Seat

Leon 4Drive : l'atout Seat qui n'a pas peur du grand froid

« Noël au balcon pâques au tison ». Plus besoin de partir au ski, voilà la neige qui s'invite en Île-de-France. Ainsi, tous les Parisiens, — et a fortiori les Franciliens qui ne l'ont pas vu arriver — ont pu goûter aux joies des sports d'hiver puis rapidement comprendre Ô combien il est important de faire chausser à sa voiture les bons pneus en hiver au risque de causer quelques dégâts.

+ de photos Seat Leon Break 4Drive

La neige, puis le verglas, et la circulation avec une voiture devient chaotique. Certes, les pneus sont un élément essentiel, mais même des pneus quatre saisons peuvent parfois nécessiter une gestion de la motricité intelligente pour se sortir d’affaire en cas de gros manteau neigeux. Et c’est à Innsbruck, en Autriche, que Seat a voulu mettre à l’épreuve ses autos, en montagne et sur la glace.

C’est vrai, ça surprend un peu au début quand on raconte qu’on est en Seat à la montagne. L’auto qui a ses emocion n’est pas donc faite que pour rouler dans les contrées ensoleillées. Confortablement, mais fermement maintenu dans les sièges-baquets en alcantara de la Cupra, le volant petit, sportif et maniable affiche en bas le logo Cupra, un drapeau de course orné d’une bande rouge, le ton est donné, nous voilà déjà dans l’ambiance course. Et pour cause, le mot Cupra est une contraction de « Cup » et de « racing », un nom qui annonce immédiatement la catégorie de voiture dans laquelle nous nous installons. Car la sportive est équipée d’un moteur 2 litres TSI boîte DSG6, 300 chevaux, dans sa version quatre roues motrices, estate. Et si l’on regarde minutieusement les roues, l’on observe qu’elle chausse des pneus Continental IceContact 2. Ces derniers améliorent l’adhérence grâce à la présence de clous d’environ 5 millimètres disposés de part et d’autre sur la roue. De plus, les arêtes et les lamelles du pneu ont été dessinées de façon à augmenter la surface de résistance et de frottement sur neige, ce qui renforce et améliore la conduite sur neige ou sur glace.

Nous arrivons sur un circuit enneigé et à moitié gelé. Nous effectuons un premier tour de repérage avec toutes les aides à la conduite activées, conduite zen et ultra prudente slalomant entre les plots. Sans surprise, la Cupra a un comportement sain et, en fonction de l’habileté du conducteur, passe les plots avec brio. En effet, même en cas de grand coup de volant, l’ESC, système de contrôle électronique de la stabilité, intervient aussitôt pour empêcher le dérapage du véhicule en cas de survirage ou de sous-virage. Tout roule, la voiture offre une sécurité parfaite et reste dans la trajectoire qu’on lui donne.

Lorsque l’on effectue une pression sur le bouton ESC, cela active l’ESC mode sport. Un mode qui va permettre à la voiture un peu plus de souplesse dans les corrections de trajectoires, afin de « jouer » avec celle-ci. Un moyen parfait pour apprendre le comportement de la voiture et s’initier en semi-sécurité au drift.

Une pression supplémentaire de 5 secondes sur le même bouton ESC et la voiture indique « ESC OFF ». Désormais, la voiture reste en toujours quatre roues motrices, mais les roues arrière reçoivent un peu plus de puissance en couple, ce qui est nettement plus permissif pour faire chasser la voiture et la pousser jusqu’à ses derniers retranchements.

Premier cône, je suis taquin, je donne un coup de volant et m’aperçois que même à basse vitesse et avec des crampons, l’auto part en dérive complète. « Trop d’accélération, doucement. » Il faut assurer l’honneur de la Revue automobile, je rattrape et je continue le parcours en suivant les conseils du moniteur par talkie-walkie.

Arrive le grand virage, je mets la Cupra de travers et je progresse en crabe, puis arrose par la même occasion tous les photographes présents. « Voilà, c’est parfait ! Regardez ce que fait la Cupra, c’est un passage brillant ! »

Ainsi, on peut mettre la Cupra à presque 90 degrés et la rattraper et repartir selon le tracé du circuit. L’on se rend compte de l’importance des pneus cloutés et neige, ainsi que de la gestion de la motricité 4Drive qui offre une sécurité des plus essentielles lorsque l’on roule dans des conditions délicates.

Deuxième tour, une première pression sur le bouton de déconnexion des aides à la conduite, une deuxième de 5 secondes et toutes les aides sont maintenant réellement désactivées. Sur l’écran central s’affiche le « Off road information », l’on y aperçoit une boussole avec des informations sur l’altitude, la température extérieure ainsi que l’angle que prennent les roues. L’astuce de passer la boîte auto DSG en manuel et de forcer à rester sur le premier rapport, et bien entendu avoir les deux mains sur le volant prêt à rattraper l’auto.

Hors circuit, la technologie 4Drive, qui équipe l’Ateca, la Leon ST Cupra ou la Leon X-Perience, entre autres, se révèle être également d’une merveilleuse aide quand il s’agit d’effectuer des manœuvres de franchissement, y compris sur de la neige. Elle est bluffante. Toujours avec sa transmission intégrale et grâce à un sélecteur, l’on sélectionne le type de route « mud » ou « snow » et c’est parti. Même lorsqu’il s’agit de repartir en côte, après avoir marqué l’arrêt, la voiture maintient sa position et part sans chasser, en toute sérénité en cherchant le meilleur point d’appui sous les roues. Qu’il s’agisse de montées de côtes enneigées, franchissement d’obstacles sous neige, ou de chaussée déformée, y compris descente sous la neige avec grande prudence tout de même, car si l’on freine brusquement la voiture glisse — c’est la limite de l’adhérence.

En résumé, même si l’on n’y prête très peu d’attention, le pneu est un élément clé pour rouler. Neige, verglas, plaques de glace… peu importe la vitesse, la perte d’adhérence peut se révéler notoire à partir de température en dessous de 7 degrés. On ne le répétera peut-être pas assez, l’importance de respecter des vitesses appropriées aux conditions de route et de visibilité. Car, ce n’est pas la voiture qui fait la conduite, mais le pilote.

Quelques conseils pour mieux rouler dans les conditions hivernales :

Remplacer les balais d’essuie-glace et faire le niveau du liquide d’essuie-glace, avec un spécial hiver de préférence.
Équiper la voiture de pneus neige en cas de températures inférieures à 7 degrés. En cas de visibilité inférieure à 50 mètres, allumer les feux de brouillard.

Et ce dernier conseil de notre moniteur, lorsque vous empruntez une chaussée étroite enneigée :
« doucement avec la pédale d’accélération, caressez-là, effleurez-là et sentez la progression de la voiture ».

©Photo : Julien Fautrat

 

Daniel Latif

Votre avis nous intéresse sur :  Leon 4Drive : l'atout Seat qui n'a pas peur du grand froid

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter