logo La revue auto

Essai Tesla Model 3 : les temps modernes

Pourtant à la pointe des nouveautés dans le domaine des véhicules et des technologies, j’en viens avec l’âge (sans pour autant être un dinosaure) à regretter le bon vieux temps et à m’y réfugier en ayant investi dans un bon vieux 6 cylindres atmosphérique. Si mes premiers essais d’hybrides sont arrivés sur le tard, ils s’avèrent assez concluants sans pour autant m’emballer des masses. Imaginez alors ma réaction lorsque l’on m’a proposé de tester la toute dernière Model 3. L’électrique saura-t-il convertir le sceptique que je suis ?

Voir la galerie photo

Tesla Model 3 : Oubliez toutes vos habitudes

Smartphone en main, ce dernier remplaçant la clé traditionnelle, je déverrouille cette nouvelle Model 3 à distance et en profite pour explorer l’interface de l’application que j’ai dû installer : entre sortir la voiture d’une place étroite, allumer les phares ou encore activer la climatisation, il y a de quoi faire. Et si jamais mon téléphone tombe en panne de batterie, il me reste une carte au format CB pour déverrouiller puis démarrer le véhicule.

Comme beaucoup de monde, l’autonomie du véhicule (surtout induite par un changement aussi marqué) est ma première préoccupation. Psychologiquement trop courte (malgré 560 km selon la norme WLTP), peu pratique à cause d’un réseau de distribution moins dense que celui de l’essence, je me vois difficilement partir dans un trajet aventureux. Mais à partir du moment où je me persuade que l’indicateur de batterie est une jauge à essence augmentée et en me laissant plus de flexibilité dans mon itinéraire ainsi que mon planning, j’accepte de franchir le pas.

C’était sans compter sur le GPS Tesla qui vient m’apporter une aide précieuse, en m’indiquant que ma destination choisie est à portée de batterie et qu’il me restera 28 % d’autonomie, une fois arrivé. Si toutefois la destination est trop éloignée, le système conseillera le Supercharger (chargeur Tesla à haute capacité) se situant sur l’itinéraire et indiquera combien de temps il faudra attendre sur place pour avoir suffisamment de « jus » afin de pouvoir repartir au plus vite et terminer avec plus de 1 % d’autonomie.


Tesla Model 3 : Simplicity by design

Si la Model 3 dispose d’un style qui lui est propre avec ses feux avant plus allongés, elle bénéficie tout de même de l’ADN de la marque, avec sa face avant dénuée de toute prise d’air et estampillée du seul logo ou encore la signature lumineuse arrière en forme de C.

De profil, ses traits lui confèrent un aspect dynamique tout en rappelant qu’il s’agit d’une berline, avec 2 coups de crayon venant délimiter le vitrage et une hauteur de plafond évitant un sentiment de confinement (renforcé avec le toit panoramique de série). Seul bémol, la teinte noire, la seule de série, qui vient noyer les lignes de cette Model 3 et faire soupirer le maniaque que je suis, à chaque averse.

Les premiers kilomètres avalés, je commence à me détendre et passe un peu de temps dans les différents menus de l’énorme écran tactile de 15 pouces, seul élément venant « casser » le dessin de planche de bord minimaliste. Mine de rien, mes habitudes se retrouvent également chamboulées sur les boutons d’accès rapide que l’on retrouve habituellement sur le volant ou la console centrale. Ici, tout est regroupé dans l’écran et seules 2 molettes multidirectionnelles viennent compléter le volant épuré.

Intéressant, mais forçant à quitter de temps à autre les yeux de la route, n’ayant pas encore en main les raccourcis.

Si la Tesla Model 3 est un véhicule regroupant de nombreuses avancées technologiques, elle reste terre à terre dans sa recharge. Légèrement réticent au départ, on s’aperçoit vite qu’effectuer un léger crochet pour aller trouver le Supercharger le plus proche n’est pas si contraignant, d’autant qu’en 20 minutes, il m’a été possible de charger à moitié ma batterie afin d’atteindre ma destination sans préoccupation.

De quoi laisser le temps de jouer à la Switch ou encore d’aller au fast-food du coin. Si cette durée peut encore paraître longue, surtout lorsque l’on voit la masse d’automobilistes qui passe par la même station-service que vous, on finit par relativiser. Car avec la possibilité de charger un peu partout (si l’on ajoute les commerces partenaires ou encore les recharges de type Autolib), le risque de panne est amoindri. On le redit, il s’agit avant tout d’anticiper et de prévoir un peu plus de temps pour la recharge !

Outre son aspect minimaliste, c’est aussi la conduite qui se veut simplifiée et affiche rapidement des vertus apaisantes. Sans pour autant somnoler au volant, c’est un côté zen qui vient s’installer en moi. En effet, si le confort de la Model 3 est assez impressionnant malgré des jantes de 19 pouces, l’absence de bruit moteur doublée d’une bonne isolation rend les longs trajets apaisants. Finalement, seuls le bruit de roulement des pneumatiques ainsi que l’air s’écoulant autour des rétroviseurs rappelleront que l’on roule bien.


Tesla Model 3 : Welcome to the future 

Au bout de 300 km, je reconnais avoir en main le véhicule et commence à apprécier d’avaler des kilomètres à son bord, d’autant que les relances viennent ajouter un peu de piment dans cette dernière. Car oui, en sortie de péage ou de virage, rien ne semble pouvoir arrêter cette Model 3 si ce n’est les forces de l’ordre et il vous faudra d’ailleurs rester vigilant tant les vitesses autorisées sont vite dépassées (en même temps, avec un 0 à 100 abattu en 4,6 s pour cette Model 3 Grande autonomie…).

Et pour mieux veiller au grain, le régulateur adaptatif comme l’autopilote seront vos meilleurs amis. J’ai beau ne pas être fan des équipements de sécurité, le 1er s’est montré intéressant pour « se reposer » un peu sur les longues lignes droites d’autoroute… quant au 2d, il s’est montré impressionnant et on a presque été tenté de le laisser conduire tout seul. Reste que le système s’assure que vous êtes toujours actifs en vous demandant de tenir et bouger le volant régulièrement.

À voir si dans un futur proche et via une simple mise à jour logicielle de la voiture, cela sera possible, car à partir du moment où il y a des équipements présents dans la voiture, le constructeur se montre inventif pour détourner leurs utilisations, à l’image du mode sentinelle qui va utiliser les 8 caméras disposées de part et autre du véhicule afin d’enregistrer ce qu’il se passe : pratique pour retrouver les serial rayeurs de portières…

Performance


Performance
5 / 5
Tenue de route
5 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
3 / 5
Confort
4 / 5

Verdict

  • - Tenue de route bluffante
  • - Accélérations fulgurantes
  • - Autonomie et facilité de recharge
  • - Finition correcte, mais pas premium
  • - Interface tout tactile distrayante

Conclusion:


Tesla Model 3 : So good ?

En attendant, il me faut rendre cette dernière et c’est presque à contrecœur que je le fais. Presque, car même si le prix d’appel est de 43 000 euros pour la version la plus accessible, notre modèle d’essai affichait un tarif de 61 950 euros (53 000 de base et 8 150 euros d’options dont 6 000 euros pour l’autopilote), auxquels 6 000 euros de bonus écologique pourront être déduits, réduisant la facture à 55 150 euros.

En pure électrique, il n’a pas de réelle concurrente et c’est vers l’hybride qu’il faudra se tourner. Pour un tarif quasiment identique à 51 800 euros, on peut s’offrir la nouvelle BMW Série 3 330e Hybride, abattant un 0 à 100 en 4,4 s. Point de bonus écologique et la seule consolation viendra du fait d’avoir une qualité de finition un cran au-dessus et quelques équipements en supplément, tel que l’autoreverse (marche arrière automatique). Au final, la Model 3 semble avoir de beaux jours devant elle étant donné que les constructeurs généralistes s’engouffrent – pour le moment et en priorité – dans le développement de SUV purement électriques.

Comme pour chaque changement majeur, il y a des craintes, des appréhensions. Fort heureusement, le produit est bien pensé et saura rassurer assez rapidement. La stratégie du déploiement des réseaux de recharge y est pour beaucoup tout comme l’autonomie croissante des modèles proposés. Cette Model 3 s’est montrée convaincante sur les aspects de conduite (performances, châssis ou encore confort), mais nécessite un ultime effort pour pouvoir intégralement rivaliser avec les constructeurs premium sur les aspects qualitatifs et équipements technologiques.

©Fabien Legrand pour LRA