logo La revue auto

Essai Cupra Formentor VZ5 : l’attaque espagnole

Engagé dans l’électrification pour mieux souligner son image, Cupra n’oublie pas un autre volet qui justifie son indépendance : la sportivité. Et la marque pousse tous les potentiomètres avec le délirant Formentor VZ5, qui fait oublier l’Audi RS3.

Exterieur_essai-cupra-formentor-vz5-l-attaque-espagnole_2 Exterieur_essai-cupra-formentor-vz5-l-attaque-espagnole_0 Exterieur_essai-cupra-formentor-vz5-l-attaque-espagnole_2
Voir la galerie photo

Pour mieux mettre en lumière leurs efforts sur les volets technologiques, les constructeurs généralistes cherchent à détacher une partie de leur gamme. C’est ainsi que DS a pris son envol afin de mieux faire briller son vernis et ses technologies électrifiées loin des roturières C1 et C3 HDI. C’est aussi la stratégie adoptée par Polestar, la branche sportive et électrique de Volvo.

Au sein du groupe Volkswagen, spécialiste s’il en est des niches de marché, il faut regarder en direction de l’Espagne pour découvrir une trajectoire similaire. Alors connue comme un niveau de finition sportif, la ligne Cupra est devenue une marque à part entière. Et pour marquer le coup, la firme espagnole a décidé de rebadger le Seat Ateca Cupra en Cupra Ateca. Le nouveau logo sur la calandre a suffi à donner raison aux choix marketing avec des volumes de vente plus importants. Cupra était né.


Schizophrénie du monde moderne

Toutefois, pour répondre aux mœurs actuelles, Cupra s’est fortement orienté vers l’électrification de ses modèles. C’est la marque au logo tribal qui récupère les plus puissantes motorisations hybrides rechargeables pour la Leon avec la e-Hybrid de 245 ch, et qui dégainera, avant Seat, une compacte électrique dérivée de la Volkswagen ID.3.

Mais en allant jusqu’à piocher la mécanique PHEV de 204 ch pour la Leon (la même que sur la Seat Leon), elle met à mal sa raison d’être ainsi que son indépendance. La solution : revenir aux fondamentaux de ses débuts et renouer avec une fibre sportive qui vit ses dernières heures. Comme Toyota, Cupra cesse d’aller voir son psy et laisse sa schizophrénie reprendre le dessus.


La banque d’organes Audi, cette caverne d’Ali Baba

Alors que la Cupra Born s’apprête à tourner une page dans l’histoire comme la première Espagnole entièrement électrique, la marque sort le Formentor VZ5. Un SUV complètement délirant qui embarque une mécanique tout aussi inédite à Martorell : un 5 cylindres 2,5 l de 390 ch pour 480 Nm de couple, fonctionnant uniquement à l’aide de sa pompe à sans-plomb. Pas de prise (de tête), pas de batterie, ni même de moteur électrique. Simplement un mythe mécanique qui tire ses origines chez Audi, aux grandes heures des Groupe B de rallye.

Il s’agit donc du bloc moteur de l’Audi RSQ3, à peine dégonflé de 10 ch, question de hiérarchie, au moment de comparer les fiches techniques. Mais pour le reste, le Formentor VZ5 est parfaitement similaire au SUV d’Audi, avec notamment une transmission intégrale Haldex identique. Mais s’il se montre moins puissant pour ne pas chatouiller son professeur, l’élève suit l’adage et le dépasse : avec 100 kg de moins sur la balance (1 684 kg contre 1 790 kg), le VZ5 exécute le 0-100 km/h en 4,2 s contre 4,5 s pour le RSQ3.


Un châssis spécifique

Mais le Cupra Formentor VZ5 se montre autrement plus intéressant que son cousin allemand. À commencer par une hauteur de caisse abaissée d’un centimètre, à peine moins haute que celle de l’Audi RSQ3 et similaire à celle d’une Leon Sportstourer. N’ayez donc pas peur de son comportement qui pourrait être malmené par les lois de la physique, comme c’est souvent le cas sur ces inutiles SUV sportifs. Avec un châssis retouché et bien plus ferme, il permet d’aller chercher encore plus loin les limites de son châssis, qui a déjà fait ses preuves avec la « petite » version de 310 ch. Mais il reçoit ici une géométrie spécifique avec un peu plus de carrossage et l’apparition de pneus Goodyear Eagle F1 de 255/35 R20, soit 10 mm de plus en largeur.

Ce châssis réglé dans les moindres recoins se révèle toutefois toujours confortable. Mais son but est de devoir faire passer au sol le punch exceptionnel de ce moteur, que ce soit sur route ou sur circuit. Pour mieux y arriver, la direction, plus ferme et précise, guide non seulement le train avant, mais aussi, au sens figuré, le train arrière : en contrôlant l’angle en sortie de courbe, il est alors possible de faire varier la trajectoire pour sortir normalement, ou avec la poupe en glisse, avec l’aide du pied droit.


Un mode drift… dans un SUV

Car avec une telle patate en réserve et une transmission intégrale efficace, mais aux côtés ludiques, le Cupra Formentor VZ5 n’est pas avare en glisses contrôlées. Et c’est d’autant plus le cas avec le mode Drift, qui permet d’envoyer tout le couple à l’arrière. Comme avec tous les systèmes de ce type (Audi RS3, Mercedes-AMG A45S ou même Ford Focus RS), le cerveau et la finesse doivent être rangés dans le coffre de 420 l du SUV avant de s’exercer. C’est ce que nous avons pu découvrir sur les pistes d’essai du circuit de Castelloli. Drifter en Formentor VZ5 revient au même que conduire un bus dans un col de montagne : il faut continuellement écraser l’accélérateur sans le soulager d’un micromillimètre, et jouer de la direction pour entretenir des glisses complètes de virage en virage. À la moindre réflexion ou tentative de transfert de charge en jouant avec l’accélérateur, le système renvoie du couple au train avant pour remettre la voiture dans l’axe, non sans un puissant coup de raquette.

Dans le cadre d’une utilisation moins puérile (quoique…), le VZ5 déroute. Comme sur des rails, sans une once de sous-virage, et ce grâce à un différentiel doté d’un Torque Vectoring, qui permet, dans les modes Sport et Cupra, d’envoyer jusqu’à 50 % du couple sur la seule roue arrière extérieure au virage. Soit 240 Nm digérés par une seule roue pour mieux diriger le train avant.

Conclusion:


Collector avant l’heure

Entièrement inédit, le Cupra Formentor permet à la marque de s’offrir l’image dont elle rêvait. Mais elle ne pouvait pas atteindre ses ambitions ultimes avec la motorisation 1,5 l TSI de 150 ch d’entrée de gamme ou les versions hybrides rechargeables, sans doute convaincantes au quotidien, mais pas vraiment passionnantes. Et si l’offre à 310 ch se montrait alors comme la plus puissante, Cupra a décidé de souligner, pardon, de surligner le caractère unique de son SUV avec le puissant et sonore 5 cylindres Audi. On se pince encore pour vérifier que nous sommes bien dans le monde réel !

Confortable et habitable dans un usage normal où il consommera toujours plus que ses homologues, il peut devenir extra-terrestre lorsque toutes les brides sont lâchées : les performances enfoncent les occupants dans les baquets Sabelt et le mode drift permet des choses impensables à bord d’un SUV. Ce qui renforce, par le temps qui court, son statut de collector avant même son arrivée. Et pour mieux enfoncer le clou, Cupra cultive l’exclusivité de son modèle en limitant la production à 7 000 exemplaires. Reste à connaître le prix de cette machine, qui devrait très vraisemblablement dépasser la barre des 60 000 €, auquel il faudra, c’est inévitable, allonger 30 000 € de malus écologique sur le bureau de la préfecture pour son immatriculation en France.

Performance


Performance
5 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
2 / 5
Prix
2 / 5
Confort
5 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • + Sonorité déroutante
  • + Transmission intégrale intéressante
  • + Mode Drift inutile, donc indispensable
  • - Malus prohibitif
  • - Consommation explosive
  • - Ergonomie du "tout tactile"

nos dernières annonces

  • MG Marvel R
    Comfort

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 24/10/2021
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 33 990 €
    Mensualité : 239€/mois*
    Prix constructeur : 39 990 €
    Remise de : -6 000 €

  • MG Marvel R
    Performance

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 24/10/2021
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 46 990 €
    Mensualité : 329€/mois*
    Prix constructeur : 48 990 €
    Remise de : -2 000 €

  • Aiways U5
    Standard

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 24/10/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 32 300 €
    Mensualité : 299€/mois*
    Prix constructeur : 39 300 €
    Remise de : -7 000 €

  • Aiways U5
    Premium

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 24/10/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 37 230 €
    Mensualité : 404€/mois*
    Prix constructeur : 43 230 €
    Remise de : -6 000 €