logo La revue auto

Nouvelle Mercedes Classe E : place à l’hybridation

Mercedes va renouveler sa berline, la Classe E. En plus d’un repoussage stylistique bien discret, les ingénieurs de la firme à l’étoile ont pu revoir la copie des moteurs avec l’ajout de solution électrique.

Nouvelle Mercedes Classe E : place à l’hybridation Nouvelle Mercedes Classe E : place à l’hybridation Nouvelle Mercedes Classe E : place à l’hybridation
Voir la galerie photo

Le programme de groupes motopropulseurs de la nouvelle Mercedes Classe E comprend sept modèles hybrides rechargeables. Ils sont disponibles en version berline et break, essence et diesel, avec une transmission aux roues arrière et transmission 4x4. L'offre de moteurs électrifiés proposera pour les modèles essence une plage de puissance comprise entre 156  et 367 ch, et pour les moteurs diesel entre 160 et 330 ch.

Un moteur essence quatre cylindres, connu sous le nom de code M 254, est associé à un alterno-démarreur et une batterie au lithium-ion de 48V. Grâce à la récupération d'énergie et la possibilité de rouler en mode croisière, moteur coupé, le modèle essence sera très sobre d’après les ingénieurs. En sus, il offre un gain de puissance de 20 chevaux et de 180 Nm de couple.

Mercedes a regroupé pour la première fois dans son M 254 toutes les innovations de la famille de moteurs 4 et 6 cylindres essence et diesel modulaire. Parmi ces nouveautés figurent le revêtement des cylindres NANOSLIDE, le honage des cylindres CONICSHAPE et le post-traitement des gaz d'échappement placé directement sur le moteur.

Autre nouveauté : le turbocompresseur à segment de piston avec liaison des flux, un perfectionnement de la technologie Twin-Scroll, pour une réponse plus spontanée de la suralimentation. Si nécessaire - et en particulier lorsque le moteur thermique tourne à bas régime, un compresseur électrique additionnel génère rapidement la pression de suralimentation et contribue ainsi à une réactivité très dynamique.

Disponible pour la première fois dans la Classe E, le moteur essence à six cylindres en ligne, surnommé M 256, dispose lui aussi de l'ISG. L'offre de motorisations est complétée par le six cylindres diesel (OM 656). Sur ce moteur, ainsi que sur la version quatre cylindres OM 654, le post-traitement des gaz d'échappement a été élargi. Parmi ses composants figurent :
- un catalyseur accumulateur de NOx à proximité du moteur pour une réduction des oxydes d'azote
- un filtre à particules diesel (avec revêtement spécial pour un abaissement des quantités d'oxydes d'azote)
- un catalyseur SCR (Réduction sélective catalytique ; avec injection d'une dose précise d'AdBlue), et
- un catalyseur SCR supplémentaire dans le soubassement du véhicule avec injection séparée d'une dose précise d'AdBlue

Perfectionnée pour l'adaptation de l'ISG de deuxième génération, la boîte automatique 9G-TRONIC a été implantée dans un premier temps sur le modèle quatre cylindres. Le moteur électrique, l'électronique de puissance et le radiateur de boîte de vitesses sont désormais positionnés dans ou sur la boîte de vitesses. Les conduites jusque-là nécessaires ont pu être supprimées, pour un gain d'espace de montage et de poids. La boîte de vitesses peut ainsi être combinée avec les différents moteurs thermiques. Le rendement de la boîte de vitesses a en outre été relevé. L'interaction optimisée avec la pompe à huile additionnelle électrique a permis de réduire le débit de la pompe mécanique de 30 %. Une nouvelle génération de commandes de boîte tout intégrées avec processeur multicore et nouvelle technique de montage et d'assemblage a été utilisée. Outre une puissance de calcul accrue, les ingénieurs ont pu réduire de manière radicale le nombre d'interfaces électriques et abaisser le poids de la commande de boîte de 30 %.