logo La revue auto

Essai Renault Mégane 4 TCe 140 EDC Limited : avantage client

Le diesel c’est tabou, en tout cas les politiques l’ont décidé. Alors les modèles essence reprennent des parts de marché, principalement sur les segments de petites et moyennes tailles. Les compactes ne sont pas épargnées et les constructeurs proposent des motorisations qui se veulent plus efficientes – selon le terme désormais consacré – que jamais. L’occasion de prendre le volant d’une Renault Mégane 4 milieu de gamme, pendant une semaine d’usage courant, afin d’en juger par nous-mêmes.

Voir la galerie photo

Il n’est plus nécessaire de vous présenter la compacte au losange, nous avons déjà eu l’occasion de le faire dès son lancement avec l’essai de la dCi 130. Nous nous sommes tous habitués à la signature lumineuse en forme de C à l’avant désormais répandue sur tous les modèles de la marque, nous connaissons bien les feux arrière qui s’étendent quasiment jusqu’au logo au milieu de la malle du coffre et personne ici n’ignore le volume de chargement de 407 litres du coffre.

L’habitacle relativement accueillant affiche sur cette finition Limited une sellerie tissu carbone foncé du même nom. Ce n’est évidemment pas la seule spécificité de cette finition demandant le modeste effort de 600 € par rapport à la Zen sur laquelle elle se base. Elle propose donc en sus les jantes de 17 pouces diamantées Noir, des enjoliveurs d’aile spécifiques Limited, le frein de parking automatique ainsi que le système de navigation connecté R-LINK 2 avec écran capacitif 7" (compatible avec Android Auto & Apple CarPlay) comprenant la cartographie Europe, le pré-équipement services connectés et le système Coyote en option gratuite, ainsi que le système audio à l’incrémentation du volume très douteuse (soit trop fort, soit pas assez…).

Le reste des équipements de série comprend les basiques modernes du segment tels la climatisation automatique bizone, les capteurs de pluie et de luminosité, la banquette arrière rabattable, la carte Renault mains libres qui permet de verrouiller, déverrouiller et démarrer la voiture en gardant la clef dans sa poche, quelques prises USB et 12 V ou encore l’accoudoir central et les régulateur et limiteur de vitesse.

Duo honorable

Modernité oblige, nous avons coché la case « boîte automatique » lors de notre demande de prêt, il faut dire que ce type de transmission gagne chaque année toujours plus de terrain. C’était d’ailleurs avec une certaine crainte et même une crainte certaine que nous avons opté pour cette boîte à double embrayage EDC à 7 rapports tant nous avons, jusqu’ici, été déçus par ces boîtes (facturée 1 700 € sur ce modèle) chez Renault.

Ce sera finalement la bonne surprise de cet essai puisque nous n’avons jamais été embêtés par un étagement aléatoire ou des lenteurs particulières. Nous pouvons toutefois lui reprocher quelques à-coups à bas régime sans que cela soit rédhibitoire au quotidien. Que ce soit à la montée où à la descente de rapport, l’EDC 7 se montre souple, transparente et efficace sans être un foudre de rapidité.

L’alliance avec le moteur 4 cylindres turbo de 1,3 litre est une réussite. Ce dernier ne l’est d’ailleurs pas moins. Nous avons fait l’impasse sur le petit moteur essence de 115 ch qui nous paraît un peu juste sur ce modèle ainsi que sur les motorisations plus puissantes peu représentatives du marché. Fort de 140 ch à 5 000 tr/min et 240 Nm à 1 600 tr/min, il ne manque de rien, quel que soit l’usage qui en est fait. À l’aise en ville, il se montrera même parfois un peu brusque au démarrage avec la boîte EDC, en dehors il se montre volontaire, mais trop sonore une fois passé le milieu du compte-tours. Les performances sont cohérentes avec un 0 à 100 km/h parcouru en 9,9 secondes et une vitesse maximale de 201 km/h.

Côté consommation, si le cycle mixte est annoncé pour 5,5 l/100 km nous avons relevé à la fin de notre semaine de test une valeur très honnête de 7,6 l/100 km en conduite normale, autorisant une autonomie légèrement supérieure à 650 km.

Un peu lourde

C’est la sensation que nous laisse cette Mégane 4 TCe 140 EDC volant en main. Bien que le poids à vide soit annoncé à 1 259 kg, nous n’avons pu nous départir de cette impression de lourdeur dans son comportement au demeurant pas mauvais du tout. Mais le comportement neutre et un train avant un peu fainéant ne réjouissent pas. Dommage de ne pas avoir préservé l’agréable dynamisme de la Mégane de 3e génération.

Bien que faisant l’impasse sur le MultiSens permettant de choisir différents modes de conduite et d’amortissement, cette série Limited propose un amortissement au bon compromis, préservant le confort sans se montrer trop mollasson tout en conservant un tarif acceptable.

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
3 / 5
Confort
4 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • Confort
  • Equipements
  • Consommation
  • Incrémentation du volume sonore agaçante
  • Un peu lourde

Conclusion:


La Renault Mégane 4 équipée de cette honnête motorisation essence de 140 ch alliée à la boîte EDC 7 s’affiche à 27 600 € dans cette finition Limited proposant l’essentiel et un peu plus. Si l’on oublie que les voitures sont devenues de toute façon bien chères ces dernières années, c’est un tarif bien placé sur le marché actuel pour une compacte qui fait ce qu’on lui demande quand on lui demande, tout en préservant un confort et un espace à bord bienvenus.