logo La revue auto

Essai Skoda Mountiaq : sujet d’étude

Depuis désormais six ans, les élèves de la Skoda Akademie réalisent un projet de fin d’études sur la base d’un modèle de la marque tchèque. Après le Sunroq (un Karoq découvrable), la Element Concept (une Citigo sans toit et électrique) ou encore la Funstar, c’est au tour du Kodiaq de passer à la moulinette. Il reprend l’idée du dernier concept cité, le funstar, transformant le SUV compact en pimpant pick-up.

Voir la galerie photo

La Skoda Akademie, c’est tout d’abord une école gratuite sur un cycle de 3 ans qui permet d’étudier les divers métiers de l’automobile, du design à la carrosserie. Pour leur troisième et dernière année de formation, ce sont 35 étudiants et étudiantes de 7 filières différentes qui se sont attelés à la conception et réalisation de leur projet de fin d’études, le pick-up Skoda Mountiaq. Une fois de plus, il s’agit d’un modèle unique qui ne donnera lieu à aucune production ultérieure et c’est bien dommage.


Pimp my kodiaq

Esthétiquement, le relativement consensuel Kodiaq qui a servi de base semble bien loin. Nous nous retrouvons ici face à un pick-up nettement surélevé arborant une teinte Sunset Orange développée par les étudiants. Ce sont pas moins de 10 cm de garde au sol qui sont ajoutés au Kodiaq Scout afin d’atteindre la confortable hauteur de 29 cm. Pour parvenir à leurs fins, ils ont équipé leur véhicule de jantes Rockstar II de 17 pouces équipées de pneus tout-terrain Falken Wildpeak en 245/65 R 17.
Ces roues ont augmenté les largeurs de voie de la Mountiaq de 3 cm, donnant ainsi aux étudiants une bonne raison d’élargir les ailes de leur concept afin de lui donner un aspect plus musculeux. Les boucliers avant et arrière ont donc dû être modifiés en conséquence afin de s’harmoniser avec le nouveau style.
À l’avant, nous trouvons un treuil fonctionnel capable de tracter jusqu’à 5 tonnes ainsi qu’un pare-neige. Un travail particulier a été fait sur la lumière puisque le pick-up reçoit des antibrouillards dans le bouclier, des feux dans la calandre ainsi qu’une rampe de feux à LED sur le toit. Cet ensemble ainsi que le treuil pourraient servir sur des véhicules de secours et ainsi aller au-delà du concept.
Passons rapidement sur le profil et les marchepieds creusés dans la carrosserie pour nous intéresser à la partie la plus importante, l’arrière. Les étudiants se sont débarrassés du toit, des sièges, du coffre et des portières arrière pour créer une benne de toute pièce. Ils ont ainsi dû créer une cabine avec paroi vitrée pour les deux passagers avant les séparant d’une benne de belle taille recevant un sol en aluminium ainsi que des rails latéraux permettant d’arrimer toute sorte de chargement. Petite prouesse de conception et de réalisation au vu du temps imparti pour le projet, les élèves ont créé une porte de malle fonctionnelle et résistante, mais franchement lourde à manipuler.

Baroudeur jusqu’à l’intérieur

Si le Mountiaq reprend logiquement la planche de bord du Kodiaq de série, l’habitacle n’en est pas moins spécifique. Le plus remarquable de prime abord est les deux sièges de Kodiaq RS parés de cuir noir et de surpiqûres orange. Nous trouvons également un logo représentant le véhicule sur fond de montagne cousu sur chaque appui-tête. La teinte orange se répand un peu partout, du volant au levier de vitesse en passant par les tapis de sol et la planche de bord.

Place au son puisque le nouveau sujet d’étude ne déroge pas à la règle. Chaque concept de la Skoda Akademie ayant toujours reçu un traitement spécifique sur le sujet. Ici, les haut-parleurs de 320 watts sont accompagnés d’un amplificateur et d’un subwoofer de 2 000 watts chacun, de quoi se détruire les oreilles en un claquement de doigts dans cet espace confiné.

Plus important pour les vrais baroudeurs, des espaces de rangement ont été prévus derrière les sièges et surtout remplis de tout le nécessaire ou presque, puisque nous y trouvons des K-way – aussi orange que la voiture – un plaid, un camping-gaz et sa vaisselle, des sacs de couchage ou encore des lampes, par exemple.


La presque conduite du Mountiaq

Bien que le véhicule soit équipé d’un puissant 4 cylindres turbo 2,0 TSI de 190 ch, l’équipe Skoda nous a demandé de ne pas dépasser les 30 km/h afin d’assurer la préservation de ce modèle unique. Il n’y aura donc pas de parcours off-road, ni même de réel test de la tenue de route ou de la rigidité.

Cela dit, vu le circuit et la notion toute relative des 30 km/h de l’équipe Skoda, nous avons pu juger de l’utilité de l’arceau qui n’est pas là uniquement dans un but décoratif, tandis que la garde au sol largement augmentée ne nuit pas trop au comportement. Néanmoins, malgré les 190 ch le poids du véhicule, largement renforcé, se fait sentir avec ses 2 450 kg, tant à l’accélération qu’en tenue de route.

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
2 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

  • Style génial
  • Motorisation puissante
  • Equipé pour barouder
  • Finition (rien d'anormal)
  • Ne verra jamais le jour

Conclusion:


Si nous faisons gentiment abstraction des ajustements imparfaits de certaines découpes imprécises et de la différence de teinte entre les portières et le reste de la carrosserie, le Mountiaq a franchement belle allure. Malheureusement, il ne demeurera qu’une étude de style et une belle ligne sur le CV des étudiants.