logo La revue auto

Maserati 8CTF : une ode aux victoires des 500 Miles

Dans la grande histoire de l’automobile, les marques italiennes sont certainement les plus fantastiques. Maserati a acquis une renommée internationale grâce à ses voitures uniques qui ont fait le plein de succès sur les routes et les circuits du monde entier. Aujourd’hui, Maserati rend hommage aux victoires américaines de la 8CTF aux 500 Miles d’Indianapolis.

Maserati 8CTF : une ode aux victoires des 500 Miles Maserati 8CTF : une ode aux victoires des 500 Miles Maserati 8CTF : une ode aux victoires des 500 Miles
Voir la galerie photo

Le sport automobile a toujours été dans l'ADN de Maserati : c'est en compétition que son mythe a commencé à se développer.  Les deux victoires consécutives le 30 mai 1939 et le 30 mai 1940 aux 500 Miles d'Indianapolis, l'une des plus légendaires courses automobiles au monde, avec Warren Wilbur Shaw au volant, ont contribué à accroître la notoriété de la marque aux États-Unis et dans le monde.


Qu’est-ce que la Maserati 8CTF

Le 8CTF est une création inspirée d'Ernesto Maserati, qui remonte à 1938, conçue avec le soutien de la famille Orsi (les entrepreneurs de Modène ayant acquis l'entreprise en 1937). Caractérisée par son moteur à 8 cylindres coulés dans un monobloc avec la culasse (d'où le nom "8CTF", ou 8 cylindres "testa fissa" - culasse fixe), la nouvelle voiture était l'arme choisie par Maserati pour revenir à la compétition face aux autres constructeurs européens. 

La voiture qui a remporté les 500 miles d'Indianapolis en 1939 et 1940 était pilotée par l'équipe "Chicago Boyle Racing Headquarters" appartenant à Michael Joseph "Mike" Boyle. Elle a donc été inscrite à la course sous la bannière "Boyle Special". Les performances époustouflantes de Maserati sur l'ovale d'Indianapolis ont posé les bases de la naissance d'un mythe italien aux États-Unis. Son prestige est tel qu'en 2014, la HVA (Historical Vehicle Association) a enregistré la 8CTF comme la première voiture de production non-américaine à avoir obtenu une place dans les annales de la bibliothèque du Congrès américain. 

Enfin, l'une des trois voitures construites, celle conduite par Wilbur Shaw lors des courses des 500 d'Indianapolis en 1939 et 1940, a été restaurée avec la peinture d'origine et est exposée au musée de l'Indianapolis Speedway.