logo La revue auto

Essai Citroën AMI : la copine des citadins

Il souffle comme un vent de fraîcheur ce mardi 25 août sur la capitale. Non pas la météo automnale en avance de plusieurs semaines, mais ce petit cube gris-bleu qui se faufile dans la circulation urbaine, attirant vers lui tous les regards et la sympathie en plus d’interrogation et d’étonnement. Quel est donc ce modèle réduit silencieux qui déclenche plus de réactions qu’une banale Ferrari ? C’est la Citroën AMI. Mais que reste-t-il de cette sympathie une fois monté à son bord ?

Exterieur_citroen-ami-essai_0 Exterieur_citroen-ami-essai_1 Exterieur_citroen-ami-essai_2 Exterieur_citroen-ami-essai_3 Exterieur_citroen-ami-essai_4 Exterieur_citroen-ami-essai_5
Voir la galerie photo

N’ayons pas peur des mots, son prix excite les foules tout comme la non-nécessité de posséder le permis. Il suffit d’avoir au moins 14 ans et 6 000 € pour s’offrir la toute dernière Citroën. Difficile à imaginer lorsque l’on se remémore l’histoire de la marque et les modèles mythiques qui la jalonnent. Pourtant, mine de rien, cette AMI est bien une Citroën puisqu’elle tente d’innover en proposant un véhicule électrique à prix d’ami.

Pour ce faire, tout a été pensé à l’économie et avec symétrie. Différencier l’avant de l’arrière ne sera pas si simple au premier coup d’œil puisqu’ils sont identiques, les portes le sont également, jusqu’à l’emplacement de la charnière expliquant l’ouverture antagoniste des deux portes. Certaines économies vous feront pester telle l’absence de rétroviseur intérieur ou celle, tout aussi embêtante, d’un enrouleur pour le câble de recharge. C’était une dizaine d’euros, c’était de trop.

« Elle est trop mignonne »

C’est ainsi qu’enfants et adultes s’expriment sur son passage, nous interpellant pour savoir ce que c’est, tous ébahis lorsque je leur annonce le prix. Il faut dire que l’AMI a de quoi surprendre, rendant le conducteur de Smart Fortwo jaloux de cet engin encore plus petit que le sien. Seulement 2,41 m de long pour 1,39 m de large et une hauteur acceptable de 1,52 m me permettant de caser mon 1,97 mètre sans trop de problèmes.



Style carré mais bouille ronde, taille de jouet et inconnue au bataillon, c’est le succès garanti pour faire ami-ami à chaque feu, chaque pause photo, chaque terrasse de café. Personne ne prête attention au plastique moyen de la carrosserie qui devrait rapidement porter les traces indélébiles de la circulation urbaine, ni même aux vitres à ouverture manuelle et peu pratique et personne ne s’émeut de la présence d’horribles serrures à chaque porte sur lesquelles il faut exercer une certaine pression pour ouvrir sur l’habitacle.

Minimalisme

Deux sièges dont seul celui du conducteur se règle dans la longueur, un volant et… c’est tout. Les poutres apparentes offrent nettement moins d’attraits que dans une annonce immobilière, heureusement les sièges à l’allure spartiate offrent plus de confort qu’il n’y paraît, sans faire dans l’exceptionnel, mais n’oublions pas le prix d’AMI.

Quelques rangements, si l’on peut dire, se trouvent sur le dessus du tableau de bord tandis que de petits filets retiendront les petits objets que vous disposerez dans les vide-poches. Pour finir en termes de rangement, nous ne parlerons pas du volume du coffre puisque ce dernier n’existe pas, mais simplement d’un rangement aux pieds du passager permettant tout au plus de ranger une petite valise cabine. Séparé de l’espace alloué au conducteur par un simple filet, il sera possible de pousser ce dernier afin d’y loger un sac un peu plus gros, mais au détriment du conducteur dont le côté du pied viendra buter contre lorsqu’il cherchera la pédale d’accélérateur.

Dans l’ensemble, une fois installé, le dos reposant quasiment contre le pare-brise arrière, la visibilité est surprenante et moins bonne qu’imaginée. La vision latérale est assez moyenne, il faut dire que les vitres sont basses et coupées en leur milieu par leurs charnières d’ouverture. Les grands gabarits ayant tout simplement les yeux au-dessus du haut des vitrages. La luminosité n’est pourtant pas absente, loin de là, grâce au toit vitré qu’il est impossible d’occulter. Ainsi, lorsque le soleil se montre enfin, l’habitacle chauffe à toute vitesse et il ne faut pas compter sur l’unique aération située au niveau du pare-brise. Seule solution, rouler !

Agréable surprise

Démarrage, forcément silencieux, puis recherche du sélecteur de vitesse. Je trouve le frein à main, un téléphone bien maintenu qui servira de GPS, une enceinte Bluetooth pour le son, un bout de plastique orange dont je ne comprends pas l’utilité… Ah, là ! À gauche du siège conducteur. C’est étonnant, il me faudra quelques inutiles mouvements de la main droite dans le vide avant de m’y faire.



Sous ses airs fragiles, l’AMI déjoue les pièges urbains avec une certaine aisance. Encore une fois, jugeons de l’engin pour ce qu’il est et au prix qu’il est. Ce n’est pas parfait, mais ce n’est pas le sujet. Le train avant, hérité et adapté d’une 208, ne souffre pas la critique. Fiable, précis, agréable. Le train arrière suit sagement. Très neutre, il sera sans surprise et donc un atout pour les conducteurs inexpérimentés, à l’instar de la puissance très contenue de 6 kW (8 ch). Cette dernière est un peu trop légère pour se jouer totalement de la circulation et s’extirper du flot facilement, néanmoins c’est finalement très suffisant dans la grande majorité des cas grâce au poids relativement contenu de 485 kg. De toute façon, les autres conducteurs ont cette surprenante tendance pourtant très peu parisienne de vous laisser passer. Il ne faudra par contre pas oublier, après chaque changement de direction, de remettre le clignotant en position neutre puisqu’il ne le fait pas de lui-même…

La bonne surprise, pour nous, vient du confort tout à fait acceptable qu’aucune Aixam, Ligier ou Chatenet n’est capable d’égaler pourtant au double du prix. Des vibrations très contenues et un amortissement honnête qui ne transforme pas les pavés en une épreuve insurmontable.

Performance


Performance
2 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
2 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
5 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

  • Encombrement ultra réduit
  • Tarifs imbattables
  • Plus confortable qu'il n'y parait...
  • ... Sans être très confortable
  • Manque de rangement
  • Pas d'enrouleur pour le cable électrique

Conclusion:


Entre ses tarifs imbattables, son indéniable capital sympathie, son autonomie de 70 km et sa compacité bienvenue en zone urbaine dense, la Citroën AMI n’usurpe pas son nom. Néanmoins, prenez-la pour ce qu’elle est, n’en attendez pas plus, une seconde ou troisième voiture très pratique que l’on peut laisser à ses ados si besoin.