logo La revue auto

E.Leclerc, bientôt le plus grand fournisseur de bornes de recharge ?

Alors que les voitures électriques et hybrides rechargeables s’imposent dans l’Hexagone avec l’immatriculation de 116 558 véhicules électrifiés entre janvier et septembre 2020, les solutions de recharges restent proches du néant. Si les stations-service restent bien ancrées avec le pétrole et manquent à l’appel pour les bornes de recharge, certains acteurs répondent à l’appel du gouvernement pour atteindre les 100 000 prises.
Et c’est le bouillonnant patron des supermarchés E.Leclerc qui lance la guerre des stations de recharge, en annonçant son objectif de 10 000 bornes.

Exterieur_e-leclerc-bientot-le-plus-grand-fournisseur-de-bornes-de-recharge_0 Exterieur_e-leclerc-bientot-le-plus-grand-fournisseur-de-bornes-de-recharge_1

E.Leclerc et les bornes de recharge

E.Leclerc avait annoncé dès 2010 un partenariat inédit en s’associant avec Renault pour concevoir un vaste programme de bornes de recharge. C’est ainsi que l’on a pu voir des infrastructures de recharge dans les magasins E.Leclerc dès 2011. D’ailleurs pour profiter des bienfaits de ses stations, la marque s’est lancée dans l’achat de véhicules électriques de fonction pour les collaborateurs dès 2012.

Aujourd’hui 231 parkings de Centres E.Leclerc sont dotés de 823 points de charge pour véhicules électriques. Ce chiffre va donc exploser avec cette annonce qui stipule que « 5 000 nouveaux points de charge viendront équiper les parkings des Centres E.Leclerc d’ici fin 2022, et 10 000 d’ici fin 2025. »

Voilà une initiative qui permettra certainement de récupérer un bon nombre de conducteurs de voiture électrique qui n’auront pas d’autre choix que de se balader, et donc acheter, des produits dans les magasins.

E.Leclerc l'engagement !

Alors que le nombre de points de charge des véhicules électriques progresse moins vite que le nombre d’immatriculations de ces véhicules, la mobilisation des acteurs publics comme privés sur ce sujet est au cœur de la charte édifiée par le ministre des Transports et dont E.Leclerc est signataire. 

Michel-Edouard Leclerc, Président du Comité stratégique des Centres E.Leclerc, nous dit que : « C’est un sujet essentiel. L’État a raison de vouloir mobiliser tous les opérateurs pour donner ses chances à la voiture électrique française. E.Leclerc a été pionnier et va accélérer dans ce domaine notamment en visant 5 000 nouvelles bornes d’ici 2 ans et 10 000 d’ici 2025 ».