logo La revue auto

Essai KIA Stonic 2021 : l’intelligence est dans la boîte !

Le segment des SUV urbains, le B-SUV pour les spécialistes, est celui dont tout le monde parle. Une guerre commerciale et industrielle intense s’est mise en place depuis une petite dizaine d’années, pour conquérir des parts de marché. Si le Nissan Juke était le précurseur, ce sont bien les Françaises, Renault Captur et Peugeot 2008 qui occupent la tête du segment.
KIA ne s’en laisse pas compter pour autant. Fin 2017, le constructeur coréen s’est lancé dans la bataille avec son Stonic. Afin de ne pas se laisser croquer tout cru par nos mastodontes hexagonaux, le SUV a le droit à sa mise à jour pour le millésime 2021.

Exterieur_essai-kia-stonic-2021-l-intelligence-est-dans-la-boite_3 Exterieur_essai-kia-stonic-2021-l-intelligence-est-dans-la-boite_4 Exterieur_essai-kia-stonic-2021-l-intelligence-est-dans-la-boite_5
Voir la galerie photo

KIA Stonic millésime 2021 : quoi de neuf ?

Le style… ? Presque !

Oui presque, car il faudra être le champion du monde du jeu des sept erreurs pour apprécier le nouveau style du Stonic millésime 2021. Tout d’abord, il faudra se pencher sur les projecteurs full LED légèrement revus. Puis, descendre son regard sur le nouveau design des inserts d’antibrouillards avant. Côté look, le Stonic année 2021 propose deux nouveaux coloris extérieurs : Gris Magnétique et Bleu Azur. Voilà… on a fait le tour.

Passons à l’intérieur.

Le SUV urbain de KIA embarque désormais un système multimédia et de navigation plus moderne. Il se pilote, non plus sur un écran de 7 pouces, mais bien sur une dalle de 8 pouces. Si l’augmentation de sa taille n’est pas des plus fulgurante, il propose dorénavant de nouveaux services connectés. Le plus intéressant est certainement le fait de pouvoir brancher deux smartphones simultanément en Bluetooth et la connexion à internet pour trouver des places de parking sur l’itinéraire ou le prix des carburants.
Par contre, derrière le volant, on a toujours le droit aux aiguilles de compte-tours, alors que les écrans digitaux se généralisent.
Cependant, à défaut d’un bel écran de pilotage, le Stonic accueille une ribambelle de radars, lasers et autre ultrasons capable de transformer ce gentil SUV en… voiture semi-autonome de niveau II.

Hybride, ou plutôt microhybride

La grosse évolution du Stonic se fait surtout sous le capot moteur. En effet, son 3 cylindres turbo de un litre développant 100 ou 120 ch est dorénavant couplé à un alternodémarreur. Ce petit « moteur » électrique est alimenté par une batterie lithium-polymère de 48V qui elle-même reçoit son électricité durant les phases de décélération. Ce jus frais d’électron est réinjecté dans le circuit pour servir de « booster » au moteur à essence lors des accélérations. Ainsi, le T-GDi est soulagé et demande donc moins de carburant. Assez en tout cas pour faire descendre les émissions de CO2.

Dans les faits, et sur notre parcours, nous avons constaté une consommation moyenne de 6,2 litres. Une consommation raisonnable au vu du temps passé dans les bouchons bordelais et des relances régulières et nécessaires dans les chemins serpentants autour des vignobles. Car si les 120 chevaux de ma version d’essai sont bien là, il faut aller les chercher dans les tours.


Une boîte « intelligente »… ?

Nous allons nous nous arrêter quelques instants sur les boîtes de vitesses. À côté de la boîte à double embrayage DCT-7, le Stonic microhybride a aussi droit à une nouvelle génération de boîte manuelle. Les ingénieurs disent d’elle qu’elle est « intelligente »… Entendez par là qu’ils ont assemblé un embrayage à commande électronique (by wire). C’est-à-dire qu’il a perdu des liaisons mécaniques. Les ingénieurs nous disent que « cela permet de découpler automatiquement le moteur de la boîte pour évoluer plus souvent en mode roue libre ». Cette solution optimise, de fait, le rendement énergétique alors que le rendu est imperceptible. C’est une boîte de vitesse comme les autres !

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
3 / 5
Confort
3 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Le moteur s'améliore
  • - Boite de vitesse douce
  • - Garantie 7 ans
  • - Loyer accrocheur
  • - Pas d'évolution du style notable
  • - Comportement (trop) neutre

Conclusion:



Sans chambouler son SUV urbain, KIA le relance surtout par ses nouvelles technologies. Le Stonic, c’est devenu une valeur sûre avec son allure sympa et atypique. Son moteur turbo essence est dans son ensemble à son aise sur toutes les routes. Son toucher de route neutre est parfaitement adapté à la clientèle qui recherche ce genre de voiture.

Question prix, KIA reste dans son créneau. Loin d’être le moins cher de la bande, il compense par son équipement complet et sa garantie 7 ans. Ma version, Stonic 1.0 T-GDi 120 MHEV Launch Edition, est le cœur de gamme et s’échange contre un chèque de 24 590 €. Jamais avare en solutions de financement, votre concessionnaire KIA est même capable de vous proposer ce nouveau Stonic à partir de 197 €/mois, et cela sans apport. Et ça, c’est un autre argument solide.