logo La revue auto

Essai Ford Tourneo Connect EcoBlue : le transporteur de troupes

Bien avant la mode des SUV furent celles des monospaces et des minispaces. Si la première catégorie est proche de l’histoire ancienne, la seconde est affaiblie, mais continue d’exister afin de répondre à un besoin clientèle différent, allant du professionnel à la famille nombreuse. Pour ce faire, certains modèles utilisent une base véhicule commune, déclinée en différentes versions. Privilégiant le fonctionnel au design, le nouveau Ford Grand Tourneo Connect, bénéficiant de 7 places, est-il une alternative intéressante dédiée aux familles nombreuses ?

Voir la galerie photo

Ford Tourneo Connect : Vous ne le choisirez pas pour son esthétique

Non, le concours d’élégance ne décernera pas de prix dans la catégorie des minispaces. Avec un design privilégiant les grandes surfaces ainsi que la hauteur sous plafond et le volume de chargement, le nouveau Grand Tourneo Connect est tout sauf un exercice de style. Le design Ford reste toutefois reconnaissable à la face avant légèrement retravaillée depuis son restylage, lui conférant un style plus anguleux et harmonieux. De profil, cette version allongée de 40 cm par rapport à la 5 places, ne passe pas inaperçue avec ses immenses surfaces vitrées. Et c’est bien là un de ses atouts charme, car équipé du grand toit panoramique (en option à 610 euros), l’habitacle se retrouve alors baigné dans un puits de lumière.

Ford Tourneo Connect : Fonctionnel avant tout

De quoi égayer le voyage et faire oublier des sièges au design spartiate, mais doté d’un certain moelleux. Si les occupants du rang 2 peuvent s’en accommoder sans problème, les deux sièges additionnels composant le rang 3 (en option à 480 euros) ne font guère envie. Plus petits et avec un appuie-tête se situant dans le dos des plus grands gabarits, ces derniers sont avant tout présents pour pallier un besoin ponctuel ou peuvent encore être dédiés à des enfants en bas-âge.

Si vous avez besoin de place, le système de rabattement permettant d’obtenir un plancher à plat saura vous en donner. Il faudra déployer une certaine énergie pour transformer les deux rangs via un système de languettes et de planches aimantées. Une fois les sièges rabattus, ceux-ci offrent certes un plancher plat, mais amputent la hauteur de quelques centimètres. Le volume peut tout de même passer de 322 L à 2 620 L.

Le temps du trajet, le Grand Tourneo Connect dispose de plusieurs prises USB et 12V pour convenir aux passagers tandis que côté rangement, ce minispace offre des bacs de portières assez larges, ou encore un espace dans l’accoudoir, intéressant pour y loger quelques rafraîchissements.

Bon point pour les rangements au-dessus des pare-soleil qui permettent de gagner davantage de place, mais il est dommage que les casiers de rangement centraux, comme ceux situés au plafond arrière, ne soient proposés qu’en option (180 euros/960 euros).


Ford Tourneo Connect : Répondant aux besoins

La qualité d’assemblage ainsi que des matériaux, reste correcte avec quelques plastiques durs, mais qui ne craindront pas les affres du temps et des usages extrêmes. Lors de son restylage en 2017, Le Tourneo s’est équipé d’un GPS tactile de 6 pouces et du système Sync 3. Il n’y aura pas d’effet waouh pour son interface et son design, mais le GPS comme Android Auto et Apple Car Play remplissent sans problèmes leurs fonctions.

Loin de la surenchère d’équipements propres à d’autres segments, ce Grand Tourneo Connect propose tout de même le régulateur de vitesse adaptatif (option à 360 euros) ou encore la recharge par induction et la surveillance des angles morts. Correct dans l’ensemble et répondant à la majorité des besoins.

Ford Tourneo Connect : Diesel, le bon choix ?

Sur la route, ce minispace Ford souffle le chaud et le froid. Il vous faut savoir que parmi les 3 motorisations proposées, seul le 1.0 Ecoboost de 100 ch constitue l’offre essence tandis que les versions diesel disponibles sont le 1.5 EcoBlue de 100 et 120 ch. Cette dernière motorisation a d’ailleurs attiré notre attention. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’avec 1 530 kg à vide, le couple moteur fera la différence en termes de reprises et relance (avec une certaine modestie), surtout si vous voyagez à plusieurs et avec des bagages.

Affichant 270 Nm de couple disponibles dès 2 750 tr/min, ce 1.5 TDCI sait se montrer rassurant et vif sur les premiers rapports, en ville. L’association avec la boîte automatique à 8 rapports y est pour beaucoup, tant cette dernière sait se montrer réactive et douce dans les changements. Elle sait également s’adapter lorsqu’il s’agit de ne faire tomber qu’un seul rapport afin de relancer le véhicule et il n’y a que dans les cas extrêmes de gros dépassements qu’il devient plus intéressant de passer les rapports manuellement.

Pour le reste, avec un 0 à 100 km/h abattu en 13,3 s, il ne faut pas espérer de grands miracles et cela se ressent également sur la consommation, avec un 7.8l/100 calculé.

Sans pour autant dire que c’est un kart, l’essai de ce Grand Tourneo a pu mettre en avant la qualité du travail effectué sur le châssis. Ce dernier a su se montrer efficace dans les différents types de courbes, en étant agile y compris avec plusieurs passagers. Rien à redire sur ce point d’autant que la légère fermeté du châssis ne nuit pas au confort de conduite y compris lors des grands trajets.

Enfin, côté freinage, les grands disques (pour un tel moteur) ont su prouver leur efficacité avec assez de mordant pour rassurer y compris lors des freinages tardifs.


Ford Tourneo Connect : Et à l’achat ?

Si l’on se base sur notre modèle d’essai, le prix de base est de 25 520 euros pour la finition milieu de gamme avec le 4 cylindres diesel EcoBlue de 120 ch auxquels il faut ajouter 113 euros de malus écologique. Malheureusement, cette dernière version est quasiment dépouillée de tout équipement intéressant, se contentant d’inclure le système Bluetooth ou encore la climatisation manuelle.

Il faudra donc aller piocher allègrement dans le catalogue des options afin de mieux équiper ce dernier, avec des options de rangements ou encore le système de démarrage sans clé et la climatisation automatique bi-zone.

Face au Grand Tourneo, le dernier challenger arrivé sur le marché (si l’on excepte le récent Toyota ProAce City), le Peugeot Rifter Allure Long BlueHDi 130 ch EAT8, démarre bien plus cher en configuration équivalente, à 30 350 euros même si ce dernier n’est pas concerné par le malus. Il met 2,2 s de moins à l’exercice du 0 à 100 km/h que le Ford et propose de série les équipements d’aide à la conduite (alerte franchissement de ligne, reconnaissance des panneaux…), radar de recul ou encore la climatisation automatique bi-zone.

Mais avec un tel écart de prix, le Ford Tourneo Connect restera tout de même plus avantageux, même bardé d’options pour obtenir un niveau d’équipements équivalent.

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
2 / 5
Prix
3 / 5
Confort
3 / 5

Verdict

  • - Bon châssis
  • - Aspects pratiques
  • - Correctement équipé
  • - Rang 2 trop spartiate
  • - Consommation
  • - Options qui auraient pu être de série

Conclusion:


Loin d’être gagnée, l’opération séduction du Ford Tourneo Connect finira tout de même par fonctionner, avec les aspects pratiques les plus courants, un châssis ainsi qu’un freinage rassurants et surtout, un rapport qualité prix intéressant.