logo La revue auto

Gordon Murray T.50 : légère héritière

Ingénieur de génie, père de la légendaire McLaren F1, Gordon Murray revient avec son successeur spirituel, la T.50. Accrochez votre harnais, ça va secouer !

Gordon Murray T.50 : légère héritière Gordon Murray T.50 : légère héritière Gordon Murray T.50 : légère héritière Gordon Murray T.50 : légère héritière
Voir la galerie photo

Conçue pour être la supercar la plus pure, la plus légère et la plus centrée sur le conducteur jamais créée, la T.50 améliore la McLaren F1 « de toutes les manières imaginables ». Gordon Murray annonce la couleur par ces mots : « Avec 30 ans d’avancées technologiques, le moment est venu de concevoir la plus grande voiture dédiée à la conduite. Je pense qu'aucune autre entreprise ne pourrait livrer ce que nous allons mettre sur le marché en 2022, la production de cette supercar britannique sera mon moment le plus fier ». La lecture de la fiche technique ne semble pas dire autre chose.

Conduite centrale

Comme la F1, la T.50 a un siège conducteur central flanqué d'un siège passager de chaque côté. Pour s'adapter à ce choix, la voiture se passe d’une console centrale traditionnelle et utilise un bras « flottant » à droite du siège conducteur qui abrite un levier de vitesses en titane et des commandes d'infodivertissement.



L’habitacle fait la part belle à l’esprit sportif avec du carbone et de l’alcantara à foison ainsi qu’un pédalier léger. Néanmoins, la supercar n’oublie pas l’idée de confort et offre un système audio à 10 haut-parleurs et la compatibilité Android Auto/Apple CarPlay.

Étant donné que la T.50 est une bête sur mesure, chaque client aura la possibilité de discuter de sa voiture avec Gordon Murray Automotive et de la personnaliser. La société affirme que ce processus impliquera une « séance de montage » au cours de laquelle ils s’assureront que le siège du conducteur, le volant et les pédales sont « ergonomiquement parfaits et individualisés pour chaque client ».

La future voiture de Bruce Wayne ?

Carrosserie profilée tout en carbone, phare à LED inspirés de la McLaren F1, portes dièdres, double capot moteur s’ouvrant vers le haut, grand diffuseur, jantes en alliage forgé de 19/20 pouces enveloppées de pneus Michelin Pilot Sport 4 S… la liste est longue. Mais le plus notable demeure son ventilateur monté à l'arrière lui donnant des airs de Batmobile. Gordon Murray Automotive affirme que celui-ci contribue à réduire la traînée de 12,5 % et permet un gain de puissance d’environ 50 ch. Si cela ne suffisait pas, le ventilateur raccourcit les distances de freinage et augmente l’appui jusqu’à 100 % en mode freinage.



Le freinage, par ailleurs, est soutenu par des étriers à 6 et 4 pistons pinçant des disques de frein en carbone-céramique de 370 mm et 340 mm respectivement à l’avant et à l’arrière.

Côté aérodynamisme, la T.50 est dotée de spoilers arrière dynamiques et de panneaux de soubassement actifs. Il existe six modes aérodynamiques : Auto, High Downforce, Streamline, Braking, Test et V-Max Boost. Ce dernier est conçu pour des performances maximales et augmente la puissance à 700 ch.

Un V12 déjà mythique

En position centrale arrière, nous trouvons donc un V12 atmosphérique de 3,9 litres construit par Cosworth qui produit 670 ch et 467 Nm de couple. Capable d’un régime maxi de 12 100 tr/min, il a été conçu pour être « le V12 routier le plus rapide au monde, le plus réactif, le plus dense en puissance et le plus léger ».

« Du premier contact de la pédale d'accélérateur en titane au V12 hurlant à 12 100 tr/min, l'expérience du conducteur surpassera n'importe quelle supercar jamais construite », déclare Gordon Murray. « Aucune autre voiture de route ne peut offrir ce mélange de puissance, de réactivité instantanée et de rétroaction du conducteur d'une manière aussi directe et ciblée tout en restant confortable, raffinée et utilisable au quotidien. »



Le moteur est relié à une boîte de vitesses manuelle à six rapports dont les cinq premiers sont courts afin de favoriser l'accélération tandis que le dernier rapport est destiné aux longs trajets.

Aucun chiffre de vitesse maximale ou de 0 à 100 km/h n’ont été révélés, Gordon Murray Automotive ne « recherche pas la puissance ou la vitesse de pointe ».

Chasse au poids

Tout est fait pour contenir le poids le plus bas possible, de la transmission qui ne pèse que 80 kg à la monocoque en carbone de moins de 150 kg. Celle-ci promet d’ailleurs rigidité et rigidité en torsion exceptionnelles. Au final, la Gordon Murray T.50 annonce un poids exceptionnel de 986 kg, soit moins qu’une… MX-5 !

Les puristes seront ravis de la suspension à double triangulation ainsi que du système de direction à pignon et crémaillère offrant une « pureté de conduite ». Le modèle dispose également d'un différentiel à glissement limité et d'aides à la conduite qui peuvent être désactivées.

Limité à seulement 100 exemplaires dans le monde, il faudra débourser la coquette somme de 2,62 millions d’euros hors-taxes pour en devenir l’heureux propriétaire.