Vous pouvez écouter cet article :

Essai Dacia Sandero Stepway GPL : il ne lui manque rien

Nous vivons une époque compliquée, tiraillés entre une « fin de l’abondance » annoncée et l’incitation perpétuelle à toujours consommer plus, à toujours vouloir mieux, à croire que l’on se sauvera par une débauche de technologie. Mais les voitures coûtent cher, et la plupart des gens ne peuvent ou ne veulent pas engager de telles sommes dans un « déplaçoire » du quotidien. Pour simplement se rendre d’un point A à un point B, la plupart des technologies proposées actuellement ne sont même pas utilisées. Avec sa Sandero, Dacia fait une proposition simple, claire qui séduit toujours plus.

Essai Dacia Sandero Stepway GPL : il ne lui manque rien Essai Dacia Sandero Stepway GPL : il ne lui manque rien Essai Dacia Sandero Stepway GPL : il ne lui manque rien Essai Dacia Sandero Stepway GPL : il ne lui manque rien
Voir la galerie photo

Il est loin le temps des Dacia indigentes, esthétiquement sans le moindre intérêt au mieux. Le constructeur roumain ne pense pas que « voiture pas chère » rime avec « voiture moche dont on aurait honte de prendre le volant » (souvenez-vous de la première Logan avec ses pare-chocs en plastique noir !). Ce temps-là est révolu, et, avec la Stepway, les clients ont même le loisir de suivre la mode des SUV.

Et en plus, elle n’est pas moche

Voilà bien l’impression que laisse la Sandero Stepway Bleu Iron lorsqu’on reçoit les clefs. Voilà ce que 16 000 € peut vous offrir : une citadine surélevée tout à fait dans l’air du temps, des signatures lumineuses avant et arrière à LED, et un style globalement fort plaisant. Allez, pour chipoter, nous aurions aimé prendre le volant d’une Sandero restylée avec la nouvelle face avant très réussie. Dans les faits, peu de choses évoluent, et notre modèle d’essai ne propose rien de moins jusqu’aux jantes alliage de 16 pouces.

À l’intérieur, les sièges pourraient évidemment être un peu plus enveloppants, mais ils ont le mérite d’être suffisamment confortables pour envisager de longs trajets. Les matériaux, dans l’ensemble, ne froissent pas l’œil, et le tissu gris présent sur la planche de bord et les sièges rend le tout assez sympathique, tout comme les touches de cuivre (aérateurs, surpiqûres…) qui évitent à cet habitacle l’austérité. Les plastiques visibles, nombreux, sont pour la plupart moussés et ne prêtent pas le flanc à la critique.

Les places arrière ne sont pas gigantesques, sans surprise pour une voiture de 4,08 m de long ; néanmoins, des adultes de taille moyenne n’y seront pas mal à l’aise, tant qu’ils éviteront la place du milieu.



Ne cherchez pas de combiné d’instrumentation numérique de dernière génération. Devant le conducteur s’affichent un compteur de vitesse et un compte-tours ainsi qu’un écran TFT entre, qui affiche les données de conduite. C’est bien suffisant ! Sur la planche de bord, l’écran d’infodivertissement, de 8 pouces sur cette finition Confort (équivalent Expression désormais), dispose de la navigation, de l’aide au stationnement avant et arrière ou encore de la caméra de recul (un peu juste en définition).

Enfin, côté chargement, cette déclinaison bicarburation essence et GPL ne perd rien de sa contenance de coffre vis-à-vis des modèles uniquement essence et dispose d’un volume correct de 328 litres avec un plancher réglable sur deux niveaux.

La bicarburation, qu’est-ce ?

C’est la crainte de certains clients, de ne pas trouver de GPL. En France, il y a environ 1 500 stations qui proposent du GPL (soit 1/7 en gros), ce qui peut laisser craindre de ne pas en trouver et, encore plus, lorsque l’on va à l’étranger. S’il est très facile d’en trouver en Italie, c’est bien plus compliqué en Allemagne, par exemple.

Mais cette crainte n’a pas lieu d’être puisque la Sandero Eco G dispose en fait de deux réservoirs, l’un, de GPL, et l’autre, d’essence classique. Par défaut, la Dacia roule avec le GPL, nettement plus économique, et commute automatiquement sur le réservoir essence lorsque celui du GPL est vide. Au besoin, le conducteur peut choisir via un bouton.



La consommation de GPL est plus importante que celle d’essence. Pour notre essai, nous avons relevé une surconsommation d’environ 25 % (5,4 l/100 km en essence et 6,9 l/100 km en GPL). Mais en relativisant avec un prix du GPL de 0,70 € par litre quand le SP95 est à 1,75 €, cela nous donne un coût aux 100 km de 4,80 € pour le GPL et 9,40 € pour le SP95, du simple au double donc. Quant aux allergiques de la pause carburant, sachez qu’avec les deux réservoirs, il est possible de faire quasiment 1 000 km sans faire d’arrêt.

La Sandero Stepway sur la route

Avec 100 ch et un couple de 160 Nm (essence) ou 170 Nm (GPL), la Dacia n’est pas un foudre de guerre, avec un 0 à 100 km/h effectué en 11,9 secondes. Néanmoins, sur la route, le ressenti est sensiblement différent et le 3 cylindres de 1,0 litre se montre vaillant au besoin, et alors assez bruyant (surtout en mode GPL). Il convient simplement de jouer régulièrement du levier de vitesse, bien guidé, car l’ensemble moteur-boîte se montre très creux à bas régime.

Avec un poids contenu de 1 154 kg, la citadine roumaine se montre relativement agile, bien que le train avant montre ses limites si on le brusque un peu. Mais la Dacia n’a pas vocation à une conduite sportive, simplement de nous emmener d’un endroit à l’autre, et ça, elle le fait bien, même si l’on note un amortissement un peu trépidant à basse vitesse. Rien de rédhibitoire et, globalement, le confort est très correct, encore plus si on le met en regard des tarifs pratiqués. Il conviendra par contre de s’habituer aux bruits d’air un peu envahissants sur autoroute.

Conclusion:


La Dacia Sandero Stepway Eco G n’est pas parfaite, loin de là, sauf si l’on s’attarde sur son rapport qualité/prix défiant toute concurrence. Les clients ne s’y trompent pas, et la roumaine s’écoule sans le moindre problème. Il faut dire qu’entre espace à bord très décent, gabarit contenu, tarifs canon, équipement très suffisant et confort, le tout pour 16 000 €, personne ne vous emmènera aussi loin aussi bien.

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
5 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

  • Rapport prix/prestation
  • Prix au kilomètre
  • L'essentiel est là
  • Confort un peu moins bon qu'avant
  • Bruit lors du fonctionnement au GPL

nos annonces

  • Dacia Duster
    Blue dCi 115 4x2 Prestige

    Diesel : Manuelle
    60031 km : Occasion
    Indépendant: Haute-Garonne
    Mise en circulation : 01/06/2019
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 17 490 €
    Mensualité : NC

  • Dacia Duster
    Blue dCi 115 4x2 Prestige +

    Diesel : Manuelle
    6638 km : Occasion
    Indépendant: Var
    Mise en circulation : 01/04/2022
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 21 490 €
    Mensualité : NC