logo La revue auto

Essai Taycan : la Porsche éco-nomi/logi-que !

Porsche a lancé sa transformation technologique avec la commercialisation de ses missiles sol-sol électriques : les Porsche Taycan Turbo et surtout Taycan Turbo S. Entretemps, les ingénieurs ont continué l’expansion de la gamme, vers le bas, avec une Taycan 4S et même aujourd’hui la simple Taycan.
Que vaut cette entrée de gamme ?
Est-elle toujours une Porsche ?

Exterieur_essai-taycan-la-porsche-eco-nomi-logi-que_0 Exterieur_essai-taycan-la-porsche-eco-nomi-logi-que_1 Interieur_essai-taycan-la-porsche-eco-nomi-logi-que_0

Une entrée électrisante !

Produire des voitures électriques ultrapuissantes semble être chose très aisée. La preuve, il y a quelques jours encore, avec un constructeur sud-coréen qui nous présentait sa KIA EV6 GT forte de… 585 chevaux-vapeur

Porsche est aussi tombé dans ce travers de la course aux centaines multiples de canassons avec ses Taycan Turbo et Taycan Turbo S, qui produisent 680 et même 761 chevaux avec l’overboost. Mais, le problème de ces écuries d’Augias c’est qu’elles ont tendance à engloutir les électrons un peu trop promptement. Sans oublier que cette artillerie a un coût financier qui limite son accès, et cela, alors que la firme a besoin d’en vendre par palettes pour rentabiliser son investissement.
La solution ?
Descendre en gamme.

C’est ainsi que cette Porsche Taycan (tout court) perd son moteur avant pour ne devenir qu’une simple propulsion. La puissance chute de fait à 326 petits canassons.
Bon… bien heureusement avec la fonction overboost en mode Launch Control, la cavalerie monte à 408 chevaux pour 345 Nm de couple. Cette version rogne également sur le composant le plus cher d’une voiture électrique, la batterie. Elle se limite à 79,2 kWh et à une autonomie normée de 431 km. Son chargeur embarqué restreint sa puissance à 225 kW alors que les autres proposent 270 kW de charge en une heure.
Toutes ces régulations ont un avantage certain.
Celui de faire des économies à l’achat puisque cette Porsche Taycan de base est proposée à 86 254 €. Soit 23 160 euros de moins que la Taycan 4S ou 103 680 € de moins que la Taycan Turbo S.

Bon ok… le prix est vraiment bien raboté, mais les prestations également.
C’est pour cela qu’avec « seulement » 5 772 € de plus, la firme allemande nous propose le pack Performance Plus. Celui-ci intègre la batterie à 93,4 kWh de puissance brute.
En plus de faire grimper l’autonomie normée à 484 kilomètres, cette version dispose également de plus de pur-sang. La cavalerie s’établit à 380 et même 478 chevaux en overboost.
C’est bien cette Taycan Performance Plus que j’ai entre les mains et cela tombe bien, car 80 % des clients feront de même.


Grande, mais bon…

Après cette analyse, un peu soporifique, de chiffres, voici le moment de prendre la clé.
Ma Taycan ne perd pas en style vis-à-vis des autres versions plus huppées. Bon… si tout de même, au niveau des jantes qui se la jouent aérodynamique, mais ne sont pas des plus impressionnantes. Malgré ses airs de sportive, cette Porsche reste fondamentalement une berline 4 portes. Avec ses poignées rétractables, ses formes tout en rondeurs et ses artifices aérodynamiques, cette Taycan est taillée pour pénétrer l’air et offrir le moins de résistances possible.

L’habitabilité reste plutôt « chiche » surtout aux places arrière, et cela même si les ingénieurs ont creusé le plancher pour laisser passer les pieds sous les sièges avant. De la place, il en manque également pour la soute à bagages qui se « contente » de 407 litres et qui, en plus de ne pas être suffisante pour une famille, nous propose une ouverture bien trop exiguë. Un hayon aurait tout changé. Heureusement, sous le capot avant se cache un espace de rangement de 81 litres.

Le cockpit ne rompt pas avec les autres modèles de la marque.
À l’avant, la planche de bord s’équipe de série de trois écrans.
Le premier se positionne derrière le volant et s’occupe de l’instrumentation.
Le second contrôle la climatisation et la charge tout en offrant un retour haptique.
Le dernier trône fièrement au centre de la planche de bord et pilote le système d’infodivertissement.


Une Taycan économique… ?

Comme tout bon produit sorti des usines de Porsche, cette Taycan de base distille un comportement routier sportif. Il ne me faut pas plus de 3 minutes pour trouver une bonne position de conduite. Basse, elle me fait prendre corps avec les 5 mètres de l’engin. La direction est précise et naturelle. Ce qui simplifie mon passage dans les ruelles de Reims.

Lorsque le macadam se met à faire des virolos, la grande et lourde Porsche de 2 tonnes se faufile telle une grand tourisme. On pourrait presque se croire au volant d’une petite GTI… mais sans faire de bruit.
Outre les performances convenables de cette propulsion électrique et surtout son couple instantané, cette Taycan dispose d’un châssis mis au point avec brio. En prime, la suspension à air absorbe et filtre toutes les aspérités de la route. C’est la dualité parfaite du confort et de la sportivité.

On notera tout de même que, au niveau de la chaîne de traction électrique, Porsche est resté plutôt timide avec la régénération. À moins de l’activer via les palettes au volant, elle n’est présente qu’au freinage. Ce qui permettra d’optimiser la « roue libre ».

Conclusion:


Malgré sa puissance réduite par rapport aux variantes ultrasportives, cette Taycan ne perd pas son esprit Porsche. Bien au contraire même, puisqu’elle propose certainement l’un des meilleurs compromis de confort et de sportivité de la gamme.
En bonne voiture électrique, elle fera toujours la nique à tout ce qui bouge sur les feux rouges. Mais elle gardera aussi son efficacité lorsque la route se met à tortiller.

Plus abordable ! Mais pas assez !
Plus sage ! Peut-être trop pour certains !
Plus économique ! Mais la liste d’options obligatoire s’allonge…
Des arguments qui font d'elle un véritable choix de raison…
Ceci dit, essayez une Taycan Turbo S… et tout ça disparaîtra aussitôt.

Nos chiffres

Consommation moyenne constatée sur autoroute : 24,2 kWh
Consommation moyenne constatée : 22,6 kWh
Autonomie moyenne constatée sur autoroute : 350 km
Autonomie moyenne constatée : 400 km
Vitesse de charge moyenne constatée : 120 kW
Temps de charge constatée sur borne rapide : 45 minutes pour aller de 10 à 90 %

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
2 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
2 / 5
Confort
3 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Un comportement de GT
  • - Une puissance contrôlable
  • - Consommation moyenne de 22 kWh
  • - Recharge possible à 270 kW ...
  • - ... mais ma moyenne était de 120 kW
  • - Il faut opter pour le Pack Performances
  • - 1er prix, mais où sont les équipements ?
  • - Ouverture de coffre

nos dernières annonces

  • Aiways U5
    Special Edition

    Electrique : Automatique
    1042 km : Occasion
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 01/12/2020
    Garantie : 54 mois
    Prix de vente : 29 990 €
    Mensualité : 483€/mois*
    Prix constructeur : 36 990 €
    Remise de : -7 000 €

  • Aiways U5
    Premium

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 29/07/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 37 230 €
    Mensualité : 404€/mois*
    Prix constructeur : 43 230 €
    Remise de : -6 000 €

  • MG ZS
    EV Luxury

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 29/07/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 26 640 €
    Mensualité : 189€/mois*
    Prix constructeur : 32 640 €
    Remise de : -6 000 €

  • MG EHS
    Hybride Rechargeable Luxury

    Hybride Essence : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 29/07/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 36 850 €
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 37 850 €
    Remise de : -1 000 €