logo La revue auto

« Les extraordinaires » de Renault

Renault, voilà une marque que nous, Français, aimons détester mais que nous ne pouvons nous empêcher d’acheter pour ensuite critiquer. Voilà un rapport bien étonnant à une marque pourtant historique nous ayant gratifiés de modèles extraordinaires.

Exterieur_les-extraordinaires-de-renault_0 Exterieur_les-extraordinaires-de-renault_1 Exterieur_les-extraordinaires-de-renault_2 Exterieur_les-extraordinaires-de-renault_3

C’est là l’idée de départ de Maxime Joly lorsqu’il décide d’écrire un livre sur Renault, un troisième livre, devrais-je même dire après ceux sur les Mégane R.S. et Clio R.S. En effet, celles-ci sont issues d’une riche lignée de modèles sportifs et de grain de folie.

Pour ce livre, l’auteur a parcouru de nombreux kilomètres afin de rencontrer ici des propriétaires des modèles afin de leur tirer le portrait – aux modèles, pas aux propriétaires –, là de nombreux acteurs ayant pris part à ces réalisations parfois inattendues. C’est ainsi que des designers ont été interviewés, des ingénieurs rencontrés et énormément d’informations inédites glanées.

Comment Renault a-t-il décidé de produire le Spider ? Comment la gentille R5 a-t-elle pu se transformer en monstre avec un moteur central ? Qu’est-ce qui est passé par la tête de la Régie pour mettre un V6 ET un turbo dans la paisible R25 ou encore pour faire d’une Safrane une concurrente du TGV ? Vous trouverez les réponses, et bien d’autres, dans ce livre complet de 238 pages.

Tandis que les Anglais se passionnent pour nos modèles Renault Sport, les reconnaissant comme étant parmi les meilleurs choix possibles de leurs segments, ce livre vous dévoile les passionnantes prémisses de cette marque avec la (re)découverte du Berex, ce bureau d’étude très spécial de la marque.

Des informations inédites, une écriture fluide, des photos exclusives. Après avoir lu ce livre (que vous trouverez en vente ici), sans doute votre vision de la marque au losange aura changé, certainement même que vous cesserez d’aimer détester la marque pour, plus justement, savoir l’apprécier.