logo La revue auto

Mercedes attaque la justice francaise

C'est décidément le feuilleton de l'été, depuis le 12 Juin dernier les modèles Classe A, Classe B, CLA et SL de Mercedes sont bloqués par l'administration française. Le constructeur est interdit de vente sur ces véhicules qui utilisent un gaz de climatisation qui n'est pas homologué par Bruxelles. Par conséquent, les clients français qui ont commandé un de ces modèles ne peuvent être livrés. La marque à l'étoile fournit des véhicules de remplacement, propose des offres de compensation comme l'entretien 60 000 km offert, mais cette situation peut à terme supprimer des emplois et représenter un réel manque à gagner pour la marque d'outre Rhin.

Exterieur_Mercedes-CLA_0 Exterieur_Mercedes-CLA_1 Exterieur_Mercedes-CLA_2 Exterieur_Mercedes-CLA_3 Exterieur_Mercedes-CLA_4 Exterieur_Mercedes-CLA_5
Voir la galerie photo

Après un premier recours déposé auprès du Tribunal de Commerce, ce dernier avait donné 10 jours au Ministère des Transports Français pour prendre une décision quant au blocage des Mercedes. Ce délai est passé et le gouvernement reste sur sa position : interdiction pure et simple de tous ces véhicules sur le territoire. 

Le constructeur réagit et a décidé d’attaquer cette décision en référé auprès du Conseil d’Etat.

Les 2 parties devraient se rencontrer d’ici une quinzaine de jours. La raison invoquée est toujours la même : Mercedes continue d’utiliser l’ancien gaz pour ses climatiseurs à la place du gaz R1234yf préconisé par l’Union Européenne. Ores l’ancien gaz est nocif pour la coche d’ozone. 

Face au Conseil d’Etat, Mercedes mettra en avant le fait que pour déclencher une clause de sauvegarde (ce qu’a fait le gouvernement français), il faut qu’il y ait atteinte à la sécurité. Ores ce n’est pas le cas, bien au contraire puisque Mercedes a prouvé que le nouveau gaz était inflammable en cas de choc ! De surcroît, des milliers de véhicules circulent déjà en France équipés de l’ancien gaz.

Protectionnisme exacerbé ? Regain soudain d’écologie de la part du gouvernement ? Il n’empêche que si la marque à l’Etoile n’arrive pas à trouver gain de cause, ce sont 1 600 emplois qui peuvent être menacés, et la fermeture de plusieurs concessions dans l’hexagone. Mercedes qui était en progression en début d’année sur la France est à -6% de ventes depuis Juin 2013.