Sport

6 heures de Spa : Audi devance encore Porsche

À Spa, c’est bien connu, la superbe piste rallie tous les suffrages des pilotes quand les conditions météorologiques offrent un temps sec, ce qui n’est pas souvent le cas, dans ce secteur des Ardennes belges. Lors des essais libres, un accrochage a sorti du jeu Nakajima blessé quand sa Toyota a été percutée par Jarvis au volant de l’Audi n’ayant pas vu la voiture du japonais dans les vaporisations d’eau soulevées par le passage de Fassler sur une autre Audi.

+ de photos Sport 6 Heures de SPA

Les qualifications

Les essais qualificatifs sur le sec ont permis à Porsche de mettre en place sa stratégie en annexant les trois premières places sur la grille, devant deux Audi, et en laissant les Toyota à plus de deux secondes de la pôle position. Voici la composition exacte de cette grille : 1re ligne: Porsche 919 n17 (Bernhard-Hartley-Webber), 1’54’’767 (moy. 219,70 km/h) ; Porsche 919 n19 (Hülkenberg-Tandy-Bamber), 1’55’’025.
2e ligne: Porsche 919 n18 (Dumas-Lieb-Jani), 1’55’’284; Audi R18 n7 (Tréluyer-Fässler-Lotterer), 1’55’’540.
3e ligne: Audi R18 n8 (Duval-Di Grassi-Jarvis), 1’56’’541; Toyota TS 040 no 1 (Buemi-Davidson), 1’57’’487.
4e ligne: Toyota TS 040 no 2 (Sarrazin-Wurz-Conway), 1’57’’929; Audi R18 no 9 (Rast-Albuquerque-Bonanomi), 1’58’’00.

En LMP2, une fois de plus la Ligier JS P2-Nissan-Dunlop no 26 de G-Drive Racing a été la plus rapide avec Sam Bird et Julien Canal. Précisons que, dans cette catégorie, la moyenne des temps est établie en fonction de la moyenne des meilleurs tours des deux pilotes choisis, dont un au moins doit être de classification silver ou bronze.


La course des 6 heures de SPA

Le temps est sec, la température de 13 degrés quand les voitures sont libérées. Dès le départ on aurait pu croire que Porsche allait pouvoir tenir la dragée haute à Audi et Toyota tant les trois bolides no 17, 18 et 19 roulaient à un rythme déconcertant surtout pour les Toyota.


Pourtant, à la suite d’un accrochage de la Porsche no 19 avec une autre Porsche GT, le trio devint duo, serré de près par les Audi.

La Porsche no 17 connait quelques soucis de suspension, l’Audi no 9 voit une vitre exploser en roulant, si bien qu’après deux heures de course, la Porsche no 18 vient prendre la relève de la no 17 qui a écopé d’un stop and go pour avoir coupé une chicane. Cependant, les Audi, dans l’ordre des numéros : 7,8 et 9, maintiennent une forte pression à moins de 16 secondes.

La course ne connaît aucun répit et les écarts ne se creusent pas vraiment, surtout entre les deux premiers qui se marquent à la culotte. Derrière, pour la Porsche no 18 et l’Audi no 7 c’est une guerre ouverte. Après des escarmouches et une belle passe d’armes entraînant même une touchette, c’est l’Audi qui prend la tête avec moins de deux secondes d’avance et après quatre heures et demie d’une course enflammée.

Pour ces deux-là, l’intensité de l’affrontement ne baissera pas. Lors d’un ultime changement de pilote, on guettait une inversion des places qui ne vint pas. L’Audi no 7 avec Tréluyer au volant contenait la Porsche no 18 de Jani à 13’’424 sur la ligne d’arrivée. Le troisième, Berhnard sur la Porsche no 17 est 1 tour. Toyota dans cette affaire a semblé quelque peu à la peine, mais n’est ce pas pour mieux préparer le Mans ? En catégorie LMP2, le team Jota fit forte impression sur la Gibson no 38 (ex appellation d’une Zytek revisitée), qui devance la Ligier G Drive no 28 et la Morgan no 43 du team Sard Morand. En GTE Am, Aston Martin devance Porsche, et Ferrari s’incline également derrière Aston Martin en GTE Am.


Cette brillante opération pour Audi témoigne également de la maitrise totale d’une stratégie décalée hors pair. Un double relais de Lotterer et une gestion très fine des pneumatiques ont pu déjouer les plans de Porsche.

Spa constituant une sorte de répétition en vue des 24 heures du Mans, il reste peu de temps aux ingénieurs pour dépouiller et analyser toutes les données recueillies afin d’élaborer le plan de la bataille grandiose qui nous attend en juin. L’endurance décidément tient d’ores et déjà toutes ses promesses.

Le classement :
1. Tréluyer-Fässler-Lotterer (FRA-SUI-ALL/Audi R18 e-tron quattro)
2. Dumas-Jani-Lieb (FRA-SUI-ALL/Porsche 919 Hybrid) à 13.424
3. Webber-Bernhard-Hartley (AUS-ALL-NZL/Porsche 919 Hybrid) à 1 tour
4. Albuquerque-Bonanomi-Rast (POR-ITA-SUI/Audi R18 e-tron quattro) à 2 tours
5. Wuz-Sarrazin-Conway (AUT-FRA-GBR/Toyota TS040 Hybrid) à 3 tours
6. Hulkenberg-Bamber-Tandy (ALL-NZL-GBR/Porsche 919 Hybrid) à 3 tours
7. Duval-Di Grassi-Jarvis (FRA-BRE-GBR/Audi R18 e-tron quattro) à 8 tours
8. Buemi-Davidson (SUI-GBR/Toyota TS040 Hybrid

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  6 heures de Spa : Audi devance encore Porsche

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Raccourcis