logo La revue auto

CUPRA LEON : interviews et chiffres de vente

Durant la soirée de la présentation de la première Leon siglée Cupra au nouveau siège de Martorell, nous avons pu nous entretenir avec plusieurs personnes impliquées sur le projet…

Exterieur_cupra-interview_0 Exterieur_cupra-interview_1 Exterieur_cupra-interview_2 Exterieur_cupra-interview_3 Exterieur_cupra-interview_4 Exterieur_cupra-interview_5
Voir la galerie photo

Deux ans après le lancement de la marque Cupra, détachée de Seat, le nouveau siège a été inauguré le jour même de la présentation de la – ou plutôt des – Cupra Leon. Parmi les invités de prestige était présent Marc-André Ter Stegen, gardien de but du FC Barcelone, club partenaire de Cupra.

Cupra : de bons chiffres de vente !

En incluant la Leon III Cupra (bien qu’elle ait encore été badgée Seat), les ventes de Cupra sur 2018 et 2019 se sont établies à un total de 40 000. Pour la seule année 2019, Cupra a enregistré 24 700 ventes réparties de la façon suivante : environ 10 000 pour l’Ateca et environ 15 000 pour la Leon. Pour l’anecdote, le break a représenté 40 % des ventes de Leon depuis son lancement. On comprend mieux la présence du SportsTourer sur la nouvelle génération ! En tout, la Leon III Cupra s’est écoulée à 44 000 exemplaires dans le monde.

Sur les deux dernières années, la Cupra a représenté 10 % du mix de Leon ; un pourcentage qui monte à 15 % pour l’Ateca !

Le siège se divise en deux bâtiments. La présentation s’est faite dans l’usine Cupra Racing, dédiée comme son nom l’indique à la partie compétition de Cupra. À l’avenir, 3 hybrides rechargeables seront proposées dans la gamme Cupra en incluant les 2 déclinaisons Cupra (5 portes et break) en plus du prochain Cupra Formentor présenté à Genève, et disposant de la même motorisation de 245 chevaux. Cupra a également rappelé que le préparateur ABT s’est occupé de l’Ateca pour passer sa puissance de 300 à 350 chevaux. Cette version est disponible sur les marchés allemand, suisse, autrichien et anglais.

Cupra : interviews

Parmi les intervenants, il y a Wayne Griffiths, patron de Cupra. D’un point de vue plus technique et stratégique, nos interlocuteurs ont été Antonio Labate et Marta Almuni.

Wayne Griffiths insiste sur le fait que cette Cupra Leon a bien plus l’ADN Cupra que ne l’avait la précédente Leon Cupra, notamment en ce qui concerne l’intérieur. En ce qui concerne le design, les équipes de Seat et Cupra ont travaillé conjointement. C’est d’ailleurs ce qui a permis de présenter si rapidement la Cupra. Bien que les sièges des deux marques soient proches l’un de l’autre, une réelle séparation des services est en cours. Ce n’est pas que du marketing !

Pour ce qui est de la technique, il y a deux principaux axes d’amélioration : la rigidité de la caisse et la boîte DSG, imposée sur l’ensemble des motorisations. Il était temps qu’un investissement soit fait sur cette transmission et il nous tarde d’en voir les résultats ! La version hybride de 245 chevaux est en tout point semblable à la nouvelle Volkswagen Golf GTI. Pas de freins Brembo et pas non plus de VAQ (le différentiel à glissement limité agissant sur le train avant). Pour un modèle sportif, il faudra opter pour l’une des motorisations 2 litres TSI 100 % thermiques, dont la puissance s’échelonne entre 245 et 300 chevaux en cinq portes/traction, avant de grimper à 310 chevaux pour le SportsTourer 4Drive.

Le poids n’a pas encore été communiqué, mais il est admis qu’il sera plus élevé que sur la précédente Leon Cupra. D’abord parce que la voiture est plus longue, ensuite à cause de la hausse d’équipements. Les valeurs d’accélération devraient être les mêmes.

Il est trop tôt pour pouvoir prédire la répartition des ventes de la Leon entre les différentes versions même si les déclinaisons sportives devraient encore dominer les débats en globalité. Ce sera sans doute moins vrai sur les marchés impactés par la fiscalité. On ne peut s’empêcher de penser au malus écologique français… Quant à la définition de la marque Cupra, la réponse donnée est que Cupra a l’ambition de transmettre à ses véhicules une âme qui leur est propre, donnant à ses clients l’impression d’être spéciaux.

Cupra : pas de nouveau record en vue, mais…

C’est la question qui revient tout le temps lorsque l’on est chez Cupra, Honda et Renault Sport : le record au Nürburgring sur des tractions. En 2014, Seat l’avait chipé à Renault Sport avec la Leon Cupra, avant que R.S. ne le récupère. Puis ce fut au tour de Volkswagen et Honda de se disputer le titre, avant que Renault Sport ne revienne à la charge l’année dernière. Pour le moment, Cupra n’envisage pas de batailler pour le titre de la traction la plus rapide, du moins avec la version cinq portes. Le discours a été moins affirmatif pour le SportsTourer, Seat ayant eu le record du break traction le plus rapide du Ring, en 2015, avec la Cupra ST 280.

Rendez-vous en septembre pour les essais !