logo La revue auto

Essai Lamborghini Huracan Performante : elle aurait du s appeler percutante

Non contente de figurer en haut du tableau en matière de performances, la Lamborghini Huracan se décline en version Performante. Et effectivement, elle l'est, à  condition de disposer du terrain de jeu bien adapté.

Exterieur_Lamborghini-Huracan-Performante-Essai_2 Exterieur_Lamborghini-Huracan-Performante-Essai_5 Exterieur_Lamborghini-Huracan-Performante-Essai_6 Exterieur_Lamborghini-Huracan-Performante-Essai_8 Exterieur_Lamborghini-Huracan-Performante-Essai_10 Interieur_Lamborghini-Huracan-Performante-Essai_22
Voir la galerie photo

Fruit de la recette magique employée chez la plupart des constructeurs de GT, la Lamborghini Huracan Performante est la version allégée et vitaminée d’une déclinaison qu’on ne peut pas vraiment qualifier d’asthmatique.

Une aérodynamique active
La mission des gens de Sant’Agata Bolognese n’a donc pas été aisée, afin de proposer une sportive encore plus performante, radicale et délirante que la version sur laquelle elle repose. Toutefois, Lamborghini a sa botte secrète pour poser sur la route un engin qui semble échappé des circuits.

La Lamborghini Huracan Performante se distingue d’abord par sa dotation cosmétique spécifique, avec un bouclier avant mordant la route, au sens propre comme au figuré, une poupe marquée par deux sorties d’échappement surélevées et par un aileron qui culmine à plus d’un mètre du sol. Cette dernière pièce est la partie visible de l’iceberg, caractérisé ici par le dispositif Aerodinamica Lamborghini Attiva. Les éléments réalisés en Forged Composite font partie d’un ensemble d’éléments mobiles qui, selon la charge et l’angle du volant, favorisent la pénétration dans l’air ou l’appui.

Si nous n’avons pas eu l’occasion de découvrir le travail en 500 millisecondes des vérins sur route ouverte, le système contribue aussi à la réduction de poids, qui tombe de 40 kg au total par rapport à une Lamborghini Huracan LP610-4. Le dernier ingrédient n’est autre qu’une dose de puissance supplémentaire apportée par le V10 5,2 litres atmosphérique, qui balance dans le dos 640 ch pour 600 Nm de couple.

Boules Quies non fournies
Associé à la transmission intégrale et à la boîte à double embrayage, la Lamborghini Huracan Performante fait preuve d’une disponibilité d’un autre monde, avec une réponse sans délai entre la commande du couple et la livraison au sol. Preuve en est sur le papier avec un 0-100 km/h digéré en 2,8 secondes et, sur la route, en touchant des vitesses répréhensibles en un éclair. Si la McLaren 720S m’a bouleversé, c’est peu de le dire, par sa hargne extraterrestre, l’Italienne ne se situe pas bien loin derrière, la bande-son délirante en plus, qui vous décrasse les tympans jusqu’à 8 500 tr/min.

Brutale dans sa présentation et sa définition, la Lamborghini Huracan Performante conserve en revanche une certaine forme de confort. Malgré une suspension affermie, le filtrage des ondulations à un rythme légal surprend : les passagers sont à peine balancés, sans qu’un rendez-vous chez l’ostéopathe soit nécessaire une fois arrivé à destination. Ou du moins, tant que vous évoluez avec le mode Strada enclenché dans les lisses rues monégasques. Car les choses sont toutefois différentes au fur et à mesure que j'approche du col du Turini et que je joue avec l’ANIMA, comme un enfant à qui l’on aurait interdit de s’approcher de la gazinière.

Une Huracan GT3 homologuée
Percutante en mode Sport, la sportive se transforme en déclinaison homologuée de la GT3 engagée en compétition avec le mode Corsa. La moindre irrégularité de la route se fait ressentir dans la colonne vertébrale, alors que les changements de rapports se traduisent par une claque dans la nuque. La direction se montre aussi plus directe et je me surprends alors à devoir débraquer afin de ne pas aller épouser l’intérieur du virage. Une précision chirurgicale qui n’est en revanche pas aidée par le manque de remontées dans la colonne de direction.

De plus, l’amortissement plus ferme a du mal à laisser les quatre Pirelli P Zero Corsa au sol sur les bosses qui précèdent chaque épingle : les distances de freinage se retrouvent allongées, tout comme les traces de sueurs sur les vêtements. En outre, la lame avant est amenée à frotter le sol bien trop souvent, faisant alors imaginer la délirante facture de réparation du système ALA en cas de casse. Un comportement étonnant face à une McLaren 720S, qui ne connaît presque pas le goût du bitume, ou par rapport à la Lamborghini Aventador S menée derrière moi par un célèbre confrère, qui n’aura jamais rencontré ce genre de contrariété.

Parfaitement inutile, limite dangereux, sur route ouverte, le mode Corsa est à réserver au billard des circuits. Sur mon parcours d’essai, le mode Strada se montrera le plus indiqué, mais ne parvient pas toutefois à convenir, surtout après une expérience le couteau entre les dents. On pourra alors regretter l’absence d’une commande EGO, comme sur le Lamborghini Urus, qui permet de configurer les paramètres selon les envies : une suspension Strada, un ensemble moteur/boîte Sport et une direction ainsi qu’un échappement Corsa serait alors le meilleur des mondes pour éliminer la plupart des objets roulants sur route.

Performance


Performance
5 / 5
Tenue de route
5 / 5
Habitabilité
1 / 5
Consomation
1 / 5
Prix
1 / 5
Confort
1 / 5

Verdict

  • - Style aguicheur
  • - Bande-son effrayante
  • - Efficacité remarquable
  • - Tempérament peu adapté à la route
  • - Pas de mode à la carte
  • - Prévoir un budget pour le bouclier avant
  • - Et un autre pour les séances d’ostéo

Conclusion:


Une sportive à part

La Lamborghini Huracan Performante est, roulement de tambours, incroyablement performante. Ses différentes améliorations sont plus que de sérieuses mises à jour d’un modèle existant : elles font passer la Performante pour une sportive à part entière, qui assume parfaitement son rôle de super-GT, laissant de côté toute sorte de compromis pour se conduire comme une citadine. Sur circuit, je l’imagine facilement comme l’une des armes absolues avec son caractère qui ne semble pas éloigné de la version GT3. Sur route, elle atomise la plupart des sportives et la confiance qu’elle génère vous pousse à explorer des vitesses délirantes, ainsi que toutes les gammes de sa bande son d'outre-tombe.

Mais sa configuration trop typée ne lui permet pas d’aller aussi vite que son enrobage le laisse penser. Pour cela, il faudra surement opter pour une Porsche 911 GT3 RS (plus abordable de 40 000 euros) ou une McLaren 720S (à peine plus elevée de 13 000 euros). Des alternatives qui proposent par ailleurs des commodos conventionnels, plus ergonomiques que la commande des clignotants empruntée à un deux roues, sur une sportive affichée à partir de 236 588 euros.

Crédit photo : Morgan MATHURIN et Lamborghini Press