Essai BYD Seal : la belle affaire … ?

Il y a encore 10 ans de cela, le constructeur occidental se moquait des productions de l’empire du milieu. Le problème, c’est que nos amis Chinois sont plutôt du genre pragmatique. Ils apprennent très vite et sont aujourd’hui les leaders de la voiture électrique. Le fer de lance de ce nouveau savoir-faire est sans nul doute la marque BYD. Cette firme est passée de fabricant de batterie à constructeur automobile, qui peut s’enorgueillir d’être dans le TOP 3 mondial de la voiture électrifiée. Comme l’appétit vient en mangeant, ce géant de la voiture électrique ambitionne de s’imposer sur le vieux continent et plus particulièrement chez nous. Pour nous séduire, BYD est en train de finaliser ses nouvelles concessions et d’étoffer sa gamme. La dernière à poser ses roues sur notre macadam sera donc une berline 100% électrique, la Seal. Mais est-elle suffisamment bien armée pour séduire le public européen ?
Afin de répondre à cette question, nous avons pris le chemin vers le Bordelais pour prendre en main l’une des toutes premières Seal de la filiale française.

Voir la galerie photo

BYD : Pragmatisme et Leadership Électrique

BYD n’arrête pas d’étoffer son catalogue européen. Après les Han, Tang, Atto3 et Dolphin, c’est désormais la berline Seal qui débarque sur le Vieux Continent. Selon le constructeur, elle dispose de sacrées armes pour se faire une place sur nos routes, à commencer par son design.

Faisant partie de la série Ocean au même titre que la petite Dolphin, les lignes de cette berline de 4m80 de long pour 1m87 de large et 1m46 de haut évoquent, selon les stylistes de la marque qui n'ont pas lâché leur dose d’opium, la fluidité de la mer et les courbes des animaux qui la peuplent. Ce qui est certain, c’est qu’à défaut d’avoir un faciès élégant, sa silhouette aussi lisse et fluide qu’un squale fait de la BYD Seal l’une des berlines les plus aérodynamiques du moment. Pour preuve, son coefficient de traînée n’est que de 0,219 ! Un bon point pour son autonomie.


Seal signée BYD

Une fois dans l’habitacle, on trouve facilement sa position de conduite avec des sièges électriques aux multiples réglages.

Le dessin du mobilier est presque sobre, surtout si l’on le compare à sa sœur ATTO3 qui joue des mécaniques et qui fait « pch’ittte ». De plus, les finitions sont de qualité et les matériaux choisis combinent les textures pour un bel effet à l’œil et au toucher. Au centre de la planche de bord, trône un énorme écran de 15,6 pouces rotatif. Il peut se connecter à Android Auto et Apple CarPlay. Derrière le volant, le pilote profitera d’un combiné d’instruments digital de 10,25 pouces. Si la réactivité du multimédia est parfaite, l’ergonomie est médiocre. BYD, fait comme son concurrent californien, disparaître le moindre bouton de la console centrale. Il faut donc passer par de multiples clics sur le menu pour désactiver les pénibles aides à la conduite ou gérer la clim.

Cette Seal affiche tout de même quelques détails esthétiques qui lui sont propres et la démarquent des autres véhicules du constructeur. On pense notamment à ses grilles d’aération courant sur toute la largeur de sa planche de bord, à son levier de vitesse façon cristal ou encore à son double chargeur à induction. Pratique si les deux passagers avant sont à court de batterie, du moins si il fonctionne correctement… ce qui n’a pas été le cas, pour notre Julien qui s’est retrouvé en rade à la fin de la journée. Par contre, Julien ne s’est jamais plaint du manque de place. Comment pourrait-il en être autrement avec un empattement géant de 2m92 ?

L’espace à vivre est grandiose, que l’on soit installé sur la première ou la seconde rangée d’assises. La Seal offre également plus de 20 rangements pour les petits objets en tout genre. Il y a notamment un espace sous la console centrale ou encore des poches au dos des sièges avant où l’on peut glisser un smartphone ou tout autre (petit) appareil numérique. Aucun doute, personne ne manquera de place à bord, même lors de plus longs trajets.
Cependant, la soute à bagages est un peu plus chiche. Il faudra se contenter d’un « petit » volume de 402 litres. Ce qui est franchement faible au regard de ce que propose la Model 3, mais bien heureusement, tout comme l’américaine, la Seal cache sous son capot moteur un autre coffre de 53 litres. Un indispensable espace supplémentaire pour ranger les câbles.

BYD Seal : Moelleuse supercar … ?

Cette Seal est disponible pour le moment en deux versions. La première embarque un unique moteur de 313 ch sur son train arrière pour atteindre 100 km/h en 5,9 s. La seconde équipe son train avant d’un second bloc électrique de 217 ch pour devenir 4 roues motrices et développer un total de 530 ch ! Avec ces deux moteurs, elle abat le 0 à 100 km/h en seulement 3,8 s, comme c’est d’ailleurs indiqué sur sa malle de coffre. Les deux variantes de la Seal plafonnent à 180 km/h et sont équipées de la même fameuse batterie à lame de BYD. Ultra sûre, elle stocke ici 82 kWh et est associée de série à une pompe à chaleur. De quoi permettre à la version bimoteur de parcourir jusqu’à 520 km par charge et à la propulsion de disposer d’un rayon d’action maximal de 570 km. Une fois dans le rouge, cette unité de stockage peut passer de 30 à 80 % de niveau de batterie en 26 minutes grâce à une puissance de charge maximale de 150 kW en courant continu. En courant alternatif, cette dernière est limitée à 11 kW. À noter que la Seal dispose également d’une fonctionnalité V2L, pour alimenter en électricité une cafetière ou un aspirateur par exemple car elle est capable de délivrer jusqu’à 3 kW de puissance.


BYD Seal :Confortable et un brin dynamique

Pour ce premier galop d’essai, nous avons pris les clés de la plus raisonnable d’entre elles. La BYD Seal Design qui se « contente » d’un seul moteur sur le train arrière. Les guillemets sont importants car 313 canassons et 360 Nm de couple, on ne peut pas dire qu’elle est avare en puissance cette Seal propulsion. Et cela même alors qu’elle doit déplacer 2055 kg sur la balance. En ligne droite, la berline accélère donc assez fort avec un 0 à 100 km/h expédié en 5,9 secondes. Il convient de noter que sa variante à traction intégrale forte de 530 pur-sang pour 670 Nm de couple transforme la berline en supercar puisqu’elle ne demande que 3,8 secondes pour passer de l’arrêt à la barre des 100 km/h. En courbe aussi, elle impressionne notamment grâce à sa batterie faisant partie intégrante de son châssis afin d’améliorer sa rigidité. Résultat, son comportement est on ne peut plus sain. Il n’y a absolument aucun signe de survirage en vue, même lorsque l’on pousse le vice d’accélérer à bloc en pleine courbe. Merci, l’ESP et le châssis rigide comme du béton armé.

Pour en tirer sa quintessence, il faudra s’habituer au petit roulis. Comme la Seal Propulsion ne dispose pas de la suspension semi-active avec amortisseurs à fréquence variable installée sur la Seal Excellence-AWD, et que la berline est clairement typée confort, la Seal chaloupe un chouïa. Rien de grave ni de désobligeant. Il faut juste apprendre à la coller sur ses appuis et à accélérer progressivement à la sortie du virage. La contrepartie de cette suspension souple, c’est qu’en milieu urbain et sur route dégradée, on apprécie cette dynamique confortable.

Cerise sur le capot, en plus de sa motorisation électrique forcément silencieuse, elle est équipée de double vitrage pour isoler au mieux ses occupants de l’environnement qui les entoure. Aucun doute, les ingénieurs de chez BYD ont bien pris note des critiques des journalistes européens pour réaliser ce compromis digne d’une voiture sud-coréenne. Un sacré boulot qui, on le sait, continue en interne, car la marque veut tenir tête aux produits européens.

BYD Seal : Combien coûte la BYD Seal ?

BYD propose sa Seal en deux versions lors de son lancement : Design, pour la version Design ou Excellence-AWD, pour la variante de pointe à quatre roues motrices. La BYD Seal Design est déjà disponible à partir de 46 990 €. Compte tenu des prestations offertes et de l’équipement de série, c’est un tarif ambitieux. N’oublions pas que sa concurrente première est la Tesla Model 3, qui, au moment où je vous écris cet essai, est vendue à 46 990 €. Pour ma part, je pense que la firme se trompe de positionnement en pensant que les Européens vont se ruer sur ce modèle. Il lui faut encore convaincre les automobilistes avec une image de marque à construire. Avec un tarif sous les 40 000 €, elle ferait un carton, surtout qu’elle n’a plus droit aux bons éco de l’État avec la dernière réforme.

Ceci étant dit, la Seal Excellence-AWD bimoteur se montre, quant à elle, bien plus compétitive compte tenu des performances explosives offertes. Son prix se fixe, en effet, en France à seulement 49 990 € alors qu’elle propose plus de 200 chevaux supplémentaires, la fameuse suspension pilotée et quelques équipements en sus comme la tête haute.

Conclusion:

BYD Seal : C’est une grande surprise !

Si j’ai été assez déçu par le comportement routier brouillon de la BYD ATTO 3, la Seal Design a su me convaincre. Elle mélange avec un certain talent une bonne dynamique de conduite, un confort moelleux, un silence de cathédrale qui combiné font apprécier les voyages à son bord. De plus, la batterie de 82,5 kWh ouvre le champ des longs trajets avec une autonomie moyenne constatée d’environ 500 km. Malheureusement, lors de cet essai, nous n’avons pu tester la recharge. Il faudra se contenter pour l’instant de la fiche technique qui annonce une puissance de crête de 150 kW et un 30 à 80 kWh en 27 minutes, soit une moyenne de seulement 90 kW… plutôt médiocre… il nous faudra donc confirmer.

Son plus gros défaut sera étrangement son tarif.
Bien que certains diront que 46 990 € c’est placé. Pour ma part, je trouve que BYD fait fausse route. La marque se doit d’être plus agressive. C’est une marque chinoise, qui n’a pas encore un gros réseau de distribution, qui n’a pas d’image de marque en Europe et améliorer son ergonomie minimaliste franchement pénible. La BYD Seal reste tout de même l’une des meilleures berlines électriques du moment, mais ne faut-il pas passer à la Seal de 530 chevaux pour en avoir pour son argent ?


Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
3 / 5
Confort
3 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • + Comportment proche d'une Européenne
  • + Finition et matériaux de bons niveaux
  • + Silence à bord
  • - Le PRIX d'une Européenne... pourquoi ?
  • - La consommation pas extra
  • - Les technologies baclées

les autres actualités sur BYD

Le géant chinois des voitures électriques, BYD, vient de décrocher le titre de Partenaire Officiel et le Partenaire Officiel E-Mobilité du Champion... Voir plus

C'est un coup dur pour la France, et non, ce n'est pas à cause de la météo. BYD, le géant chinois de la voiture électrique, a annoncé son intention... Voir plus

BYD, le mastodonte mondial des véhicules électrifiés, a récemment trouvé des compagnons de route bien particuliers en la personne de CGI FINANCE, A... Voir plus

Au cœur du 21e Salon international de l'automobile de Guangzhou, BYD, le mastodonte mondial des véhicules à énergie nouvelle, a déployé son arsenal... Voir plus

Saviez-vous que BYD s’est inspiré des dynasties chinoises pour nommer certains de ses véhicules ? C’est le cas du SUV 7 places TANG, ains... Voir plus

Emmanuel Macron, notre cher président, vient de lancer son plan de réindustrialisation de la France. Pour soutenir son projet et l'industrie automo... Voir plus

nos dernières annonces

Voir plus de galerie photo BYD

Nos dernières actus

Comparatif

Voiture n°1
Voiture n°2

Actus les plus vues

Hashtags

7 BYD SEAL 8 BYD Dolphin 3 Renault Rafale 3 Rafale 0 Dolphin 7 KIA EV9