logo La revue auto

Essai nouveau Defender : un gros bloc d'aluminium, fait pour passer partout !

Après un tour fantasmagorique au British Motor Museum (un article est consacré à cette visite exclusive), nous voilà à Gaydon. Nous pénétrons dans le très fermé circuit d’essai et développement de Jaguar Land Rover. Deux Defender X version 110, 5 portes, nous attendent.

Essai nouveau Defender : un gros bloc d'aluminium, fait pour passer partout ! Essai nouveau Defender : un gros bloc d'aluminium, fait pour passer partout ! Essai nouveau Defender : un gros bloc d'aluminium, fait pour passer partout ! Essai nouveau Defender : un gros bloc d'aluminium, fait pour passer partout !
Voir la galerie photo

Présentés au Salon de Francfort le 10 septembre dernier, les baroudeurs couleur gondwana Stone, chacun équipé de moteurs 3 l, essence, de 400 chevaux reliés à une boîte auto, patientent sagement. Devant et derrière, on peut lire la mention « prototype vehicle ». Les ingénieurs présents nous précisent qu’il s’agit de « préséries et donc que du bruit pourrait se remarquer au niveau des portières, à haute vitesse ».

Le circuit où nous nous trouvons est une ancienne base aérienne militaire, les panneaux ont de quoi déconcerter :
« Trafic island », « Developing world », « car wash », « Cross Country » et « Route A », « B », « C ». « Des routes comme ça, il y en a jusqu’à K ! », s’amuse l’un des superviseurs, qui avoue ne pas toutes les connaître. Puis enfin, ce panneau qui achèvera de calmer les fous du volant : « Vous n’avez pas la priorité. ». Le ton est donné !
Arrive au croisement un véhicule camouflé, déjà mystérieux et agressif, son stickage rend le coupé encore plus furtif. Il s’agit de la nouvelle F-TYPE qui sera dévoilée non loin d’ici, dans quelques heures… Patience ! Pour le moment, on se délectera de la mélodie du V8 et de ses nombreux chevaux masqués en attendant le récit d’Étienne qui est sur place pour le reveal mondial.


Arrive Mike Cross, il est calme, car concentré, mais demeure flegmatique. Cet ingénieur en chef est chez Land Rover depuis 44 ans, confesse qu’il s’agit de son premier job, qu’il a décroché à 18 ans. Il nous présente rapidement notre parcours : « Parmi cette multitude de routes d’asphalte et de chemins off-road, nous allons mettre ces voitures à l’épreuve et voir de quoi elles sont capables », s’autochallenge-t-il. En effet, Mike Cross connaît ces chemins et routes par cœur et c’est ce qui va lui permettre de pousser les limites du Defender.

Une fois installé à bord, il nous prévient « J’aime beaucoup faire du off road, mais je n’aime pas trop les franchissements qui durent une éternité, moi je me déplace partout, mais vite ! Là, j’y vais doucement, car hier on avait de la glace sur le parcours », lance-t-il alors qu’il aborde le premier virage nonchalamment de travers à 106 km/h.
S’ensuit une ligne droite où il accélère jusqu’à 190 km/h précisément : « Je n’irai pas plus vite en raison de la monte de pneus quatre saisons, des Pirelli Scorpion 0 de 20 pouces, équipés sur ce véhicule ». Et il ralentit le bolide, avec une facilité des plus déconcertante.

Vient alors le deuxième tour, la glace semble être brisée, Mike nous propose de faire un saut : « Accrochez-vous bien, surtout votre Go Pro », le journaliste qui m’accompagne lui rétorque : « Ne vous inquiétez pas, elle résiste à tout ». « Ah bon, à tout », murmure-t-il.
Matthieu Bouchaud, assistant relations presse chez Land Rover, retient son souffle.
Accélération fulgurante, 145 km/h, il nous prévient « attention au saut », et hop ! Puis vient un deuxième derechef, hop ! Un fou rire nous prend dans l’habitacle, comme si nous venions de faire le plus grand des sauts en rallye. Puis « clic ! », la GoPro de mon confrère se décroche. Mike Cross avait donc raison ! Il porte bien son nom…


Il continue, enchaîne avec un rond-point sans lever le pied. Le Defender étonne par précision, nous sommes à 154 km/h en plein virage et les suspensions font tellement leur travail que le confort persiste, ce qui me convaincra de lâcher la poignée de plafond.

Toujours dans sa lancée, Mike Cross, prend un chemin détourné, envoie la voiture en dérapage sur les virages et arrive devant cet ultime intrigant panneau « Ford ». « Ford ? » lancé-je.

« splaaash !!! », à peine étions-nous éclaboussés alors que nous venions de traverser un gué d’eau.
« Oui, en anglais ça veut dire le petit cours d’eau », explique-t-il en activant les essuie-glaces pour obtenir de la visibilité sur le pare-brise.
Matthieu Bouchaud nous reprécise : « Maximum 900 mm, quand c’est profond, surtout garder une vitesse constante et garder le nez du Defender juste derrière la vague qu’il est en train de créer ».

« Vous voyez ce rétroviseur électronique ? C’est le “clear sight rear view”. Regardez derrière vous et dites-moi ce que vous voyez ? Rien ! Eh bien, grâce à ce système dont la caméra grand-angle est au-dessus du toit, à l’abri des projections, peu importe les intempéries, elle retransmet sur votre rétroviseur intérieur une parfaite vue à 180 degrés de l’arrière de votre voiture. »

Performance


Performance
5 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
4 / 5
Confort
4 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion