logo La revue auto

Essai Cupra Ateca : naissance d'une marque

La marque Cupra en tant que telle a officiellement vu le jour il y a maintenant 8 mois et elle présente aujourd'hui son premier modèle. Les questions se bousculent à  son sujet autant que les attentes sont grandes. Avec cet Ateca, la nouvelle marque espagnole répond, avec la manière, et montre le positionnement qu'elle souhaite occuper, à  mi-chemin entre les marques généralistes et les constructeurs premium. Alors, que vaut ce Cupra Ateca et qu'attendre de la marque par la suite ?

Exterieur_Cupra-Ateca-essai_15 Exterieur_Cupra-Ateca-essai_16 Exterieur_Cupra-Ateca-essai_29 Exterieur_Cupra-Ateca-essai_33 Exterieur_Cupra-Ateca-essai_34 Interieur_Cupra-Ateca-essai_45
Voir la galerie photo

Quoi que je fasse lorsque je découvre le modèle, je ne peux m’empêcher d’être attiré par le logo de la marque. Pourtant, l’Ateca de Cupra a de quoi m’en détourner avec ses boucliers proéminents largement ajourés, sa calandre exclusive dont la grille est particulièrement agressive ou encore le diffuseur arrière qui ne l’est pas moins avec ses deux doubles sorties d’échappement. Je pourrais également vous parler des chromes qui ont cédé leurs places à des inserts noirs et des grandes jantes de 19 pouces qui rendent l’ensemble visuellement sportif, mais il n’y a rien à faire, c’est le logo qui attire mon regard. Volumineux, il tranche de ses congénères par la singularité de sa teinte bronze mat. Surtout, surtout, il me fait irrémédiablement penser au signe de reconnaissance d’un superhéros, plus encore que le rouge Velvet de mon modèle, que sa carrosserie bobybuilée ou que son nom, Cupra, synonyme de performance. Il crée en moi un imaginaire, il me fait dire que, le temps d’un essai, je vais vivre dans un autre monde.

Retour sur terre

Lorsque je pénètre dans l’habitacle, je sens poindre un léger doute, une légère déception même. Passé le badge sur le volant, cet intérieur n’en fait pas assez, n’est pas en rapport avec l’extérieur. Pourtant, les sièges en alcantara siglés Cupra devraient me réjouir, mais mon modèle du jour a fait l’impasse sur les baquets Recaro (en option).
Intérieur Cupra Ateca
Un Seat Ateca FR ne propose pas fondamentalement moins et nous retrouvons le système d’infodivertissement sur l’écran tactile, agrémenté d’une section performance. Je trouve tout de même devant moi l’instrumentation numérique Digital Cockpit fournie de série, à l’instar de la vision 360°, du hayon électrique, des feux 100 % LED, de nombreuses aides à la conduite ainsi que de l’amortissement piloté et ses différents modes de conduite. Pour le reste, c’est un Seat Ateca avec un accueil à bord tout à fait correct, un coffre de 485 litres et un bouton de démarrage que j’actionne enfin.

Il va y avoir du sport

Célèbre rengaine du groupe Silmaris, c’est exactement ce à quoi je m’attends. Mais pour filer la comparaison, ici, c’est le moteur qui reste tranquille. Le style du SUV compact autant que sa fiche technique indique pourtant tout le contraire ; jugez vous-même : 300 ch et 400 Nm entre 2 000 et 5 200 tr/min sont tirés du 2,0 litres TSI, propulsant l’Ateca à 100 km/h depuis l’arrêt en à peine 5,2 secondes avant d’atteindre les 247 km/h en vitesse maximale.

Malgré cela, malgré les 4 sorties d’échappement, point de grognement ni même de feulement. Ce Cupra Ateca sera votre meilleur allié pour conserver de bons rapports avec vos voisins… tant que vous ne ferez pas la course pour voir lequel dépose les enfants en premier à l’école.
Avant Cupra Ateca
Mais c’est calme, trop par rapport au monde imaginaire que je m’étais créé, et ce n’est pas la boîte de vitesses qui sauvera mes rêves. La boîte DSG à 7 rapports est fidèle à elle-même en étant d’une belle douceur aux passages des rapports, préservant le chauffeur et ses passagers du moindre à-coup. Je me tourne alors du côté de l’amortissement, je cherche un dos-d’âne pour tester sa fermeté ou accuser les jantes de 19 pouces de dégrader le confort. J’en cherche un deuxième, puis un troisième et je me résigne : là encore, le calibrage ne souffre pas la critique, préservant un bon confort, et ne tombe pas dans le piège d’un amortissement caricatural pour « faire sport ».

C’est ça le Cupra Ateca, avant tout un SUV familial qui permettra de partir en vacances sans fatigue et sans ruiner la colonne vertébrale de nos enfants en pleine croissance.

D’accord, mais le sport ?

Certes, le doute n’est pas permis sur la qualité du produit, mais c’est un modèle Cupra avec 300 ch et un logo de superhéros. C’est bien de prendre soin de la colonne des enfants, mais quid de leur part de rêve… et de celle du grand enfant derrière le volant ?

Pour m’en rendre compte en toute sécurité, je me dirige vers une portion de route de 7 km que la marque a pris soin de fermer pour les essais presse.

Je tourne la molette de sélection de modes de conduite, j’hésite un peu, je tergiverse : mode neige, sable, confort ? Allez, tant pis, je me lâche et sélectionne le mode Cupra. Rien que de très classique, l’ensemble moteur-boîte se fait plus réactif, l’amortissement se raidit et la direction demeure trop souple à mon goût. Le moteur se fait peut-être bien un peu plus sonore et je remercie les ingénieurs de la marque de ne pas avoir succombé à la facilité et d’ainsi s’être abstenus de haut-parleurs dans les échappements ou de faux son via le système audio.

Me voilà sur la ligne de départ, ESC off, boîte de vitesses en mode Sport, pied gauche sur le frein et le droit sur l’accélérateur. Le régime moteur se stabilise à 4 000 tr/min et j’attends le signe libérateur qui arrive vite. Je lâche la pédale de frein, envoyant la puissance aux quatre roues qui mordent le bitume avec véhémence pour me propulser vers l’avant et le premier virage à quelques hectomètres de là. J’attrape les 200 km/h et les freins Brembo dans le même temps. L’Ateca garde le cap, serein. Je place l’avant, remets les gaz et pars à l’attaque des autres virages en ne notant qu’une très légère prise de roulis. À aucun moment, je ne me sens mis en danger, ni vraiment amusé. Le compteur ne trompe pas, je vais vite et les accélérations sont indécentes pour un SUV compact, mais il manque une dose de sensations ou un arrière un peu plus joueur.
Avant Cupra Ateca
Le freinage est endurant et mordant, le comportement aussi sain que bon et le confort toujours préservé. Les parents pressés auront de quoi prendre soin de leurs enfants avant de se monter un col à bon rythme ou de circuler en ville en toute facilité sans fuir les rues pavées.

Est-ce que la voiture est bonne ? La réponse dépend du point de vue. En tant que telle, la réponse est clairement oui. Mais c’est une Cupra, la première, et en tant que telle, j’en attendais plus : plus de bruit, plus de sensations, plus en rapport avec son style agressif et son logo bien sûr. Mais l’Ateca ne vient pas marcher sur les plates-bandes de la Seat Leon Cupra ST en n’oubliant jamais sa vocation familiale.

Finalement, la vraie question est de savoir si c’est vraiment une Cupra Ateca ou une Seat Ateca Cupra, une simple nuance, une infime variation de point de vue qui peut nous faire oublier le vrai but de ce modèle : offrir un très bon compromis, et c’est réussi.

Note : 16,5/20

Bien vu :
- Style
- Confort préservé
- Performances

À revoir :
- Vraiment un Cupra ?
- Manque de sensation vu les performances