logo La revue auto

Aston martin valkyrie un v12 qui chante comme une formule 1

L’électrification a poussé les supercars dans de nouvelles sphères. Plus performantes, elles sacrifient parfois l’émotion sur l’autel de l’efficacité. Sauf quelques-unes, comme l’Aston Martin Valkyrie.

Exterieur_Aston-Martin-Red-Bull-AM-RB_1 Exterieur_Aston-Martin-Red-Bull-AM-RB_2 Exterieur_Aston-Martin-Red-Bull-AM-RB_3 Exterieur_Aston-Martin-Red-Bull-AM-RB_8
Voir la galerie photo

Lorsque le moteur électrique n’est pas en route, la plupart des sportives émettent une sonorité relativement étouffée. Une bande originale sacrifiée par les normes actuelles et par les ingénieurs, qui portent régulièrement leur attention sur l’efficacité plutôt que la théâtralité. Et puis il y a l’Aston Martin Valkyrie.

Alors que l’hybridation n’est pas clairement confirmée, Cosworth, qui a développé le moteur en partenariat avec Gaydon indique : « nous sommes célèbres pour nos records, et notre dernier moteur, le V12 6,5 litres de la Valkyrie, sera le bloc atmosphérique routier le plus puissant avec 1 145 ch. »

Une puissance qui confirme les déclarations initiales qui porteraient le ratio poids/puissance à 1. Soit 1 kg/ch, ce qui ouvrira des perspectives intéressantes en matière de performances : le 0-320-0 km/h est annoncé en 15 secondes, où seules 5 secondes sont nécessaires au freinage.

Et puis il y aura aussi cette bande-son délirante, écho d’une autre époque qui s’éloigne de plus en plus. Avec les choix techniques retenus, l’Aston Martin Valkyrie singera facilement les Formule 1 du passé.

On augmente le volume, on inspire lentement, et on se détend sur cette mélodie !