logo La revue auto

Nouvelle Opel Corsa : partons à sa rencontre

La nouvelle Opel Corsa est le modèle phare chez le constructeur de Ruselsheim. Évidemment, avec plus de 37 millions d’unités vendues à travers le monde, on comprend l’enjeu du renouveau de cette citadine pour le groupe PSA. En effet, si vous avez manqué l’information, Opel appartient depuis quelques mois à Peugeot-Citroën. Et cette nouvelle venue est une sorte de nouvelle Peugeot 208 revue par les stylistes et ingénieurs allemands.

Nouvelle Opel Corsa : partons à sa rencontre Nouvelle Opel Corsa : partons à sa rencontre Nouvelle Opel Corsa : partons à sa rencontre
Voir la galerie photo

L’Opel Corsa et sa petite histoire

L’histoire de la Corsa commence en 1982. Elle est sortie des têtes pensantes de la marque, car la Kadett, qui était le modèle le plus petit de la gamme, n’arrêtait pas de grandir et elle laissait donc de la place à une nouvelle Opel pour combler ce trou dans la gamme. Depuis, la Kadett est morte et Opel prépare le Salon de Francfort avec la 6e génération de Corsa.

Et mine de rien, nous la connaissons déjà un peu cette nouvelle Corsa. En effet, j’ai eu l’opportunité d’en prendre le volant au mois de mai. D’ailleurs, je vous recommande de lire notre premier essai « à bord de cette nouvelle Corsa » en cliquant sur le lien.

À cette époque, impossible de vraiment voir ses lignes et le caractère de la petite. Elles étaient camouflées par les strips habituels. Tout juste avais-je une idée grâce à son gabarit, bien plus musclé que la précédente génération. Le moment est donc enfin venu pour Opel France de nous offrir une séance photo dans un studio. De quoi enfin apprécier son allure et cela même avant sa présentation en première mondiale au Salon international de Francfort qui ouvrira ses portes début septembre 2019.

La nouvelle Opel Corsa F

Dès le premier regard, impossible de ne pas l’identifier comme un modèle en franche rupture. Les traits sont rectilignes et l’ensemble est comme ramassé. Avec une longueur de 4,06 mètres et sa ligne de toit fuyante, elle s’inspire des derniers coupés à la mode. La poupe est quant à elle simplifiée et épurée pour galber ses hanches. De face, cette Corsa nous propose une large et fine calandre surmontée par des optiques pourvues d’une signature à LED. Le profil rejette aux 4 coins les roues, alors que la ceinture de caisse est plongeante. Bref… l’ensemble est très sportif et s’éloigne franchement de la Corsa E.

Dans l’habitacle, je suis agréablement surpris. Le dessin du mobilier est plutôt bien fait et les ajustements des plastiques sont de bonne facture. Le multimédia se contrôle via un écran tactile capacitif. Il est compatible avec votre smartphone via Apple CarPlay ou Android Auto.

Sous le capot moteur, la petite ne fait pas l’impasse sur le diesel. Elle propose un 4 cylindres de 1,5 litre développant une centaine de chevaux. Il devrait se montrer vraiment frugal, car la Corsa a su contenir son poids. Cependant, les clients devraient se retourner sur les versions essence, bien plus à la mode. Ici, il n’existe qu’un seul bloc moteur. Un 3 cylindres de 1,2 litre. En revanche, sa puissance varie de 75 à 130 en passant par 100 chevaux. Une boîte automatique à 8 rapports sera également disponible, en option.

Les tarifs restent dans la moyenne du segment avec une première approche à 14 600 € avec la Corsa 1.2 75ch alors que le haut de gamme (Corsa 1.2 Turbo 130 BVA8 GS Line) franchit la barre des 20 k€ pour s’acheminer à 22 100 €.

Enfin, n’oublions pas que cette Corsa est la première Opel 100 % électrique moderne. Elle s’équipe d’un moteur synchrone de 136 chevaux et d’une batterie de 50 kWh. En laboratoire, elle est capable de parcourir plus de 300 km sur une charge et si on la branche sur une prise à 100 kWh, elle demanderait une demi-heure pour recharger 80 % de sa batterie. Ses prix sont évidemment bien salés avec une entrée de gamme à 29 900 et une Corsa-e First Edition à 33 250 €.