logo La revue auto

Essai mitsubishi space star ne m oubliez pas

Dans la jungle des citadines, nos petites Françaises sont indétrônables. Même la fière Volkswagen Polo ou la tricolore Toyota Yaris ne peuvent soutenir la comparaison avec les Renault Clio, Peugeot 208 et Citroën C3. Cependant, il y en a une qui, sans prétention aucune, peut s'enorgueillir d'offrir les prestations que l'on demande à une citadine... Elle, on a tendance à l'oublier, c'est la Mitsubishi Space Star‚!!

Exterieur_Mitsubishi-Space-Star-Intense-1.2_13 Exterieur_Mitsubishi-Space-Star-Intense-1.2_14 Exterieur_Mitsubishi-Space-Star-Intense-1.2_20 Exterieur_Mitsubishi-Space-Star-Intense-1.2_26 Interieur_Mitsubishi-Space-Star-Intense-1.2_37 Interieur_Mitsubishi-Space-Star-Intense-1.2_39
Voir la galerie photo

Qui dit citadine, dit dimensions compactes…

Sous cet intertitre à la logique implacable se cache une faille. Ces derniers temps, les soi-disant petites citadines que nous proposent nos chers constructeurs automobiles se veulent plus grosses que le bœuf. Ils poussent même la plaisanterie jusqu’à dépasser les 4 m de long (cf. Renault Clio avec 4,06 mètres) qui étaient, il n’y a pas si longtemps, le lot des berlines compactes (cf. Peugeot 306 et ses 3,99 m).

La Space Star, elle, n’a pas succombé aux sirènes et à la testostérone des Européennes. Mitsubishi prône un véritable retour aux sources avec sa citadine qui ne revendique que 3,79 m de longueur, 1,66 m de large et 1,50 m de haut.

En revanche, si Mitsubishi a misé sur des dimensions de lilliputienne, on ne peut pas vraiment dire que le constructeur ait pris de grands risques question style ! Certes, la Space Star, qui est arrivée à mi-parcours de sa carrière, est passée par la case lifting, mais si l’engin n’est pas laid, on ne peut pas dire qu’elle fasse tourner les têtes des citadins qui la croisent.

La Space Star se contente d’un minois sympathique avec de face une calandre hexagonale fine et large surmontée de chrome. Les optiques sont taillées à la façon d’un diamant et les feux de jours à LED soulignent son regard. Le bouclier est percé sur la partie basse par une grande bouche alors que le chrome affirme son tempérament urbain. Le profil est d’un classicisme pesant alors que la poupe change de style avec des lignes horizontales et des feux « carrés ». Elle joue la simplicité, un point c’est tout !

Essai

Pour animer la petite Mitsu

Mitsubishi équipe désormai sa Space Star d'un unique petit 3 cylindres essence. Le constructeur abandone son moteur d'un litre de 71 chevaux, qui faisait son entrée de gamme, pour ne proposer que son 1,2 litre qui fait grimper sa cavalerie à la puissance folle de 80 chevaux. Certes, pas de quoi taper un record sur le col du Turini, mais dans les faits, il est suffisant pour zigzaguer énergiquement entre les files des rues encombrées et faire quelques kilomètres sur autoroutes. Question chiffres brut la Space Star 2017 demande 11,7 secondes pour le 0 à 100 km/h et une vitesse de pointe de 180 km/h. Lors de mon essai de plus de 300 km du côté de Nice/Cannes, ce 3 pattes s’est montré extrêment frugal avec une conso moyenne de 5,6 litres aux 100 km. Une vraie performance qui démontre le savoir-faire du constructeur.

Comment ça roule  une Space Star ?

Les suspensions ne sont pas trop souples. Elles filtrent honnêtement les imperfections de la chaussée. Le roulis reste maîtrisé en presque toutes situations et offre donc une tenue de route saine, tout comme le freinage. Certes, le museau racle le macadam en cas de gros freinage d’urgence, mais rien de véritablement notable. La direction assistée est précise et en ville c’est un régal ! Douce, elle semble tourner sur elle-même avec son rayon de braquage de seulement 4,6 m.

Essai

À l’intérieur...

La modularité, la sellerie et l’ergonomie sont élémentaires et on note la présence de très peu de boutons, tout juste les commandes de climatisation et pour le reste il suffit de passer sur l’écran du GPS. Un atout réel pour cette citadine qui se la joue « simple ». L’insonorisation souffre un peu du son caractéristique du 3 cylindres, mais reste tout à fait convenable. La place à bord est comme le reste, suffisante, et le coffre de 235 litres remplira son office pour faire ses courses au supermarché.

Pour combien ?

J’en vois qui sortent déjà le chéquier, d’autant que les prix frôlent les pâquerettes ! La fourchette de prix commence à 13 800 € pour atteindre 16 000 € pour la haute finition qui intègre les jantes alliage, le GPS, etc. Et si vous vous lassez de passer les vitesses, la boîte CVT (automatique) est également disponible en option pour 1 100 € de plus.

Bilan : Que vaut cette Mitsubishi Space Star ?

Vous l’aurez compris, la Space Star ne cherche pas des crosses aux Mini Cooper, DS 3 ou autre Fiat 500. Non elle, elle vient chasser sur les terres des Peugeot 2008 et Renault Clio de « base ». Ses prix, ses prestations et sa simplicité d’utilisation en font un outil simple pour les déplacements quotidiens. Mais le style et sa notoriété lui font extrêmement défaut, d’autant que la très réputée Dacia Sandero se place elle aussi dans cette niche des « autos malignes »



Note 12/20

Bien vu :
- Facile à prendre en main
- Une vraie taille de citadine
- Prix/prestations
- Consommations sur l'essai de 5,6 litres

À revoir :
- Le manque de charisme
- La notoriété
- L’offre de moteurs

Photos de Soufyane Benhammouda