logo La revue auto

Essai AUDI e-tron : avec l'électrique, plus rien ne sera comme avant ?

Le monde change ! Et l’automobile avec. Pour preuve, aujourd’hui, les constructeurs n’ont plus d’autres choix que d’investir des milliards d’euros dans la recherche et le développement de nouveaux modes de propulsion. L’AUDI e-tron 55 quattro est le premier véritable résultat de cette implication du groupe Volkswagen. Pour tester cette nouvelle machine 100 % électrique, nous voilà du côté de La Rochelle pour un road trip qui nous ramènera en région parisienne. Soit, 600 km sur deux jours pour découvrir ce SUV électrique et rendre notre jugement.

Voir la galerie photo

AUDI e-tron : l’électrique et ses interrogations.

Mon périple commence à la gare Montparnasse à 7 heures 27 tapantes avec le départ du TGV no 8371. Je passe le contrôle de billets automatique et monte à bord de notre fierté industrielle sur rail propulsée par l’électricité. Tiens tiens !

Je monte au second étage et prends place sur le siège 85. 8 secondes plus tard, notre grand Étienne (qui sera le photographe de cet essai) me rejoindra. Un peu plus tard, c’est l’équipe presse d’AUDI et quelques confrères qui nous rejoindront. Le sifflet du contrôleur lance officiellement le début de l’opération : « à la conquête électrique des journaleux » pour AUDI.

Car, il faut bien le dire, les journalistes automobiles de renom sont tous aujourd’hui circonspects face à cette technologie. Les raisons sont assez nombreuses, mais les trois principaux points de friction sont : la problématique de la recharge, l’autonomie d’une voiture électrique ainsi que la qualité de roulage et le plaisir de conduire. D’après le cahier des charges, que j’ai en main, les ingénieurs de la marque aux anneaux se doivent de répondre à ses questionnements sous peine de manquer leur cible.

AUDI e-tron : les chiffres.

Je continue mon petit tour du proprio avec la fiche technique de l’engin. Comme son nom l’indique, ce e-tron 55 quattro est un SUV à 4 roues motrices. Il dispose même d’une très belle cavalerie puisque la marque annonce une puissance totale de 265 kW soit 360 chevaux pour un couple de 561 Nm. De quoi expédier ce e-tron de 0 à 100 km/h en 6,6 secondes, alors que sa vitesse maximale est limitée électriquement à 200 km/h pour éviter la surconsommation.

Vous ne trouvez pas cela suffisant ?

Alors, il suffit d’enclencher le mode « Dynamic » et le « S » de la gâchette qui remplace la boîte de vitesses et libère ainsi totalement les électrons de l’e-tron. La cavalerie grimpe à 300 kW soit 408 ch et 664 Nm de couple. De là, le TOP 100 grignote de précieux centièmes et affiche un chrono de 5,7 secondes. Mais ce « boost » n’est disponible que durant 8 secondes. Des chiffres tout de même sympathiques, si l’on prend en compte le poids « pachydermique » de ce SUV qui s’annonce à 2,5 tonnes.

Il faut dire que les batteries pèsent 750 kg, à ceci il faut rajouter les deux moteurs électriques et l’armada d’aides à la conduite. Tout ceci ne peut se faire sans cet embonpoint !

N’oublions pas non plus que ce e-tron quattro se rapproche davantage du grand Q7 que du plus petit Q5 avec ses 4,90 mètres de long, 1,94 mètre de large et 1,62 mètre de hauteur.

AUDI e-tron : le face à face.

2 heures et 45 minutes plus tard, le train à grande vitesse arrive enfin à son terminus. Notre e-tron ne se cache pas vraiment dans le parking de la gare avec sa belle teinte bleue acidulée. Mais c’est bien la seule chose qui le différencie d’un autre SUV de la marque.

En effet, le parti pris des stylistes est bien d’offrir une voiture électrique qui s’intègre à la famille des SUV AUDI. Il faudra donc avoir l’œil averti pour la différencier et jeter son regard sur : les jantes à cinq bâtons, bardés chacun de quatre stries, les étriers de frein orange, la calandre « single frame » presque pleine, les spectaculaires rétroviseurs caméra nommés « virtual exterior mirrors », les petits logos e-tron qui court sur les flancs et sur son popotin.


Nous pénétrons à l’intérieur. L’habitacle ne dépaysera pas les aficionados de la marque. Le mobilier est d’excellente facture. Les ajustements frôlent la perfection et l’ergonomie est au TOP de ce que l’on fait aujourd’hui avec pas moins de trois écrans de contrôle. Il y a le classique grand écran tactile qui pilote le système multimédia au centre de la planche de bord. Juste sous celui-ci, un autre nous permet de naviguer sur les équipements de confort comme la climatisation. Le dernier se cache derrière le volant. Il remplace avantageusement les compteurs à aiguilles pour offrir le maximum d’informations sur sa conduite (GPS, consommation, vitesse, musique, etc.).

AUDI e-tron : en route.

Le premier parcours est plutôt « pastoral » avec le GPS qui nous dirige vers l’île de Ré. Une trentaine de kilomètres à allure modérée qui me permettront de me familiariser avec la méthodologie. En effet, une voiture électrique ne se conduit pas comme une thermique.

Il faut contrôler ses pulsions et gérer l’effort des moteurs en anticipant la moindre décélération, pour maximiser son autonomie. Un virage, un rond-point, un ralentissement deviennent même une bonne chose, car ils permettent d’user du système de régénération des batteries. Selon AUDI, jusqu’à 30 % de l’autonomie peuvent ainsi être générés.

Pour le reste, c’est simple. Ce e-tron roule comme… une AUDI « ordinaire », mais en beaucoup plus silencieux et cela, peu importe l’état de la route. L’e-tron nous fait rentrer dans un monde de silence jamais entendu jusque là.

Nous continuons notre périple en nous baladant sur la rive de l’île et profitons du confort de suspensions très haut de gamme. Le SUV doit cette sensation de « tapis volant » à ses amortisseurs pneumatiques de série. Ni les nids de poule ni les routes de campagnes dégradées de l’arrière-pays poitevin, où se trouve notre hôtel, n’auront raison d’eux. L’e-tron reste imperturbable.

Sur le parking de l’hôtel, nous relevons une consommation de 27 kW/100 km. On vous épargne l’usage de la calculette ? … Oui ! Alors, comptez une autonomie non loin des 350 km pour un plein d’électrons dans ces conditions.

AUDI e-tron : le voyage.

Le lendemain, on change de programme. Nous devons nous rendre à la concession d’Audi Velizy, dans les Yvelines, qui, selon notre parcours, se situe à plus de 450 km.

Là, on affronte le problème de l’autonomie, car impossible d’y aller d’une seule traite comme avec un bon vieux TDI. Bien heureusement, AUDI propose une solution globale pour la recharge : le « e-tron Charging Service ».

Cette carte donne accès à 90 000 points de recharge en Europe, dont 15 000, en France. Et cela tombe bien puisque ce sésame ouvre les portes des chargeurs rapides IONITY et que cette co-entreprise (sous le giron des groupes Volkswagen, BMW, Mercedes et Ford) développe sur le Vieux Continent des bornes de très haute capacité (jusqu’à 150 kWh aujourd’hui, 300 kWh demain et tout cela alors que TESLA se contente de 120 kWh) et a eu la bonne idée de s’installer sur une station-service d’Angers à 142 km de notre point de départ.

Vous l’aurez compris, cette partie est de la franche rigolade puisque ce e-tron est donné à plus de 400 km en cycle normé. Donc là, on se cale à 130 sur autoroute, on met les assistances et on se laisse porter par la machine.



À IONITY Angers, les 6 bornes sont libres. J’installe l’e-tron fasse à l’une d’elles. Un appui sur le bouton du « réservoir » libère la prise. L’écran tactile de la borne indique la procédure, plutôt simpliste, puisqu’il suffit de brancher notre AUDI et passer la carte devant l’emplacement magnétique. Le système indique qu’il nous faut attendre 27 minutes pour un plein d’électrons. Une charge vraiment rapide puisqu’elle monte en crête à 145 kWh. Un café, deux trois bafouilles et voilà notre carrosse full.

Cette seconde manche est plus périlleuse. L’autonomie réelle sur voie rapide grève considérablement l’autonomie de la batterie. Le GPS indique plus de 300 km alors que notre e-tron nous informe que nous n’avons « que » 330 km de courant. Pas le choix, pour économiser du jus et être certains que cela puisse aller jusqu’au bout, nous quittons, à un peu moins de la mi-parcours, l’autoroute pour la nationale 12. On rallonge d’une vingtaine de kilomètres, mais la vitesse plus basse prolongera l’autonomie d’une quarantaine. Évidemment, avec les yeux fixés sur le compteur de l’autonomie, on conduit tout de suite bien plus ZEN. Pas question de faire le kéké avec un gros démarrage qui nous colle au siège. On appréhende la route avec une plus grande patience, car le but est bien d’arriver à bon port et pas de faire un chrono.

Fiche Technique AUDI e-tron 55 quattro :

Motorisation

Puissance maxi. / avec boost

360 / 408 ch

Couple maxi

664 Nm

Nombre de moteurs

2 soit 1 par essieu

Type de moteurs électriques

asynchrones (ASM)

Batterie

Capacité maximale

95 kWH

Tension nominale

400 V

Technologie

Lithium-ion

Poids

750 kgs

Garantie

8 ans / 160 000 kms

Transmission

Transmission

intégrale e-quattro

Poids - Volumes

Nombre de places

5

Poids a vide / Total maxi autorisé en charge (kg)

2 113/626

Poids remorquable non freiné

750 kg

Volume du coffre / Banquette arrière rabattue

600 / 1 665 litres

Volume du coffre avant "frunk"

60 litres

Rayon de braquage

12,2 m

Passage de gué

500 mm

Performances - Consommation

Vitesse maximale

200 km/h

Accélération de 0 à 100 km/h

6,6 secondes

Recharge électrique Audi e-tron

Puissance de charge maxi. admissible (kW) / courant alternatif (CA)

11

Puissance de charge maxi. admissible (kW) / courant continu (CC)

150

Temps de charge complète mini Audi e-tron

Sur prise secteur domicile (16A Courant Alternatif monophasé)

26 heures

Sur borne publique (11 kW Courant Alternatif)

8H30

Sur borne publique (50 kW Courant Continu)

1H55

Sur Superchargeur (150 kW Courant Continu)

1 heure

Gain indicatif en autonomie pour 1H de temps de charge

Sur prise secteur domicile (16A Courant Alternatif monophasé)

15 kms

Sur borne publique (11 kW Courant Alternatif)

45 kms

Sur borne publique (50 kW Courant Continu)

210 kms

Sur Superchargeur (150 kW Courant Continu)

400 kms

Consommation d’énergie AUDI e-tron

Consommation mini/maxi en cycle mixte

22,6 / 26,1 en kWH/100 kms

Autonomie mini/maxi en cycle mixte

359 / 415 kms

Emissions CO2 (g/km)

0

Type Homologation

WLTP

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
5 / 5
Consomation
2 / 5
Prix
2 / 5
Confort
5 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Confort de très haut niveau
  • - Technologie à la pointe
  • - Recharge jusqu’à 150 kWh
  • - Carte e-tron et ses 15 000 bornes
  • - Pas sportif pour un sou
  • - Gestion de l’autonomie
  • - Les rétroviseurs caméra

Conclusion:


Nous arrivons à la cathédrale, c’est le surnom de cette concession AUDI, avec encore 70 km d’autonomie. Nous avons donc réussi notre périple électrique en maximisant l’autonomie de l’e-tron.

Que penser de cette AUDI e-tron ?

Nous sommes bien devant une AUDI. Les ingénieurs d’Ingolstadt ont mis au point un SUV qui respecte les recettes de la gamme actuelle avec : un style classique qui ravira les aficionados de la marque, un habitacle spacieux parfaitement fini et un comportement routier neutre et confortable. La seule chose que nous regrettons avec Étienne est l’utilisation des « rétroviseurs écrans » difficile à appréhender.

Et l’utilisation dans tout cela ?

Clairement, si vous passez le pas de la voiture électrique sachez que rien ne sera plus comme avant. Les contraintes sont bien là. Mais la firme a développé son électronique pour que vous ne soyez jamais à défaut de courant. Par exemple, le GPS repère les stations qui longent votre parcours. Et pour avoir une station à la maison, ou dans votre immeuble, AUDI s’est associé aux leaders (Proxiserv et Zeplug) du marché pour simplifier vos démarches.