logo La revue auto

Essai Mercedes CLA : la CLS miniature est de retour !

La Mercedes CLA est morte ! Vive la nouvelle CLA coupé ! C’est ainsi que les ingénieurs de la firme à l’étoile devraient célébrer le deuxième opus, car mine de rien, celle que l’on nomme « Baby CLS » s’est tout de même vendue à presque 800 000 unités à travers le monde. Cerise sur le gâteau, le CLA est un modèle de conquête avec des clients venant d’autres marques et en moyenne 10 ans plus jeunes que le client moyen de la marque.

Alors, que nous ont concocté les chefs de produit de cette « berline-coupé » ?

Voir la galerie photo

Mercedes CLA : attention à l’effet de mode !

Cette seconde génération de CLA est, vous l’avez bien compris avec ses chiffres de ventes, un modèle important pour la marque. Alors remplacer ce modèle est une gageure aussi bien technique que stylistique.

D’ailleurs, cette dernière ne bouleversera pas nos habitudes. Entre la première et cette nouvelle génération, on retrouve de suite les lignes caractéristiques du capot moteur et de la ligne de toit plongeante qui plaît en ce moment. Une mode qui se généralise même sur les SUV. Attention à l’intoxication stylistique !

Bref… Cette nouvelle CLA propose tout de même un design plus moderne avec des optiques avant froncées comme un carnivore chassant sa proie et une calandre béante qui semble vouloir avaler tout ce qui passe devant elle. En poupe, la CLA abandonne ses feux triangulaires pour des optiques effilées placées en haut de la malle.

Si l’allure générale gagne en prestance, elle le doit aussi par ses dimensions qui gagnent en envergure. La longueur a augmenté d’environ 5 centimètres pour atteindre 4,69 mètres. L’empattement gagne 30 millimètres pour afficher le chiffre de 2,729 mètres. Enfin, la largeur fait un bond de géant avec des voies qui gagnent 5 centimètres de chaque côté pour s’étendre sur 1,92 mètre. Les ingénieurs expliquent que la raison principale de cette croissance est pour la tenue de route et…

Mercedes CLA : sur ses appuis !

… dès les premiers tours de roue, on peut vous le confirmer. Cette nouvelle Mercedes CLA tient le pavé. C’est précis, équilibré, assez vif et ça maintient idéalement la carrosserie sur la route.

Pas de mouvements de caisse à déplorer. Quoi de plus normal, me direz-vous, avec ce tarrage de suspensions vraiment ferme avec les suspensions actives en mode « sport ». Ici, ça tape plus virilement et ça nous rappelle que nous évoluons sur un bitume dégradé et non sur un billard.

Cela dit, en ville et en position « confort », la CLA se montre bien plus éduquée qu’auparavant. Bon, OK… ne vous attendez pas au toucher de route d’une CLS avec ses suspensions pneumatiques. On en est très loin ! Ça commence à être gérable avec un bon kinésithérapeute.

Autre indication, ne comptez pas sur les sièges pour enrayer le phénomène. Ils sont bien trop fermes.


Mercedes CLA : à fond la techno !

Dans l’habitacle, on reconnaît de suite l’ensemble du mobilier de la Classe A. Le tableau de bord récupère le système « Mercedes MBUX » et dispose donc de l’assistant virtuel qui doit répondre à toutes sortes de questions. Mais ça, c’est la théorie, car dans les faits, ce système est médiocre. Demandez-lui par exemple d’augmenter le chauffage et il vous répondra « que Mercedes lutte contre le réchauffement climatique »… ??? Le mieux pour moi était donc de passer par l’écran tactile ou par les touches sur la console.

Par contre, les aides à la conduite fonctionnent parfaitement. En même temps, elles viennent de la grande Classe S. Largement de quoi en faire une voiture partiellement autonome. Le meilleur est le régulateur de vitesse adaptatif qui tient compte de la voiture d’en face, mais aussi des données de navigation pour ralentir avant les virages et les ronds-points, et tout comme sur la Classe S, la voiture peut changer de voie toute seule d’un simple geste sur le commodo des clignotants.

Mercedes CLA : les mécaniques !

Pour le lancement, Mercedes se contente de 4 moteurs. Trois essences et un diesel. Évidemment, la CLA 180d est la proposition pour les rouleurs et ses 116 chevaux ne peuvent promettre de performances époustouflantes. Cela étant dit, son agrément est appréciable et sa consommation reste raisonnable avec une moyenne constatée de moins de 7 litres.

Un chiffre qui grimpe avec la seconde version dont j’ai pu prendre le volant, la CLA 250. Ici, difficile de passer sous les 9 litres aux 100 km. Mais son agrément est digne de la marque. Ce 4 cylindres essence turbo propose 224 chevaux. Cette cavalerie est toujours disponible et accepte volontiers les reprises à très bas régimes. En mode « sport », la boîte automatique à 7 rapports et le moteur sont très alertes et ne demandent qu’à grimper dans les tours.

Vous en voulez bien plus ! Ne vous inquiétez pas…, les magiciens d’AMG sont en train de s’occuper de la belle en lui greffant un 4 pattes qui cette fois développe 306 canassons sur la Mercedes-AMG CLA 35… Vous en voulez encore ? Là, il faudra attendre encore un peu, car AMG nous prépare une version AMG CLA 45 qui devrait allègrement passer la barre des 400 chevaux.


Mercedes CLA : le portefeuille !

Les Mercedes n’ont jamais été réputées pour leur tarif bradé. La nouvelle CLA ne fait pas exception à la règle avec des prix en augmentation de près de 3 000 €. Son entrée de gamme, la Mercedes CLA 180 Progressive Line, s’affiche ainsi à 35 250 €. Cela dit, l’équipement fait un bond en avant et les packs se multiplient pour simplifier la gamme d’options.

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
2 / 5
Prix
2 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

  • - Un style affiné !
  • - Une tenue de route incisive
  • - Confort en net amélioration
  • - L'AI est totalement inefficace
  • - Sièges trop ferme

Conclusion:


L’improbable renouveau de cette Mercedes CLA est marqué par le sceau de la réussite. Si vous êtes sensible à ce genre de véhicule qui met en avant le style, sachez qu’aujourd’hui, elle propose également un habitacle de grande qualité, un équipement de limousine, un habitacle plus volumineux et une tenue de route incisive qui se fait moins au détriment du confort qu’auparavant. Bon, le système vocal est une calamité, mais le système est de grande qualité en utilisation classique. Alors, on prend ses petits doigts et tout se passera bien. Les tarifs, c’est comme de coutume chez Merco… plutôt salé.