est frais ou c'est chaud. Décapoté c'est chaud en bas et froid en haut !

Autre petite surprise, si vous cherchez la prise 12V et que vous ne la trouvez pas, c'est normal, il fallait prendre l'option à 150€. Light is Right, d'accord, mais c'est un peu mesquin là.
Des
Sur la route ...

Je vais passer très vite sur les quelques trajets faits sur autoroute, c'est juste encore plus ennuyeux qu'avec n'importe quelle autre voiture, en plus d'être bruyant pour rien. C'est utile pour se rendre compte que la moindre Porsche Boxster prend des allures de Panamera vu d'en bas et on est assez tenté de passer sous un camion,pour changer de voie; cela semble réalisable mais un certain bon sens m'en a chaque fois dissuadé.

Non, cette Caterham est définitivement faite pour les petites routes sinueuses, où son petit moteur ne donne pas l'impression de manquer d'allonge et de puissance entre deux virages. C'est dans les Surrey Hills, en Angleterre, que nous avons trouvé ce terrain de jeu idéal et la consommation réduite (moins de 5L/100km sur l'essai) a permis d'en profiter des heures durant.

Caterham a choisi de mettre des suspensions plus molles que sur ses autres modèles, pour contrecarrer le manque de puissance et ainsi rendre la voiture plus mobile et ludique. Malgré cela, la tenue de route est bonne et la 7 ne surprend pas par des décrochages intempestifs et non voulus, même lorsque l'on attaque un peu. Le train avant précis s'inscrit en courbe et l'arrière se place sans rechigner, sans à-coup. Par contre, si vous êtes joueur et que vous voulez que l'arrière soit vraiment mobile, rien de plus simple : en entrant en courbe assez fort sur les freins donnez un coup de volant et la voiture se place en dérive, le peu de puissance permettant un dosage facile sans risque, grisant ! Pour autant, il ne faut pas en abuser, surtout sur toutes petites routes où se mettre en travers, même de façons facile, est un risque qu'il faut savoir maîtriser.

Dans les choses à savoir mesurer il y a le freinage. Ce n'est pas le point fort de cette mini Cat' qui, sans aucune assistance, a tendance à rapidement bloquer les roues. En effet, avec seulement 490kg sur la balance et des pneus minuscules, la force de freinage est vite trop importante et apporte quelques frayeurs, surtout sur route humide. Au final, elle demande juste de laisser tomber les facilités de la conduite moderne pour revenir aux fondamentaux et c'est bien là que se trouve le plaisir, loin du trop facile.
Puisqu'elle
Du plaisir, vous en prendrez plus qu'à votre tour avec cette Seven 160, même au rythme de la balade, être assis si près du sol, sans porte si vous le désirez, assis sur l'essieu arrière et ce long capot qui ne demande qu'à plonger dans chaque virage, la boîte de vitesse, un peu dure et au débattement court, demande de bien décomposer les mouvements sans pour autant être un frein au plaisir, au contraire elle contribue à l'ambiance. En augmentant le rythme vous augmentez le plaisir, tous vos sens sont mis à l'épreuve, vous ne pouvez retenir ce petit sourire de satisfaction, vous avez l'impression de voler au ras du sol et quand vous regardez votre compteur vous vous rendez compte que vous n'êtes même pas aux limitations de vitesse. C'est là tout le charme de cette Caterham, de vous donner un maximum de sensations avec très peu de choses, et à 90km/h avec l'air qui vous fouette le visage, la route qui défile à portée de main et la sonorité du moteur déjà haut dans les tours, vous avez l'impression de rouler deux fois plus vite. Mais non, vous prenez bien un plaisir fou tout en respectant les limitations et en gardant une marge de sécurité énorme, que demander de plus ?

Conclusion

Avec la Seven 160, Caterham nous offre un rapport prix/plaisir sans concurrence, ludique mais pas dangereuse elle n'est pas un pousse au crime continu et permet de (re)découvrir les plaisirs simples de la conduite, pleine de sensations malgré son moteur modeste. Elle peut être un très bon ticket d'entrée dans le monde de la voiture de sport, pour apprendre ce qu'est une propulsion ou encore un transfert de masse, ou une très bonne seconde voiture plaisir pour les weekends de balade.

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Caterham Seven 160 : Plaisir ?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter