logo La revue auto

Essai nouveau Renault Kadjar : presque rien ne l’arrête !

Chez Renault, bien qu’il ne s’agisse pas d’une nouveauté, on se laisse encore surprendre par la signification étymologique du nom Kadjar. D’aucuns affirmeront naïvement qu’il fallait un nom « punchy », pour ne pas dire aux assonances musclées. Soit, mais il faut tout de même reconnaître que le hasard fait bien les choses ! En effet, Kadjar est une référence à une tribu nomade perse. Si le constructeur français voulait quelque chose de plus viril en dénomination, le voilà bien servi avec un véhicule bien plus charismatique qu’un Captur. Esthétiquement plus réussi qu’un Koleos, voici un entre-deux qui illustre parfaitement un mélange des genres qu’on appelle plus vulgairement chez les constructeurs automobiles : le SUV !

Exterieur_renault-kadjar-tce-160_40 Exterieur_renault-kadjar-tce-160_41 Exterieur_renault-kadjar-tce-160_42 Exterieur_renault-kadjar-tce-160_43 Exterieur_renault-kadjar-tce-160_44 Exterieur_renault-kadjar-tce-160_45
Voir la galerie photo

Un segment au succès indéniable, qui force les constructeurs à persister et faire des véhicules sportifs mais utilitaires qui brouillent toute cible socio-culturelle. Car il reste encore difficile de définir réellement qui sera l’acheteur potentiel du Kadjar. Mokka, Tiguan, Qashai, Tucson… la liste est longue ! Et pour cause, malgré un marché ultra concurrentiel, Renault se targue d’avoir vendu plus de 450 000 unités dans le monde. Une raison de plus de persister et rester présent sur ce marché ultra concurrentiel notamment en Europe.

Avec une calandre élargie, et hélas un bien trop gros losange à l’avant et à l’arrière, on remarque de nouveaux inserts chromés qui bordent les optiques LED qui intègrent désormais les clignotants.

Impossible d’ignorer qu’il s’agit de LED, il suffit de s’approcher des phares avant pour y lire la mention « led pure vision », les feux arrière quant à eux arborent fièrement la mention « led Light design ».

On ouvre la porte, et on lit sur le seuil « Black edition », mention qui, en plus de la petite plaque latérale et des jantes noires spéciales, vous donnera l’impression d’embarquer dans une voiture produite en série limitée, et pourtant rassurez-vous il s’agit bien là d’un niveau d’équipement.

Le raffinement se poursuit à l’intérieur avec des enceintes Bose. L’omniprésence, jusque sur la console de bord et dans l’habitacle, d’une sellerie mixte similicuir alcantara aux surpiqûres rouges vous ferait presque croire que vous êtes à bord d’une super sportive. Presque ! On comprend qu’on a affaire à une presque baroudeuse lorsqu’on aperçoit cette poignée à gauche, que le passager peut saisir. Elle s’avérera un atout gagnant et un gain de confort lors des escapades « off road ».

Après avoir arpenté les routes sinueuses de Sardaigne, nous arrivons près de la mer. Les chemins deviennent de plus en plus chaotiques, j’approche à bonne allure, 39 km/h, mon photographe Julien prévient : « attention, ça va secouer… » retenant son souffle lorsque nous franchissons un énorme trou suivi de plusieurs bosses, puis rectifiant aussitôt d’un soulagement « Oh ça va, en fait ! ».


Et c’est ici que le Kadjar s’illustre avec merveille. Oui, oui ! Vous l’avez bien lu. Le Kadjar a un réel potentiel de franchissement. Mais calmez-vous, il ne s’agit pas d’un Wrangler, ni d’un Defender, mais lors de notre essai nous avons pu emmener notre diva en « Black edition » sur des sentiers improbables, routes accidentées, chemin boueux, sable… Et à aucun moment nous n’avons été tanqués. Là-dessus, il n’y a pas de miracle, il suffit de jeter un œil à la monte de pneus : Michelin Pilot Sport. La valeur sûre !

Pire ! Pris dans un élan sans limites, nous avons été tentés de considérer l’escalade et la descente de grosses pierres rocheuses… mais la raison nous a rappelé que nous n’avions même pas la version équipée d’un « extended grip » dont les pneus « mud and snow » permettent d’évacuer de manière efficace la boue, la neige ou encore le sable.

Trois modes de transmission 4x4 sont disponibles :
- 2 roues motrices
- Mode automatique, idéal en temps de neige par exemple
- Mode Lock pour obtenir de façon permanente un 4x4 envoyé vers les roues arrière jusqu’à 40 km/h
Enfin, pour ceux qui en veulent plus, il y a un mode expert qui ne s’occupe que de la fonction de freinage et récupération de l’adhérence, vous permettant de garder la main sur le couple et l’accélération.

On regrette encore une fois la présence d’une carte dont on ne sait où la ranger : dans un vide-poche ? Dans un sac ? Dans la poche ? Quel embarras, on l’aimait bien cette bonne vieille clé. Au moins, on sait quand on a mis le contact… ou pas ! Car ici, il faudra appuyer sur un bouton en plastique masqué derrière le volant.

On apprécie l’intégration du système R-Link dans un écran tactile moins proéminent dans l’habitacle. Un incontournable chez Renault qui s’utilise de façon intuitive, notamment pour les contrôles via les commandes au niveau du volant.

Équipé d’une nouvelle gamme de moteurs TCe 160 ch reliés à une boîte EDC7 qui permet une consommation de 5,6 l/100. Pour les performances off road, il y a le nouveau moteur Blue dci 150 BVM6 1,7 en 2 ou 4 roues motrices.

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
3 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

  • - L’ergonomie et l’intuitivité des menus
  • - Ses capacités de baroudeur bluffantes
  • - Le crochet d’attelage escamotable via un bouton
  • - Le coloris dont le Rouge Flamme et surtout le Vert Oural
  • - Le logo Renault à l’avant et à l’arrière imposant
  • - Les feux de recul, trop bas
  • - Placement étrange des boutons du siège chauffant

Conclusion:


Le nouveau Renault Kadjar est un véhicule utilitaire et sportif des plus enthousiaste, manœuvrant plus qu’aisément dans les petites ruelles et dont le gabarit s’adapte harmonieusement bien en ville ou dans les étroits parkings, mais aussi d’un confort notoire sur tous types de routes, à la conduite particulièrement confortable agréable grâce à des options comme Apple Car Play ou Android Auto, qui synchronisent les téléphones en un clin d’œil. Mais surtout, une sobriété et discrétion de look qui ne laissent absolument pas transparaître les réelles capacités de ce SUV. Modeste, sans nécessairement afficher les muscles, c’est sans doute la plus grande force et noblesse du Kadjar qui incarne parfaitement l’esprit d’une grande dynastie, pour ne pas dire d’un grand empire.