logo La revue auto

Alpine a110 notre avis

Comme beaucoup, nous l'attendions avec impatience cette nouvelle Alpine. Pas uniquement parce que c'est une petite voiture de sport française, mais surtout parce que c'est la renaissance d'un mythe. La renaissance d'une marque forte de nombreux succès en compétition, en endurance, en rallye, en course de côte... Alors nous n'avons pas perdu de temps, au Salon de Genève, pour nous faire un premier avis sur l'Alpine A110 ressuscitée !

Exterieur_Alpine-A110-avis_2 Exterieur_Alpine-A110-avis_3 Exterieur_Alpine-A110-avis_4 Exterieur_Alpine-A110-avis_6 Interieur_Alpine-A110-avis_9 Interieur_Alpine-A110-avis_10
Voir la galerie photo

Extérieurement, elle reprend grandement les lignes du concept Vision aperçu depuis 2-3 ans. Mais, une fois n’est pas coutume chez Renault, la version définitive est encore plus jolie que le concept, pourtant déjà réussi. Les quelques changements apportés, notamment à l’arrière, fluidifient un peu plus la ligne. L’évocation de la berlinette originelle est parfaite, nous y retrouvons tout, les détails, la ligne, les proportions. En parlant de proportions, la nouvelle venue est très basse à tout juste 1,25 m pour à peine 1,79 m en largeur. Claustrophobe, s’abstenir !

Habitacle de l’A110

À l’intérieur, l’esprit course est bien présent avec de très beaux sièges baquets en cuir, matelassés sur les bords, très enveloppant. Presque trop pour les grands gabarits, qui seront de toute façon également gênés par le toit. L’ensemble respire bon le sport et le dépouillement et seul l’écran au plastique noir un peu cheap tranche. Nous pouvons également ajouter les boutons de climatisation issus de la Clio qui dérangent certains. Ce n’est pas notre cas, c’est suffisamment bien intégré.
width=666
Nous trouvons un soin du détail particulier avec des logos Alpine disséminés ici et là sur les dossiers de sièges ou dans les aérateurs. Au niveau des commandes, l’absence de levier de vitesse attriste, mais l’ensemble est de bonne facture entre les palettes au volant bien dimensionnées et les touches piano (comme sur la Peugeot 3008) bien placées et donnant accès aux fonctions principales.
Quelques défauts d’ajustement sont à noter, mais rien de rédhibitoire, d’autant que ce sont des modèles de préséries qui sont présentés.

Nous n’avons plus qu’une envie désormais, en prendre le volant pour juger si elle rend réellement hommage à son aînée en termes de comportement et de plaisir de conduite.