logo La revue auto

Ford Puma ST : de plus en plus proche de Porsche !…

Ford a de l’ambition en ces temps difficiles. Les nouveautés s’enchaînent à très belle et vive allure. Si l’électrification des moteurs reste le cheval de bataille de la firme, afin de répondre aux normes européennes sur le CO2, Ford conserve son esprit de trublion. La preuve aujourd’hui avec le lancement officiel de son SUV urbain à la sauce sportive. Voici le Ford Puma ST…

Exterieur_ford-puma-st-de-plus-en-plus-proche-de-porsche_0 Ford Puma ST : de plus en plus proche de Porsche !… Ford Puma ST : de plus en plus proche de Porsche !…
Voir la galerie photo

Puma ST : Merci Ford performance !

La Ford Puma, nous avons déjà eu l’occasion de la piloter lors de son lancement. Bien née, les ingénieurs de Ford nous racontaient en off que le châssis était capable d’encaisser bien plus de puissance. Mais dès que l’on parlait d’une version RS ou ST, le silence devenait d’or. Voici pourquoi… ils nous préparaient cette pétillante version Puma ST. Et le résultat est à la hauteur du signe Ford Performance.

Stefan Muenzinger, directeur de Ford Performance en Europe, nous dit que : « Notre priorité numéro un était de faire en sorte que le Puma ST soit aussi excitant et performant que tous les modèles ST, sans sacrifier le côté pratique du Puma. Nous pensons que nous avons mis au point le petit SUV le plus maniable du monde. Il donne vraiment l'impression d'être connecté à la route et possède toutes les qualités d’un modèle ST. »

Puma ST : De Porsche à Forsche… ?

Les concepteurs du SUV urbain au losange nous racontaient s’être directement inspirés du design des SUV allemands de Stuttgart. De là même à surnommer leur Puma de Forsche. Un savant mélange de Ford et Porsche.
Et il est vrai, en sachant cela, on reconnaît quelques traits de la face avant similaire. Le profil, surtout sur le montant C, est lui aussi assez proche d’un Macan et la poupe reprend à son compte le dessin de la malle avec des feux haut perchés.
Avec cette Puma ST, les stylistes se permettent de se rapprocher encore plus de leur référence stylistique. Le déflecteur Ford Performance qui a été intégré dans le pare-chocs avant, pour augmenter la force d'appui du train avant de près de 80 %, accentue fièrement sa filiation. En poupe, la Puma ST gagne un aileron et un diffuseur. Bien intégré dans le pare-chocs arrière, il singe ce que peut faire la marque de sport allemande.

Comment ne pas remarquer également le nouveau catalogue de couleurs ? Le Puma ST est disponible en huit robes de carrosserie : Gris Matter, Noir Agate, Bleu Island, Rouge Fantastic, Blanc Glacier, Rouge Racing, Gris Magnetic et ce Vert Mean qui ressemble étrangement au vert disponible disponible sur le Macan.


Puma ST : Prenons place à bord

Ford fait évoluer l’habitacle de son Puma du côté de la force. Les sièges sont désormais réalisés par Recaro. Ils sont de plus chauffants, portent le logo ST et sont évidemment conçus pour offrir un maintien parfait. N’oublions pas les plaques de seuil Ford Performance, le volant à méplat en cuir et le pommeau de levier de vitesse ST. La guêtre du levier de vitesse et les tapis de sol ST affichent également des surpiqûres gris métallisé.

Le SUV n’oublie pas d’être techno. Il s’équipe de série du système multimédia Ford SYNC 3 compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Il se pilote grâce à un écran tactile central de 8 pouces qui affiche le logo Ford Performance au démarrage. La sono est confiée au système audio B&O.
Parmi les équipements de série, on trouve un socle de recharge de téléphone par induction de recharge sans fil, un pare-brise chauffant Quickclear, des capteurs de stationnement avant et arrière, des essuie-glaces à détection de pluie.

Puma ST : les performances… ?

Pour faire simple, Ford a tout simplement chipé les solutions techniques de la Fiesta ST, pour les adapter au Puma ST. Et c’est une bonne nouvelle, car la citadine Ford est une référence dans la matière.

La Puma ST s’équipe donc du moteur turbo essence Ford EcoBoost. Ce bloc ne cube que 1,5 litre et ne dispose que de 3 cylindres. Cependant, il développe 200 chevaux à 6 000 tr/min, alors que son couple est porté à 320 Nm entre 2 500 tr/min et 3 500 tr/min. Le Puma ST reçoit également la même boîte manuelle à six vitesses que la Fiesta ST, sauf que son rapport de transmission finale est raccourci pour une accélération de 0 à 100 km/h en 6,7 secondes et une vitesse maximale de 220 km/h, avec des jantes en alliage de 19 pouces.

Le moteur 3 cylindres du Puma ST peut désactiver ou réactiver un cylindre en 14 millisecondes, soit 20 fois plus vite qu'un clignement d'œil, ce qui permet d'économiser du carburant et de réduire la consommation, qui affiche une moyenne de 6,0 l/100 km et des émissions de 6/9 l/100 km et 155 g/km WLTP. Un filtre à particules de gaz à extinction rapide réduit également les émissions de particules de suie.

Puma ST : un boulet de canon

La puissance, sans contrôle, n’est rien. C’est la raison pour laquelle cette Puma ST accueille un différentiel mécanique à glissement limité (LSD) Quaife (en option dans le pack performance). Cette boîte magique placée sur le train avant optimise l’adhérence à l’avant en distribuant le couple moteur à la roue la plus adhérente. De fait ceci réduit le patinage des roues et permet au pilote d'exploiter toute la cavalerie. La petite bestiole reçoit le renfort d’un système de freinage assez conséquent pour la stopper. Le diamètre des disques avant a été augmenté de 17 % pour atteindre 325 mm à l’avant et 271 mm à l'arrière.

Développé pour une utilisation sur circuit uniquement et disponible avec le Pack Performance, le « launch control » permet au conducteur d'obtenir un plaisir maximal avec des départs arrêtés ultrarapides. Sélectionnable à l'aide des commandes au volant, le système active un affichage graphique dédié au niveau du tableau de bord numérique de 12,3 pouces.

En maintenant, l'accélérateur, le système limite le moteur à son régime optimal – à l’écran, une jauge indique quand la voiture est prête pour le démarrage. Le relâchement complet de l'embrayage permet ensuite un démarrage arrêté parfaitement dosé à l’aide du système ESP ; le contrôle de la traction, le contrôle de la vectorisation du couple et la compensation de la direction du couple gèrent la puissance et le couple délivrés.