logo La revue auto

Essai fiat tipo le rapport qualite prix

C'est à Turin, dans la ville natale, de Fiat qu'il nous a été donné de tester la nouvelle Tipo modèle 2016. Héritant du même nom que son aînée, élue voiture de l'année en 1989, cette nouvelle berline compacte se lance dans une bataille ultra concurrentielle. Pour convaincre les acheteurs, les chefs de produit nous disent avoir utilisé l'une des anciennes recettes maison : le rapport qualité/prix. Qu'en est-il réellement??

Exterieur_Fiat-Tipo_4 Exterieur_Fiat-Tipo_13 Exterieur_Fiat-Tipo_14 Exterieur_Fiat-Tipo_15 Exterieur_Fiat-Tipo_16 Interieur_Fiat-Tipo_21
Voir la galerie photo

Sa gamme…

Personnalité, fonctionnalité, simplicité et prix sont les quatre points clés mis en avant par Fiat pour définir sa nouvelle Tipo. C’est à ce titre que la nouvelle Fiat n’offre, dans son catalogue, que le choix entre 4 motorisations. Deux essences et deux diesels, allant du 1,4 essence 95 ch au 1,6 MultiJet diesel de 120 ch. C’est d’ailleurs cette dernière version que Fiat a mise à notre disposition pour ce test. Pour l’équipement et la vie à bord, le client aura le choix entre 3 déclinaisons de finitions, incluant diverses options concernant l’écran central, ainsi que 4 configurations intérieures.

Que de la gueule ?

Les clichés sur nos voisins italiens ont la vie dure ! Fiat semble s’en accommoder en dévoilant cette nouvelle génération de Tipo, qui, selon les designers maison, est l’une des voitures les plus séduisantes de sa catégorie. Et il est vrai que la ligne tendue, le capot bosselé et les jantes aluminium – de série – 16 ou 17 pouces montrent que les stylistes ont fait un effort particulier pour la rendre, si ce n’est belle, attachante. Je la soupçonne de viser une plastique un peu plus haut de gamme que celle que son prix de 12 500 € (en Italie) laisse entendre. Vu de derrière, cependant, pas d’excentricités, si ce n’est la forme des phares apportant un peu de détails à un arrière un peu massif.

Un rêve qui s’évapore ?

Il est temps de s’installer à bord pour voir si le ramage se rapporte au plumage. Malheureusement, la réalité rattrape vite cette Tipo. Après nous avoir fait bonne impression, l’intérieur reste celui auquel on pouvait s’attendre dans cette gamme de prix. Le plastique moussé brillant sur le tableau de bord n’est pas du meilleur effet, et différents assemblages plastiques fléchissent sous la pression du doigt. Tout n’est pas noir pour autant, et l’aspect général est malgré tout de bonne facture. L’écran 5 pouces amène une touche de modernisme, et le volant issu de la 500x permet de garder un niveau global satisfaisant. Reste l’ergonomie, que j’ai trouvée plutôt correcte avec une bonne prise en main du système de commandes et des petites touches de cuir – autour du levier de vitesse par exemple – qui confortent l’inégalité dans cet intérieur.

Compact, mais logeable ?

Pourvue d’un généreux coffre de 520 litres, de cinq places et de 12 litres de rangements intérieurs, cette Tipo propose, dans ses 4,53 m de longueur, une bonne habitabilité. Cependant, 3 adultes seront trop à l’étroit à l’arrière, la place centrale restant évidemment une place d’appoint. Le coffre, bien que relativement dégagé, demeure à mon avis moins pratique que la version hayon, présentée au printemps 2016, qui risque de trouver plus facilement preneur dans l’hexagone. Les sièges sont confortables et offrent un maintien assez bon.



En route !

Seul à bord avec un itinéraire d’une centaine de kilomètres rentré dans le GPS, je vais pouvoir profiter pleinement de cet essai. C’est pour moi l’occasion de tester la voiture dans les embouteillages en ville puis sur les petites routes de montagne qui entourent Turin. Le mode « city » engagé, la direction s’allège et permet des manœuvres plus aisées. Associée à la caméra de recul et à ses 11 m de rayon de braquage, la Tipo se trouve être une voiture facile en ville. Une fois extirpé du trafic et du brouillard à couper au couteau qui n’arrivait pas à se lever, un superbe panorama s’offre à moi. Me voici sur les petites routes de montagne, grasses, et froides… L’équilibre de la voiture est appréciable, la direction – plutôt franche en mode normal – permet un bon contrôle sur le mouillé. La TIpo est sous-vireuse à souhait et doit être maintenue juste au-dessus des 2 000 tours/min pour profiter du généreux couple de 320 Nm présent dès 1 750 tours/min.
Le filtrage est quant à lui réglé pour que le conducteur puisse reconnaître même la marque des mégots sur lesquels il roule. Les bruits de roulements sont largement perceptibles dans l’habitacle et la route dégradée n’arrange rien. Le moteur diesel de 120 ch promet 4,2 litres en consommation mixte, ce que je n’ai pas pu vérifier au vu de la beauté de ces petites routes enchaînant les épingles…
Le volant, réglable en hauteur et en profondeur, est assez agréable à utiliser. Ceci dit, cela n’aura d’impact que si toute la petite famille a été débarquée et que votre trajet de retour enchaîne quelques lacets et virages serrés…

Une bonne affaire ?

Proposée à 12 500 euros prix de base en Italie (mais à définir encore pour notre marché), cette nouvelle Tipo, dispose de pas mal d’atouts pour elle, sans pour autant renouveler le segment. Fiat offre ici une alternative aux Seat Toledo et Skoda Rapide et, sans être une voiture d’exception, elle ne décevra pas au vu de l’équipement et du tarif proposé.