logo La revue auto

Essai CUPRA Leon eHybrid : du sport… mais pas longtemps

Les nouvelles générations de sportives arrivent petit à petit dans le catalogue des marques premium et généralistes. Accoupler un moteur turbo essence à un autre électrique est aujourd’hui la seule façon de commercialiser une voiture de sport sans être assommé par les malus en tout genre.
La filiale de caractère de la marque ibérique, CUPRA, se lance dans cette bataille portée par la désirable Leon hybride. Avec 245 chevaux mis à disposition, elle compte bien marquer les esprits des pilotes du dimanche.
Alors que vaut cette CUPRA Leon hybride ?

Exterieur_essai-cupra-leon-ehybrid-du-sport-mais-pas-longtemps_0 Exterieur_essai-cupra-leon-ehybrid-du-sport-mais-pas-longtemps_1 Exterieur_essai-cupra-leon-ehybrid-du-sport-mais-pas-longtemps_2
Voir la galerie photo

Un look ravageur ou bourgeois ?

Si cette CUPRA Leon arrive au compte-gouttes chez vos concessionnaires SEAT/CUPRA, sachez que nous avons eu la chance d’en prendre le volant sur un petit parcours dans la région champenoise. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette nouvelle génération de sportive espagnole, a du chien !

Comme la précédente génération, pas question de défigurer les lignes harmonieuses de la Leon « normale ». Une CUPRA Leon, ce n’est pas une sportive qui roule des mécaniques. Elle se veut une interprétation moderne du sport-bourgeois. De fait, elle n’est heureusement pas affublée d’un énorme aileron, à la Civic Type R, ou d’une bouche géante de Focus RS. Non… Les designers semblent s’inspirer des cousines teutonnes. La Golf GTI/GTE tout particulièrement.

Le kit carrosserie reste somme toute discret. Bien évidemment, la face avant est plus agressive et le popotin plus expressif, mais cela reste sobre. L’originalité vient plus de ses couleurs. En effet, dans le catalogue CUPRA Leon, on dispose d’un choix assez vaste de teintes de carrosserie et de jantes. Nous, nous avons opté pour la grise et les jantes en alliage de couleur bronze. Personnellement, j’adore !


CUPRA Leon : L’habitacle est déroutant !

Après ce petit tour du propriétaire, il temps de passer dans l’espace de vie. Et c’est presque choquant. La montée en gamme de cette CUPRA Leon est stupéfiante !

Il semblerait qu’en plus de voler, et cela sans vergogne, la plateforme et les moteurs à sa cousine Golf GTE, elle s’attaque à elle avec la qualité des matériaux et des ajustements parfaits. Il n’y a rien à redire. C’est beau, sportif et moderne. Le pire, c’est que l’ergonomie semble également mieux pensée que le modèle de Wolfsburg.

Rajoutons également que le système multimédia est diffusé sur une belle dalle de plus de 12 pouces. Facile d’accès, son utilisation ne nécessite pas de diplôme d’ingénieur en informatique. Enfin, l’espace habitable fait partie des références du marché : que ce soit à l’avant ou à l’arrière, on s’y sent bien.


245 chevaux… ou 150 bourricots ?

Bon… il est temps de prendre place sur les sièges sport et de lancer la machine pour écouter ses vocalises.
Bah… non… rien ne se passe.

Quoi de plus normal, puisque nous avons en main la version hybride rechargeable de cette CUPRA Leon. Et lorsqu’on lance la machine, c’est avant toute chose le moteur électrique qui commence à opérer.

D’ailleurs, faisons un petit retour sur les entrailles de cette Leon PHEV à la sauce CUPRA.
Ici, les motoristes ont donc (comme expliqué plus haut) repris le système de propulsion hybride de la Golf GTE. Ce dernier dispose de 245 chevaux pour 400 Nm en puissance de crête. La cavalerie provient, tout d’abord, d’un 4 cylindres turbo 1.4 TSI développant 150 chevaux. Le second, qui se place dans la boîte de vitesses, use de la bonne fée électricité pour produire l’équivalent de 115 chevaux. Si le TSI pompe son essence du réservoir de 40 litres, l’électrique pompe son jus d’une batterie de 13 kWh. Elle assurerait une autonomie électrique d’une soixantaine de kilomètres en cycle WLTP.

Là, tout de go… vous vous dites : 245 chevaux, ça doit bien pousser  ?
Eh bien OUI, ça pousse franchement même !
La combinaison du petit 4 pattes et de la force du moteur électrique fait des étincelles. Le TOP 100 ne demande que 6,7 secondes. Les reprises, à basses vitesses, sont expédiées à vive allure. À aucun moment, dans les petites routes de campagne champenoise, je ne me suis dit « qu’il lui manquait » des chevaux. Surtout qu’à cela, il faut saluer le travail des ingénieurs qui ont conçu un bon châssis. Rigide, comme on les aime dans cette situation, d’autant qu’il est associé à un différentiel électronique qui, dans les courbes, ralentit franchement la roue avant placée à l’intérieur du virage. Cela a pour effet de faire pivoter la CUPRA presque sur elle-même.
Les passages en lancée sont fulgurants !

C’est la jubilation dans le cockpit ! … Du moins jusqu’au moment de la panne !

Pas de la panne sèche. De la panne d’électrons.
Car comme toute voiture hybride, le problème c’est l’autonomie électrique. Cela fait 33 kilomètres que l’on roule à toute « berzingue » dans les routes spécialement balisées pour nous. Mais voilà que la batterie crie dorénavant famine. Elle ne délivre plus de jus au moteur électrique et l’on doit se contenter du petit 1,4 litre pour balancer la CUPRA de virage en virage. Eh bien, croyez-moi… C’est moins FUN !

Ici, la masse supplémentaire du système électrique est un lourd fardeau pour le moteur essence qui n’arrive pas à nous procurer des sensations dignes du blason.

Bon l’avantage, c’est que l’on est passé de 12 litres aux 100 km à une moyenne de moins de 7 litres. Mais comme on n’est pas là pour regarder les oiseaux chanter, on tapote sur le GPS pour se trouver une borne de recharge publique. Limitées par un chargeur embarqué à 7 kWh, nous mettrons près de deux heures pour refaire le plein et enfin repartir avec le couteau entre les dents… durant une trentaine de kilomètres…

Conclusion:


Quelle allure, cette CUPRA Leon !

On ne peut que tomber sous ses charmes si l’on sait apprécier les petites sportives. Un sentiment bien renforcé par un habitacle très soigné. Et cela aussi bien par son mobilier que par ses technologies embarquées de premier cri. Cerise sur le capot, cette Leon offre de véritables sensations à son volant… du moins tant que l’on dispose d’assez d’électrons dans les accumulateurs.

Dans la vie de tous les jours, cette CUPRA saura également se faire sobre…, très sobre même si vous jouez le jeu de la recharger quotidiennement. Son autonomie offre une belle zone de balade 100 % électrique. Assez pour ne pas consommer une goutte d’essence dans vos trajets quotidiens.
En même temps, il faudra bien cela pour rentabiliser les presque 40 000 € que demande la marque pour vous en donner les clés.

Si vous voulez du SPORT sans vous préoccuper de la batterie, on vous conseille la Cupra Formentor.

Photos© Julien Fautrat

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
5 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
3 / 5
Confort
3 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Le style sportif
  • - Cockpit de qualité
  • - Le système hybride
  • - Du sport sur 35 km
  • - Le poids de l’électrification

nos dernières annonces

  • Renault Scenic
    4 1.7 BLUE DCI 120 BOSE INTENS + TOIT PANO

    Diesel : Manuelle
    5 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 28/10/2020
    Garantie : 22 mois
    Prix de vente : 24 270€
    Mensualité : 365,00/mois*
    Prix constructeur : 37 480€
    Remise de : -13 210€

  • Renault Clio
    1.0 TCE 90CH INTENS E6D-FULL

    Essence : Manuelle
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 11/01/2021
    Garantie : 24 mois
    Prix de vente : 16 770€
    Mensualité : 251,94/mois*
    Prix constructeur : 22 300€
    Remise de : -5 530€