logo La revue auto

Essai Seat Leon Cupra 290 : pied au plancher

Pas de révolution, juste une belle évolution. La SEAT Leon Cupra se bonifie pour le millésime 2016. Si les ingénieurs de Martorell n'ont pas fait de folie, ils lui offrent tout de même 10 chevaux supplémentaires, disponibles sur une plage plus importante et un système d'échappement plus expressif. Pour mieux appréhender cette bestiole, SEAT m'a proposé d'en prendre le volant sur des routes fermées.

Exterieur_Seat-Leon-Cupra-290_2 Exterieur_Seat-Leon-Cupra-290_3 Exterieur_Seat-Leon-Cupra-290_12 Interieur_Seat-Leon-Cupra-290_18
Voir la galerie photo

Leon Cupra : Les recettes du succès


La Leon Cupra, on la connaît bien à la rédaction. Elle a déjà été passée au crible par plusieurs d’entre nous (Essai SEAT Leon Cupra, SEAT Leon Cupra ST et Leon Cupra sur le Nürburgring). Et on l’a tellement appréciée, qu’elle a été pour nous « La Sportive de Référence 2015 ». Alors, dès que l’on a appris que les ingénieurs SEAT allaient lui apporter quelques modifications techniques pour en extraire encore plus de plaisir, vous vous doutez bien de la bataille qui s’est livrée au sein de la rédaction pour en faire son essai. Un seul choix possible pour éviter un conflit qui mènerait la rédaction à sa perte : la courte paille.

Victoire, le tirage à la courte paille m’a désigné vainqueur, mais avant de me retrouver sur les routes et le circuit spécialement réservé pour les journalistes, il m’a fallu prendre un Airbus A319, direction Barcelone. La petite heure et demie de vol m’a donc permis de me plonger dans sa fiche technique.

Si le style n’a pas évolué d’un iota, le moteur a, lui, gagné en puissance. À la place des 280 chevaux de la précédente génération, le 4 cylindres de 2 litres passe aujourd’hui à 290 canassons. Cette augmentation de puissance s’accompagne d’un couple de 350 Nm disponible entre 1 700 et 5 800 tr/min. L’autre gros travail des ingénieurs SEAT s’est porté sur le système d’échappement. Il est non seulement plus léger, mais sa pression est aussi plus faible. De quoi augmenter son rendement et lui garantir une mélodie plus naturelle et dynamique.


Les prix ne changent pas. SEAT demande toujours un minimum de 33 915 € pour la Leon Cupra SC en boîte mécanique à 6 rapports, pour aller jusqu’à 37 215 € pour la Leon ST Cupra DSG6. Des tarifs ultra-compétitifs, dans une catégorie qui ne cesse de voir croître la concurrence. Cf. : Peugeot 308 GTi, Ford Focus RS, Volkswagen Golf R, Mégane RS, etc.

Pour preuve, des comparatifs de fiches techniques :

SEAT Leon SC Cupra VS Renault Megane RS

SEAT Leon Cupra VS Peugeot 308 GTi


SEAT Leon Cupra : Sur le tarmac


Mon avion atterrit enfin. Une version coupé avec la boîte DSG6 m’a été réservée. Ses lignes sont toujours aussi tendues, élégantes, un brin bourgeoises même ! L’habitacle, très sobre, utilise des plastiques de bonne facture, sans pour autant égaler ses cousines germaines. Les sièges sport en alcantara aux multiples réglages permettent de trouver rapidement une bonne position de conduite. Le GPS est paramétré et m’envoie directement sur le lieu de rendez-vous, le fameux circuit de Terramar. Véritable mythe espagnol, cette piste ovale, un peu décrépite, est le point de lancement de l’opération « à fond les ballons » !


On est mi-février et le temps clément de la Catalogne est un vrai délice. Ciel bleu, 18 °C, aucune complication pour le test. Tout commence par une route de campagne. Les commissaires de course sont là pour garantir la sécurité. Je fais ronronner le moteur, enclenche le mode « CUPRA » pour affermir les suspensions actives, lorsque le drapeau à damier s’agite. J’écrase le champignon. Les pneus Michelin se mettent à couiner. La Cupra part comme une balle et la boîte DSG6 passe à la volée ses rapports. L’échappement pétarade à chaque lever de pied. Les courbes s’enchaînent à haute vitesse. Le différentiel autobloquant, à commande hydraulique et gestion électronique, ne laisse pas le train avant tranquille. Impossible pour lui de sous-virer. Le DGL oblige le l'auto à suivre mes sollicitations en prenant les courbes. C’est juste génial !

Les 15,8 km de routes laissent place à 10 km d’autoroute (fermée). L’occasion pour moi d’appuyer à fond sur la pédale de droite et de laisser faire la Leon Cupra. En 20 secondes, le compteur affiche 200. Puis 220, 230, 250… 260, pour finir sur 270.


Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
2 / 5
Prix
4 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

Conclusion:


Leon Cupra : Toujours là !


La nouvelle concurrence, elle n’en a même pas peur ! Construite sur d’excellentes bases, la SEAT Leon Cupra est toujours en haut du panier sur le plan des performances. Son tarif, plus contenu, en fait même une bonne affaire. Si vous avez une petite famille, la version break aux prestations quasi identiques vous comblera. Il n’y a guère que son GPS, à l’information tarabiscotée, et son habitacle tristounet qui gâcheront un peu le plaisir.

Bien vu :
- Tarifs
- Comportement
- Choix de la carrosserie : compacte, coupé et break

À revoir :
- GPS
- Habitacle triste