logo La revue auto

Vous pouvez écouter cet article :

Essai Audi Q5 Sportback 40 TDI : Ingolstadt en ligne de mire

Fin juillet, l’envie me prend d’aller visiter le musée Audi à Ingolstadt, de me replonger dans l’histoire de cette marque. Alors, forcément, c’est avec un véhicule arborant les anneaux que je décide de m’y rendre, et comme je choisis de faire l’aller-retour depuis Paris sur 2 jours et que je manque de courage, je jette mon dévolu sur une motorisation diesel plutôt que de tenter l’expérience en électrique. Mais ce sera alors un SUV coupé, afin de juger sur de longs trajets face aux berlines et breaks qui ont ma préférence.

Essai Audi Q5 Sportback 40 TDI : Ingolstadt en ligne de mire Essai Audi Q5 Sportback 40 TDI : Ingolstadt en ligne de mire Essai Audi Q5 Sportback 40 TDI : Ingolstadt en ligne de mire Essai Audi Q5 Sportback 40 TDI : Ingolstadt en ligne de mire
Voir la galerie photo

Quatre heures du matin, je mets mes quelques affaires qui se perdent dans la soute de 510 litres et prends place au volant de ce Q5 Sportback S Line Gris Chronos métallisé. Je pars seul et n’emmène pas d’amis qui ne seraient pas totalement à leur aise à l’arrière avec une garde au toit comptée, plus à cause du toit panoramique qui rogne quelques centimètres que du profil coupé du Sportback qui ne supprime qu’un petit centimètre vis-à-vis du Q5 normal. Néanmoins, ils pourraient se satisfaire de l’espace aux jambes sympathique en plus de trouver deux prises USB-C afin de recharger leur appareil mobile et la climatisation bienvenue en ces jours de canicule.

Pour ma part, je trouve ma position de conduite aisément dans le siège Sport en microfibre Dinamica et cuir, mais je tique sur ses réglages manuels pour un modèle, une fois optionné, frôlant les 80 000 € (65 100 € en Q5 40 TDI S Line, hors options). Pour ce tarif costaud, la finition est soignée, mais quelques plastiques noir brillant, prenant traces de doigt, poussières et rayures, semblent vieillir un peu vite pour un véhicule affichant à peine 20 000 km. Pour le reste, matériaux de qualité et assemblages sérieux sont de la partie.



Devant moi, je trouve un combiné d’instrumentation numérique de 12,3 pouces sur lequel je peux choisir diverses informations à afficher, tandis que le système d’infodivertissement MMI Navigation Plus s’affiche sur une dalle tactile de 10,1 pouces. Réactif et ergonomique, il est simple à utiliser tout en étant complet. Par ailleurs, j’apprécie l’ergonomie générale de ce Q5 Sportback, qui n’est pas encore passé au tout digitalisé et propose des boutons pour les commandes de climatisation, ou encore pour accéder aux différents modes de conduite.

Un Q5 pour de longs trajets ?

C’est un départ très matinal, à 4 heures, et près de 900 km qui attendent le 4 cylindres diesel de 2,0 litres développant 204 ch et 400 Nm. Des valeurs qui semblent un peu justes pour s’attaquer aux autoroutes allemandes, mais qui suffisent largement sur leurs équivalentes françaises limitées à 130 km/h.

En se plaçant judicieusement sur le mode Efficiency, qui limite la réponse à l’accélérateur et permet un efficace mode roue libre, le SUV coupé aligne les kilomètres avec aisance, mais souffre parfois du dénivelé où les 204 ch ne semblent pas apprécier traîner 2 tonnes contre l’avis de la gravité. Rien de rédhibitoire cependant, et en demandant à la boîte de rétrograder, tout se passe bien. Afin d’éviter de me faire trop flasher, je tente la conduite semi-autonome en activant le régulateur de vitesse adaptatif et l’aide au maintien dans la voie. Le tout s’occupe de conduire pour moi tant que je laisse les mains sur le volant, ou à défaut, que je les remette sur le volant toutes les 10 secondes. Le système se montre néanmoins imparfait et ne me garde pas de façon stricte au milieu de ma voie, sans devenir dangereux – tant que l’on n’est pas dans une situation avec des motards circulant en inter-files –, et je peux ainsi un peu plus profiter, encore, du système audio Bang & Olufsen Premium. Heureusement que ce dernier est présent, car l’insonorisation globale est un peu décevante avec des bruits d’air et de roulement assez marqués autour des 130 km/h. C’est d’autant plus dommage que le moteur, pour sa part, est très discret même lors de fortes sollicitations.



Les jantes de 20 pouces sur nos autoroutes de qualité ne se font pas sentir, mais l’amortissement piloté un peu mou sur ce mode rend le Q5 un peu incertain dès lors que le vent latéral se montre ou sur des courbes rapides.

Dès que la frontière allemande est passée, c’est une autre histoire, et le Q5 subit un peu plus les revêtements de qualité moindre. Quelques effets de pompage sont à noter, d’autant que le bestiau est haut sur pattes. Le mode Dynamic devient alors un choix évident afin de raffermir l’ensemble. Le Q5 est alors bien mieux tenu, mais devient moins confortable sur des routes parfois ondulantes. Néanmoins, la réponse à l’accélérateur améliorée incite à profiter des vitesses illimitées qu’offrent les « autobahn » et, malgré un 0 à 100 km/h des plus corrects en 7,6 secondes, le Q5 se montre peu motivé à aller chercher sa vitesse maximale de 222 km/h, qui oblige alors à se rabattre sur la voie du milieu trop souvent. Quel beau pays !

Une visite et puis s’en va

Après de nombreux travaux et bouchons – c’est aussi ça l’Allemagne –, j’arrive à Ingolstadt en fin de matinée, je visite le musée (voir ici) et reprends la route via les Vosges afin de tester un peu le dynamisme du Q5.



S’il subit son poids en mode Efficiency, ou même Confort avec un amortissement résolument pas adapté à ce type de conduite, le mode Dynamic se montrera plus surprenant et n’usurpe pas son nom. Sans devenir une voiture de sport, loin de là, le Sportback profite alors de l’amortissement affermi et de la direction un peu plus consistante pour afficher des vitesses en courbe étonnantes et un train avant volontaire tandis que l’arrière montre une légère mobilité que l’on n’attendait pas du système Quattro sur un modèle axé confort et famille. Il s’agira néanmoins de ne pas le brusquer, car alors il élargira les trajectoires et les freins ne manqueront pas de faiblir.

Conclusion:


Bon compagnon de route, bien fini et équipé dans l’absolu, le Q5 Sportback fait tout de même payer assez cher l’ensemble. Moins à l’aise qu’une A4 ou une A6 sur longs trajets ou sur route sinueuse, il a tout de même le mérite de m’avoir fait voyager sur près de 2 000 km sans fatigue en se contentant de 7,6 litres aux 100 km en moyenne, et même 6,9 litres aux 100 km sur le seul retour, de quoi parcourir près de 1 000 km avec un seul plein, fait en seulement 5 minutes. Il faudra cependant éviter les zones urbaines denses sous peine de consommer facilement plus de 12 ou 13 litres de moyenne.

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
3 / 5
Confort
4 / 5

Verdict

  • Confort global
  • Consommations
  • Tarifs costauds
  • Consommations en ville

nos annonces Audi

  • Audi Q2
    Q2 30 TFSI 116 S tronic 7

    Essence : Automatique
    66635 km : Occasion
    Indépendant: Val-d'Oise
    Mise en circulation : 05/03/2019
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 24 980 €
    Mensualité : NC

  • Audi Q3
    35 TDI 150 ch S tronic 7 S Edition

    Diesel : Automatique
    46000 km : Occasion
    Indépendant: Rhône
    Mise en circulation : 01/01/2021
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 43 990 €
    Mensualité : NC

  • Aiways U5
    Standard

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 27/01/2023
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 33 300 €
    Mensualité : 299€/mois*
    Prix constructeur : 39 300 €
    Remise de : -6 000 €

  • Tesla Model Y
    Grande Autonomie

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 27/01/2023
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 64 190 €
    Mensualité : 578€/mois*
    Prix constructeur : 64 190 €
    Remise de : -