logo La revue auto

Essai du nouveau Ford Edge : une Américaine au pays des Rennes

En tant que Haut-Savoyard, habitué à la conduite en montagne, j’étais impatient de me rendre à la plus ancienne et importante station de sports d’hiver de Suède pour découvrir la version restylée du Ford Edge et tester ses performances sur les routes enneigées de Laponie.

À cela, ajoutez une dose d’excitation pour mon premier test drive, les grands espaces somptueux de la Suède et vous obtiendrez 2 jours de pur bonheur.

Voir la galerie photo

Dès la première rencontre sur le parking de l’aéroport, son look imposant (2 tonnes, quand même !) confère un sentiment de sécurité. Impression largement confirmée au volant, après une heure de conduite en direction de l’hôtel.

C’est le matin, tout en prenant son petit déjeuner, on apprécie le démarrage à distance pour chauffer l’habitacle et dégivrer le pare-brise. Finie la corvée de grattage par -10°…

Direction le camp de base de Ford pour tester sa maniabilité sur un parcours off road et son comportement sur circuit. En route, il a été compliqué de le mettre en difficulté alors que les conditions étaient loin d’être idéales (neige et verglas), grâce à l’ensemble des technologies d’assistance certes aidées par des pneus à clous. Une fois les assistances partiellement désactivées, il devient plus joueur, mais reste rassurant.
Malheureusement, la météo ne m’a pas permis de tester complètement le Co-Pilote360.
- Edge : « Elles sont où les bandes blanches pour me guider ? »
- Moi : « Bah, sous la neige ! »

À l’intérieur, on apprécie les volumes généreux, à l’avant comme à l’arrière, des rangements fonctionnels et une bonne insonorisation. La conduite est agréable et on note un certain répondant à l’accélération. Enfin, le sélecteur rotatif qui remplace le levier de vitesse est un gros « plus » et pour les amateurs de son, il est également équipé d’une très bonne sonorisation B&O.
Le tableau de bord numérique et personnalisable peut reprendre beaucoup d’informations et nécessite un petit temps d’adaptation. Rien d’insurmontable, je vous rassure.
Dans le nouveau Ford Edge, vous retrouverez également toutes les options nouvelle génération attendues dans un SUV premium : chargeur à induction, modem embarqué, grand écran tactile couleur très réactif compatible Apple CarPlay et Android Auto pour profiter des fonctionnalités de votre smartphone en toute sécurité (appels, musiques, messages, navigation, etc.), ainsi que l’application FordPass depuis votre mobile (localisation du véhicule, verrouillage, déverrouillage et démarrage à distance, appel automatique d’urgence).


Sur le look, quelle finition je préfère ? À vrai dire, je serais tenté par une fusion des 2.
Pour l’extérieur, j’ai une préférence pour la ligne sportive du ST-Line avec ses jantes 21 pouces noires et une calandre mieux réussie, qui lui confèrent un look plus dynamique. À l’inverse, l’habitacle du Vignale se distingue par une finition premium sympa. L’intérieur se couvre de cuir agrémenté de surpiqûres, des sièges à la planche de bord. Il est cependant regrettable de ne pas avoir prévu un cache au niveau des porte-gobelets de l’accoudoir central. Certes un détail, mais je ne trouve pas cela très esthétique.

Pour finir, au regard de l’actualité et des tendances à aller vers des motorisations plus propres, on regrette le choix de Ford de commercialiser en France uniquement un moteur diesel, à savoir le EcoBlue 2 litres biturbo et sa boîte automatique à 8 rapports offrant une puissance de 238 ch et un couple max de 500 Nm.
Au niveau du prix, comptez 53 500 euros pour la finition ST-Line et 56 900 euros pour la Vignale, auxquels il faut ajouter un malus écologique de 7 340 €.

Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
3 / 5
Habitabilité
4 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
4 / 5
Confort
4 / 5

Verdict

  • - Ligne musclée
  • - Performance de la traction intégrale
  • - Espace à bord
  • - Les consommations s'envolent
  • - Matériaux un brin en dessous des teutons

Conclusion:


Pour ses débuts dans la catégorie SUV premium, la marque à l’ovale bleu a réussi son pari et on note l’effort réalisé par rapport aux autres modèles de la gamme. Reste à voir s’ils réussiront à convaincre face à des marques déjà bien établies sur ce segment.

Essai de Michael Duret