Citroen

Essai Citroën C4 Cactus : tout en douceur... de suspensions !

Citroën est en pleine mutation de gamme. Tout comme chez les autres constructeurs européens, les nouveaux modèles font la part belle aux SUV. Vous savez, ces engins hauts sur pattes, qui copient les codes des 4x4, mais qui ne sont que des monospaces revêtus d'un jogging Armani. Citroën n'échappe d'ailleurs pas à cette lame de fond.

+ de photos Citroen C4 Cactus PureTech 130

Pour preuve, il y a peu, nous avons testé le nouveau C3 Aircross et nous sommes montés à bord du futur C5 Aircross. Le problème, c’est qu’avec ces deux modèles, le pétillant C4 Cactus n’avait plus vraiment sa place. C’est dorénavant chose réparée, avec cette nouvelle version qui le transforme petit à petit en berline compacte.

Le popotin entre deux chaises…

La Citroën C4 Cactus a été un véritable phénomène pour la marque aux chevrons. Cette auto, dont l’offre mélangeait de façon originale le style d’un SUV urbain et les prestations d’une berline compacte nouvelle génération, a séduit une nouvelle clientèle. Espiègle, intelligente et efficiente, on se demande pourquoi Citroën se lance dans un renouvellement.

La raison est simple. L’actuelle C4 Cactus roule sur les platebandes du nouveau C3 Aircross et la berline compacte C4 est hors d’âge. C’est en partant de ce constat que les marqueteurs et ingénieurs de la firme aux chevrons nous proposent aujourd’hui une C4 Cactus entièrement revue.

Plus C4 que Cactus ?

Légèrement plus longue et surtout plus basse (4,17 m, 1,71 m, 1,48 m), on a bien du mal à reconnaître cette Cactus. Son allure générale la place maintenant dans le segment des berlines compactes avec en ligne de mire sa cousine Peugeot 308 ou la Teutonne, la Volkswagen Golf.

Dans un environnement surchargé, où règne la conformité, les designers des autres firmes n’ont pas vraiment les mains libres. Sauf qu’ici, on est chez Citroën qui prône l’audace et l’originalité. Cependant, pour ce nouvel opus du Cactus, et afin de convaincre une nouvelle clientèle, ils l’ont rendu plus convenable. Pour preuve, ses fameux AirBumps se voient affinés et migrer vers la partie basse de l’auto. Cependant, avec sa signature LED rejointe par les ailes chromées du logo Citroën, les projecteurs affinés, les inserts noir brillant, le bouclier couleur caisse avec écopes latérales, il joue bien la carte de la différence !

À l’arrière, le volet couleur caisse, lisse et simple, est mis en valeur par de nouveaux feux arrière à effet LED 3D fins et ciselés. Ils élargissent la voiture tout en la rendant plus moderne. Les écopes latérales finissent d’asseoir le dynamisme de la voiture. Le cockpit est fortement inspiré de ses sœurs et reprend les codes stylistiques des lounges qui pullulent dans nos agglomérations. Il met en avant la lumière, la chaleur et est traité avec des volumes épurés, des matières douces et des couleurs apaisantes.

Sous le capot moteur, Citroën pousse la montée en gamme en installant la dernière génération de moteur turbo à injection du groupe PSA. On peut donc y voir les moteurs essence 3 cylindres PureTech dans les versions turbo PureTech 110 et 130 chevaux. Pour les gros rouleurs, il y a l’offre de moteurs Diesel BlueHDi qui propose 100 et 120 chevaux avec une possibilité d’y intégrer une boîte de vitesses automatique EAT6.

Essai

Des suspensions audacieuses à la Citroën

La nouvelle C4 Cactus ne vient pas dans ce segment encombré des berlines compactes sans une arme surprenante. Les ingénieurs nous font la belle surprise d’équiper la Cactus des suspensions à Butées Hydrauliques Progressives.

Cette technologie, issue du Rallye, donne selon ses concepteurs, « l’impression de voyager à bord d’un tapis volant ». Cette suspension a nécessité le dépôt de 20 brevets. Son principe de fonctionnement est simple. Alors que les suspensions classiques sont composées d’un amortisseur, d’un ressort et d’une butée mécanique, ces suspensions ajoutent une butée hydraulique en détente et une autre en compression.

Xavier Peugeot, directeur du produit Citroën, déclare à propos de ces fameuses suspensions : « Avec la Nouvelle C4 Cactus, Citroën concrétise le déploiement de son offensive sur le territoire du confort, avec l’introduction de deux exclusivités Citroën issues du programme Citroën Advanced Comfort : les suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives en première européenne, et les sièges Advanced Comfort en première mondiale. La Nouvelle C4 Cactus offre ainsi un confort inégalé accessible au plus grand nombre, s’appuyant sur le savoir-faire de la marque en termes de bien-être à bord. »

Mes premières impressions…

Pour prendre le volant des premières C4 Cactus, nouvelle génération, Citroën nous a conviés dans le Lubéron et son soleil qui semble être comme figé dans le ciel. Plutôt une bonne idée, puisqu’au même moment la capitale est sous des trombes d’eau. Bref…

Si, en photo, j’avais du mal à appréhender l’allure du Cactus, de visu c’est une autre histoire. L’effort des designers pour proposer une compacte différente et charmante est réussi. La face avant complexe dégage beaucoup de modernité, le profil est musculeux avec ses lignes de caractères horizontales alors que la poupe, marquée par ses feux 3D rectangulaires, semble bien campée sur le bitume. On ne peut la confondre avec ses concurrentes, c’est certain !

Nous passons dans l’habitacle. La lumière inonde l’intérieur, il faut dire qu’il n’y a presque plus de tôle, tellement la vitre de toit panoramique est grande. Les sièges à la forme plate sont très joliment dessinés. Ils s’accordent parfaitement à la planche de bord horizontale qui mélange les lignes droites et les courbes. Comme sa devancière, la Cactus conserve son écran tactile qui regroupe toutes les fonctions, du GPS à la ventilation, en passant par l’ordinateur de bord. Si ce système élimine drastiquement les boutons, il complexifie l’arborescence et l’ergonomie de l’auto. À l’arrière, la Cactus conserve ses vitres à ouverture à entrebâillement. Cela fait économiser du poids et l’achat de moteurs électriques. L’espace à bord est augmenté un peu partout et les places arrière sont convenables. La malle peut accueillir 358 litres de bagages. Ce qui est dans la moyenne.

Arrière

Ligth is Rigth !

Notre belle bleue est une finition PureTech 130 Shine super équipée. Il ne lui manque pas grand-chose, à vrai dire ! Et question technologies, elle propose 12 aides à la conduite rassurantes utilisable au quotidien. Il y a, entre autres, le régulateur de vitesse (non adaptatif mauvais point), le Coffee Break Alert, l’Alerte Attention Conducteur, la caméra de recul, l’Aide au démarrage en pente… et l’Accès et démarrage mains libres.

Clé en main, j’appuie donc sur le bouton « START » pour lancer son moteur. C’est le tout récent 3 cylindres turbo de 1,2 litre PureTech développant 130 chevaux. Accompagné d’une boîte mécanique à 6 rapports, il peut compter sur un joli couple de 230 Nm. Et dans les faits, ce 3 pattes est un excellent choix. Il sait se montrer rageur et volontaire. Il transforme même la Cactus en petite « GTi ». Car il faut dire que cette cavalerie n’a aucun mal à propulser les 1 080 kg sur la balance (soit entre 150 et 250 kg de moins que ses rivales). Les reprises sont franches et il offre une excellente allonge. Cerise sur le gâteau, si cette combinaison lui offre du « PEPS », les consommations sont tout au contraire basses. Sur les 320 km de notre essai, l’ordinateur de bord annonçait 6,3 litres aux 100 km.

Et le confort, me diriez-vous ?

On apprécie surtout le confort : pas uniquement la douceur des commandes comme la direction et la boîte… Non, le toucher des suspensions est d’une délicatesse déconcertante. Si au début, on a l’impression de se faire balader de gauche à droite au fur et à mesure des courbes, on prend très rapidement le pli en la plaçant en douceur sur ses appuis. Et là, l’excellent châssis PSA fait son boulot en agrippant le bitume. Attention, je n’ai pas dit que c’était une sportive, mais elle offre bon compromis entre confort et dynamisme que presque seuls les Français parviennent à atteindre.

D’autant que les choses se bonifient en ville. Ici, elle rayonne par son efficacité. Elle avale les pavés et les dos-d’âne plus ou moins réglementaires sans sourciller. La Cactus est sans doute la voiture la plus confortable de son segment ! C’est un plaisir de rouler à son volant, surtout que son insonorisation est au TOP.

Linda Jackson, directrice générale de Citroën a déclaré : « L’objectif pour Citroën est d’être la marque de référence en termes de confort. Et en tant que marque généraliste, d’apporter ce confort inédit au plus grand nombre. Avec la Nouvelle Berline C4 Cactus et l’introduction des suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives, nous proposons une berline compacte originale et parfaitement dans l’air du temps. »

Essai

Dans le mille ?

La transformation de la Cactus est réelle. Née crossover essentiel (pour ne pas dire low cost), elle revendique aujourd’hui le statut de berline compacte, en attendant le remplacement de la C4 prévue pour 2021.

Pour convaincre les acheteurs, elle s’offre à des tarifs inférieurs à ceux de ses rivales. Alors qu’elle ne demande que 23 450 €, dans ma version PureTech 130 Shine, la Mégane TCe 130 fait grimper l’addition à 26 100 € et la référence du marché, sa cousine Peugeot 308 PureTech 130, s’échange contre 26 500 €. À ceci se rajoutent un style unique et des suspensions incroyablement moelleuses. Ce qui, pour certains, est un plus et pour d’autres, un moins.

Note : 14/20

Bien vu :
- Originalité conservée
- Confort de suspension
- Moteur alerte
- Consommation

À revoir :
- Qualité des plastiques
- Accoutumance aux suspensions
- Style clivant
- GPS lent

Photos ©Etienne Rovillé

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Citroën C4 Cactus : tout en douceur... de suspensions !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter